Sport passion ou sport pression ?

0

Le mois d’août bat son plein, les rues sont vides, les bureaux tournent au ralenti. Il y a ceux qui continuent à travailler et ceux qui affichent fièrement leurs photos de vacances dans les moindres détails. Du petit déjeuner à la pizza du dîner en passant par une photo de leurs doigts de pieds sur fond de mer bleu. Même en vacances, on éprouve ce besoin de dire au monde que notre vie est géniale !

vue de la flattiere les houchesFaire le plein, face au vide

Pendant ce temps là, Kevin Mayer est en marche vers un exploit à Londres, mais les Mondiaux d’athlé qui s’y tiennent ne sont même pas en #TT ! On préfère parler d’une prof de danse qui s’est fait virer de #DALS ou de #TPMPBientôtLeretour (au secours!). J’ai honte que l’info soit quand même parvenue à monter jusqu’à ma conscience !

Août est une période creuse qui paradoxalement incite à faire le plein. C’est là que l’écart se creuse. Il y a ceux qui réfléchissent, qui font le point, qui ne veulent pas que Septembre 2017 ressemble à Septembre 2016 et il y a ceux qui continuent « to go with the flow ».

La dictature du consensus

Les coups de gueule anti-Instagram

Cela fait plus de 2 semaines que je n’ai rien posté sur Instagram. Déjà parce que j’ai eu 1 semaine hardcore d’inflammation discale digne d’un thriller « le retour » ! Forcément, ça calme un peu. Mais aussi parce que je rejoins les coups de gueule plus ou moins discrets de ceux qui s’érigent contre la dictature de l’uniformité sur les réseaux sociaux. Je trouve cependant dommage de commencer à se poser des questions sur le sujet parce que son nombre d’abonnés n’augmente plus (je pense à l’article lucide de Marie Graine de Sportive qui au moins a le courage et l’intelligence de remettre le système en question).

Vendre du rêve avec du vent

Vous avez certainement comme moi lu à un moment ou à un autre le buzz de cette agence ayant créé de toute pièce un faux compte Instagram à base uniquement de photos iStock et ayant réussi à le monétiser auprès de marques ! Quelques jours après cet épisode, ma soeur qui monte sa boîte de granola à la sueur de son front et de sa créativité, me dit que sa dernière photo Instagram a recueilli un nombre de likes délirant par rapport à ses photos habituelles. Le problème dans tout ça est que cette photo n’était pas d’elle.

L’iréel plus fort que l’IRL

C’était une photo jolie, certes mais du style « parfaite ». Le reste du temps, elle poste des photos non moins jolies (selon moi), prises par elle avec un superbe appareil photo pro, soignées. Pourtant, le nombre de likes est jusqu’à 3 fois inférieur ! Etonnant bouleversement d’un système qui donne de la valeur à l’impersonnel, qu’en pensez-vous ? Pourtant, il yen a parmi vous qui l’ont likée – cette fameuse « photo parfaite » – (je le sais ;), alors que pas les autres (photos) – why ?

N’est ce pas le moment de redonner de la valeur, du sens et de l’attention à ce que l’on choisit, plutôt qu’à ce que les médias (sociaux ou pas) , choisissent pour nous ?

Si vous voulez vous détendre, allez jeter un œil sur cet drôle de vidéo qui parle des « Instagram husbands »! (merci Dorothée/@my-little-healthy-life) de me l’avoir fait découvrir!

Notre sport passion sous pression

L’effet blog

Oui mais le sport dans tout ça – me direz-vous – c’était le titre et on n’y est pas encore ! Justement, on y arrive ! La passion sportive des uns et des autres ces dernières années converge souvent vers la finalité de vouloir en parler: a minima sur les réseaux sociaux, voire sur un blog pour les plus motivés. On devient alors complètement captifs d’un système (encore lui !) qui nous fait parler de choses que l’on n’aurait pas forcément repérées naturellement, parce que l’on se laisse séduire. Rares sont ceux ou celles qui aiment explorer, chercher, comprendre par eux mêmes. Nous manquons de temps et nous allons souvent là où l’on nous appelle. Encore une fois, nos communications et notre « intérêt » sont orientés. Qui plus est nous sommes souvent une flopée à être attiré(e)s par la même chose au même moment: plans de communication des marques obligent !

On ne parle plus assez de ce dont les gens ont vraiment besoin mais de ce dont il faut parler, sinon on s’efface.

Savoir rester en quête

Je ne vais pas cracher dans la soupe; il y a des choses merveilleuses que ce blog m’a fait découvrir et continue de m’apporter que je n’aurais jamais pu découvrir autrement. C’est une sorte d’éponge à opportunités: reste à attirer les bonnes ou à savoir faire le tri. Mais il y a plus important que cela encore. Il y a ce que l’on fait de sa passion sportive !

J’aurais pu intituler cet article « le sport, ce symptôme moderne de l’envie de vie ». Il n’y a dans notre quête de forme, de bien-être, de performance – peu importe – souvent une envie terrible de se sentir vivant. La preuve, quand on est blessé, on se sent mort (j’en parle en connaissance de cause!) Pourtant, il y a bien pire qu’une blessure sportive et la vie ne s’arrête pas au moment où le chrono sonne le glas d’une séance. Cela me donne envie de partager avec vous cet article dégoté par Mangeur de Cailloux, que j’ai pris le temps de lire: « courir….à sa perte ? » J’ai également été assez surprise par le repositionnement marketing complet de la marque Asics, à tel point que j’en ai fait un article: « I move Me: la marque Asics s’urbanise et renouvelle son message ».

La perfection n’est pas la vie, la blessure oui

Bien sûr qu’il y a quelque chose de rassurant pour moi, à titre très personnel dans tout ça. Quand je vois que le running reste un exutoire pour de nombreuses personnes mais que la course à la performance peut amener un retour de bâton violent. Quand j’observe des marques faire la promotion du « mouvement« , du lâcher prise, de l’envie de bouger bien plus que du chrono. Je me sens moins « à part » avec la nouvelle vie sportive que j’ai entreprise il y a 3 ans. Je dévalorise moins mes efforts multi-sportifs qui n’ont aucune raison de l’être par rapport à une « prépa marathon » ou un « iron man« , tellement banalisés. Je le libère.

Vos témoignages discrets qui changent tout

Un message reçu pour me dire que mon article de l’été dernier sur mon incroyable raid en autonomie et complètement déconnecté a donné envie à quelqu’un que je n’ai jamais rencontré « IRL » de se lancer aussi, quasiment sur les mêmes traces;

Une personne qui suite à l’un de mes posts, décide avec sa femme de suivre la même formation de nutrition à distance que moi pour se lancer dans une nouvelle activité pro;

Un inconnu qui pense que sa hernie discale a sonné sa mort et qu’il ne reviendra jamais à la vie, bluffé devoir que j’ai repris tout un tas d’activités, plus diversifiés encore qu’avant…

Tous ces petits témoignages secrets qui font de ma discrète « influence », une « influence » active, en profondeur. Quel intérêt de vous faire rêver avec des cadeaux ou des invitations si elles ne servent pas à faire passer un message constructif ?

Ce qui est certain c’est qu’en Septembre 2017, je me méfierai plus que jamais de ce « sport » qui doit plaire, donner envie aux autres de vivre sa vie plutôt que la leur, faire de soi un objet d’admiration pas toujours pour les bonnes raisons (sérieusement, vos idoles sont vraiment les mecs et les nanas qui ont des purs abdos ou qui courent des 160km ?!). Je continuerai de trouver le temps et les occasions de vous apporter des choses ici et là à travers ce blog et je compte sur vous pour rester fidèle à votre passion sportive, sans filtres – au risque de vous fondre dans ma jolie video de couverture Made in Chamonix 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici