Il y a 20 ans, à La Réunion, naissait une course unique: « la Diagonale des Fous » entres autres raids

D’un point de vue historique, La Diagonale des Fous, aussi connue sous le nom du Grand Raid de La Réunion (GRR), existe depuis plus de 20 ans. Depuis sa naissance, la course aura porté différents noms : La Marche des Cimes, La Grande Traversée, La Course de La Plaine Lune. Son format n’a lui aussi pas cessé d’évoluer pour atteindre en 2012: les 170 km et 10846 m de dénivelé positif (D+).

En 2000, c’est le Semi-Raid (la moitié du Grand Raid aussi bien en distance qu’en Dénivelé) qui voit à son tour le jour.

Aujourd’hui et depuis 2011, trois courses distinctes se déroulent un seul et même week-end : La Diagonale des Fous mais aussi Le Trail de Bourbon et La Mascareignes.

La 20ème édition : le retour des champions!

Après la participation de très grands champions, locaux au départ, puis internationaux par la suite,  « la diago » a accueilli pour la première fois en 2010, le roi de la montagne : Kilian Jornet. C’est sans surprise qu’il s’imposera dès lors à chaque fois, déclarant :

« C’est la plus belle course au monde, elle est dure mais les paysages sont magnifiques et nulle part ailleurs on ne trouve une ambiance aussi chaleureuse tout au long du parcours. Le public ici est le meilleur, ils vous portent, ils sont incroyables ».

kilan jornet + trail

Si tu le dis Kilian on te croit! Il faut dire que le catalan avait, à l’époque, profité pendant 3 petites minutes d’un somptueux spectacle que lui offrait le Piton de La Fournaise, alors en éruption. Il avait promis de revenir. La 20ème édition, anniversaire exceptionnel, était alors une occasion idéale.

diagonale des fous

Le plateau de cette année a été plus que somptueux avec de nombreuses stars locales et internationales: Kilian Jornet, Iker Kareira, Pascal Guiguet, Michel Lanne, Thierry Chambry, Freddy Thevenin, et d’autres – la liste serait bien trop longue. Le parcours avait de quoi faire très (trop?) peur : 170 km pour 10845 m de dénivelé positif. Peu importe le défi pourvu qu’il y ait l’ivresse. Rien, même pas un cyclone tropical inhabituel menaçant l’île n’aurait pu gâcher la fête.

Sous les pluies d’Anaïs (nom donné au fameux cyclone), les quelques 2700 coureurs se sont ainsi élancés le Jeudi 18 octobre à 22h00, heure locale. La bagarre s’annonçait terrible. 4h00, 35 km de parcours et 2000 m de dénivelé plus loin, dans la froideur du volcan (malheureusement tout calme cette année), les premiers grands fous commençaient déjà à pointer. Sans grande surprise, Kilian Jornet, accompagné de deux de ses compères du Team Salomon International, Iker Karrera et Michel Lanne, dominaient déjà la course.

Le volcan, en ces conditions météorologiques compliquées, aura été cette année le lieu de nombreux forfaits même chez certains « leaders » tels que Thierry Chambry, qui abandonnera pour cause de chute et de fracture de la rotule.

A l’avant, Michel Lanne se fera légèrement distancer dans la montée vers le Piton des Neiges et c’est semelle contre semelle que les deux espagnols entreront dans Cilaos, le premier des trois cirques de l’île traversés par la course (photo ci-dessous).

diagonale des fous réunion

Le podium ne changera pas avant d’atteindre la chaleur étouffante de Mafate (cirque réunionnais, « synonyme d’isolement, de solitude et d’inaccessibilité ». Alors qu’à l’arrière, la queue de la longue chenille de trailers s’allonge, les premiers pointent en un peu plus de 11h à la moitié de la course et c’est un peu plus loin que les vrais problèmes commencent. A Roche Plate (l’un des 9 îlets de Mafate) le dénouement principal se produit. Après 114 km, Iker ressent une énorme défaillance et décide de laisser Kilian poursuivre. Le catalan n’en demandait pas tant et s’enfuit vers la victoire. Personne ne le reverra.

grand raid diagonale des fous jornet

Malgré des appels désespérés, l’extraterrestre nationalisé espagnol n’attendra personne !

D’ailleurs, dans le mur qui se présentait à lui, en montant vers le Maïdo (piton dominant Roche-plate), il dépassera 25 sportifs de haut niveau venus « l’accompagner » pour l’occasion, même avec 120 kms en moins dans les jambes, on ne peut pas grimper à la même allure que San Kilian!

Mafate GRRCirque de Mafate vu depuis le Maïdo

Michel Lanne lui aussi va avoir de gros soucis dans Mafate et connaître vomissements, diarrhées, et même hallucination (il assure avoir aperçu un cycliste sur son vélo dans un endroit ou seul les pieds peuvent passer et où il n’y a pas une route aux 20 km à la ronde!). Il abandonnera et sera évacué par hélicoptère. Iker, lui, abandonnera un peu plus loin, complètement vidé. A l’arrière on voit alors (ré-)apparaître Antoine Guillon dit « le ramasseur de morts ». En effet, ce coureur au palmarès chargé sur le GRR, a pour habitude de partir de derrière (aux alentours de la quinzième place) et de remonter au fur à mesure que la course avance en regardant ses amis rendre leur dossard les uns après les autres.

Retour à l’avant avec Kilian, seul face à lui-même, qui filera vers SA victoire en 26h33’10 » suivi d’Antoine Guillon en 27h44’47 » et d’Arnaud Lejeune qui complètera le podium en 29h39’39.

trail féminin emilie lecomteEmilie Lecomte en état de grâce à l’arrivée à La Redoute.

On n’avait jamais vu çà depuis la Reine Marcelle (Marcelle Puy, quintuple championne féminine de La Diagonale des Fous). Incroyable, éblouissant, époustouflant, les superlatifs ne manquent pas pour décrire l’exploit de Super Emy alias Emilie Lecomte qui finit 10ème de cette édition exceptionnelle de La Diagonale des Fous en 33h03’17 ». L’espagnole Martinez Nerrea et Julia Bottger complèteront le podium féminin. Ces performances sont la preuve que les femmes peuvent très bien faire jeu égal avec leurs homologues masculins sur des courses où, au final, seul le coeur, l’abnégation et la volonté comptent! Comme le dit le roi Kilian « face à la montagne on ne peut pas mentir » et qui que vous soyez, face à la montagne nous sommes tous égaux.

De l’extrême jusqu’au bout pour une édition endeuillée…

Depuis 2002, où deux coureurs avaient trouvé la mort, l’un en faisant une chute de 50 m sur le sentier le plus difficile de l’île désormais esquivé par la course, et l’autre décédé d’une crise cardiaque, on n’avait plus connu de drames sur le GRR. Il faut dire que l’organisation met tout en place pour que les conditions de sécurité soient optimales. Malgré tout, le trail dans ces conditions « ultra » reste « extrême« . Certes ce n’est pas du VTT à 60 km/h entre les arbres, ni un saut de 39 km de haut depuis la stratosphère, mais les éléments doivent sans cesse être défiés, au coeur d’une nature hostile, pendant des heures, voire des jours et ce dans des conditions météorologiques parfois affreuses. Or, parfois, la nature nous rappelle à l’ordre. C’est malheureusement le sort qu’a connu Thierry Delaprez, traileur expérimenté du Sud-Est de La France. Ce drame doit nous rappeler que l’ultra-trail est un sport difficile et que le risque zéro n’existe encore moins ici qu’ailleurs.

…mais un bel anniversaire malgré tout.

Malgré la pluie (qui aura été finalement moins importante que prévue), le froid, la difficulté du parcours, et le drame de ce coureur, l’édition 2012 restera un superbe anniversaire. Certes 50% des participants auront abandonné l’épreuve sans la finir mais la plupart ont juré de retenter leur chance, avec il est vrai, une meilleure préparation. Le plateau aura été somptueux et la course pleine de rebondissements.

La difficulté du parcours aura été soulignée par le Roi Kilian, mais ne suffira pas pour le faire démentir:

« C’est la plus belle course du monde, nulle part ailleurs l’on voit des paysages comme cela, un public comme cela. Si tout cela c’est possible, c’est grâce à vous ».

Il a juré de revenir! Et alors, pourquoi pas, un jour, vous joindre à lui?

Récit de Mickaël Mussard.

Partager
Article précédentTrail: sport authentique dans les yeux d’un réunionnais de souche
Article suivantMarathon de New York 2012: coup de théâtre
Marie
Créatrice et blogueuse passionnée de Sport, nourrie des cultures européenne et américaine, je me spécialise en nutrition pour aider les lecteurs Hotsteppers à vivre une vie saine, solide et riche de sens ! Ma meilleure amie et athlète Alison m'accompagne sur ce blog dans les 1001 expériences et découvertes qu'il nous offre et contribue à son contenu à travers son activité physique de niveau semi-pro (Équipe de France de Hockey Subaquatique)

6 COMMENTS

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici