Marry versus Sandy: une pression politique plus qu’éthique ?

Marry Wittenberg, organisatrice du Marathon de NYC, s’exprimait hier en annonçant que depuis une semaine, le marathon de New York 2012 n’avait cessé d’être une simple course et était devenu une lourde polémique.

marathon de new york 2012 annulation

Le message de l’organisation sur le site officiel de l’évènement confirme ces paroles en proclamant qu’une telle controverse ne pouvait pas être tolérée dans le cadre d’un rendez-vous sportif de cette envergure. L’annulation tardive (moins de 48h00 avant le début de la course) du rassemblement tant attendu de près de 50 000 coureurs prévu ce 4 novembre 2012 aura ainsi fait l’effet d’un coup de théâtre au sein d’une vaste communauté de coureurs dont bon nombre venus des quatre coins du monde. Ce qui demeure toutefois discutable est le fait que les forces de police et les générateurs d’électricité mis à disposition de la course n’aient pas été déployés au détriment des centaines de milliers de new yorkais sinistrés. Techniquement, l’on peut donc dire que le marathon de New York 2012 aurait pu être mis en oeuvre. Cette annulation relève ainsi de la cession des politiques new yorkais face aux vives réactions d’une population majoritairement contre le maintien de la course dans un contexte de souffrance et non d’une incapacité logistique. Si ce choix peut être largement compris, si l’on ne peut que remettre les choses à leur place en relativisant (annulation d’une course versus souffrance humaine),  il peut toutefois être reproché aux organisateurs et au maire de New York Michael Bloomberg d’avoir pris une telle décision si tard.

Du côté des participants: des investissements financiers et émotionnels sous l’eau

Rappelons le: pour participer au Marathon de New York, il faut passer par l’une des agences officielles chargée de vendre des « packages » incluant vol, taxes d’aéroport, hébergement et dossard aux futurs inscrits. Cela implique d’investir entre 2000 et 5000 euros (selon le standing) pour l’ensemble du deal et de s’y prendre jusqu’à 2 ans à l’avance. Pour la minorité des coureurs souhaitant procéder hors package d’agences, l’organisation du Marathon de New York a mis en place une loterie. Cette loterie donne chaque année l’opportunité à  20% des inscrits de se procurer un dossard par ses propres moyens (prix fixé à 290 euros cette année) et de gérer le reste de son séjour de façon indépendante. Quoiqu’il en soit, participer à un marathon représente toujours un investissement, en temps et en argent. Ce sont de longs mois de rigueur et de sacrifices pour s’astreindre à des séances régulières, parfois dures, dans le seul but de remplir ses objectifs le jour J (faire un chrono ou tout simplement « finir la course ».) Il est donc compréhensible de constater chez certains participants un « accablement » profond que ceux qui n’ont que peu d’affinités avec le sport ne doivent pas juger de but en blanc. La course à pieds est un sport exigeant, difficile, merveilleux, qui offre des expériences de vie intenses à ceux qui s’y adonnent. Certes plusieurs centaines de milliers de new yorkais sont privés d’eau, de chauffage et d’électricité; certes New York semble être une ville maudite par les airs. Cela n’empêche pas toutefois de se mettre à la place de ceux pour qui cette course représentait tant. Aujourd’hui la décision est prise, place à la suite, il faut avancer.

Gestion de crise: transition vers une démarche humanisante

Voyons ce qu’il y a de positif aujourd’hui. Il est certain qu’en 2001, après la chute effrayante des tours du World Trade Center et la mise en scène d’une agressivité si choquante envers les USA, le marathon de New York n’avait pas été annulé. Mais à l’époque, la situation était autre. Tout le monde était dans la peur, dans le deuil, dans la blessure. Le sport a cette vertu d’apporter de l’espoir, de la cohésion, de l’énergie, du bonheur. Il était nécessaire pour la ville de ne pas s’enterrer dans la tristesse et de profiter du levier de renouveau que représentait cette course pour repartir. En ce mois de novembre 2012, une grande partie de la ville de NYC est matériellement sinistrée voire privée d’hébergement, alors que plusieurs dizaines de milliers de coureurs auraient habités de beaux hôtels en vue de vivre leur défi, leur course, leur plaisir. Une telle division pour un passage de la course au coeur même de quartiers sinistrés ne pouvait décemment pas avoir lieu. La gestion de crise opérée par les organisateurs est toutefois positive et va dans le sens des valeurs du sport: avant tout altruiste et non narcissiques. Ainsi, tous les participants ayant réservé plusieurs nuits d’hôtel peuvent en faire le don sur simple appel aux new yorkais sans logement. Qui sait, par ailleurs, si les inscrits déjà sur place ne pourront pas, à leur manière, être mis à contribution de la reconstruction de la ville, le temps d’un court séjour ?

annulation marathon new york

La vie est imprévisible. 50 000 coureurs ne pensaient pas être privés de leur rêve mais des centaines de milliers de new yorkais ne pensaient pas non plus voir tout ce qu’ils possèdent détruit en si peu de temps. L’avenir est au partage et à la mise en commun des volontés de chacun pour toujours construire et reconstruire, peu importe les renoncements que cela implique.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici