Billet d’humeur en réaction (positive) à l’excellent article d’Alexiane DERAIL: « Influenceurs, une bulle qui va éclater? »

Mon métier (obtenu grâce à ce fameux blog multisports Hotsteppers qu’est le mien, créé « par pure intuition » un matin de l’été 2012 #JOLondres!) me confronte au phénomène de l’influence et plus je le connais plus il me déstabilise.

Je suis une grande amoureuse des mots, des textes fins, des « plumes » et de ce qu’elles sont capables de communiquer. Les belles images ont elles aussi leur valeur mais je suis moins a l’aise avec la communication visuelle d’une part et d’autre part pense que les réseaux sociaux centrés sur l’image (Instagram ou IG pour les intimes) ont quelque chose de très gênant car tellement éphémère.

Voués à promouvoir le beau au départ, ne semblent-ils pas aujourd’hui illustrer une part de faux?

Comment peut-on inspirer en étant complètement déconnecté de la réalité ? En ne faisant l’apologie que de ce qui est parfait, avec pour seul objectif de gagner de l’argent et des likes ? Où est passé le sens ?

Les « influenceurs » qui ont joué le jeu jusqu’à (s’y) perdre ont une part de responsabilité. Mais les marques (via une agence ou pas) qui alimentent cette façon très aseptisée de communiquer ne les aident pas à faire autrement. Car « faire autrement » aujourd’hui exclue quiconque s’y aventurerait à sortir d’un cercle fragile d’élus.

Je pense en dernier lieu que les « followers » ont le devoir de s’imposer à leur tour.

Ce sont eux qui confèrent à un influenceur son « pouvoir ».

C’est à eux de renoncer à suivre un compte qui utilise purement et simplement leur confiance à des fins narcissiques.

C’est à eux de cesser de suivre une personne qui ne leur apprend rien d’autre que ce qu’elle mange au petit déjeuner ou met comme chaussures de running pour aller courir (une marque différente tous les soirs comme ça pas de jaloux!).

C’est à chacun d’arrêter de suivre quelqu’un qu’il n’aime pas, par mauvaise curiosité.

C’est à VOUS, lecteurs, suiveurs, fans, de décider qui doit être influent et qui ne le mérite pas ! C’est à vous de donner de la visibilité à ce/ceux qui en méritent. Les influenceurs ne sont rien sans leurs followers. Sans vous.

Par ailleurs, d’un point de vue pro, je suis scotchée par les « influenceurs » qui ne répondent même pas à une sollicitation – si personnalisée et sympathique soit-elle, me donnant l’impression d’être arrivée sur une planète étrange où le nombre d’abonnés que tu as t’octroierait un certain droit au dédain ! Puis, en tant que blogueuse perso qui a connu la blessure (physique) et a dû réinventer son activité pour partager autre chose à défaut de l’oppressante performance, je tergiverse aujourd’hui entre déceptions, interrogations et envie de tout arrêter.

Jusqu’à ce que je lise ou entende les mots de personnes encore éperdument convaincues par le Contenu. Puis je reprends mon souffle et repars.

1 COMMENT

  1. Ah que je l’aime ce texte ! Je pense qu’on se comprend. Et je suis content que tu redonnes un rôle aux lecteurs plutôt qu’aux influenceurs.
    Tu l’as dit, ce sont eux les vrais acteurs. Liker, suivre, commenter peut se faire avec un réel intérêt et non par récompense factice. Moi je suis des deux côtés. Quand je commente ou que je like, c’est par adhésion ou intérêt. Aujourd’hui si on suit le site ou la page FB, c’est par intérêt et ça fait la différence car du coup l’intéraction est importante et les gens sont là par réelle adhésion, plutôt qu’à une page au chiffre de façade important mais au final peu « entraînante ».
    D’ailleurs, de mon côté, j’ai voulu quelque chose qui proposerait d’entrée du contenu. Et je suis content de lire des articles comme celui-ci. J’aimerai, dans le style de chacun, en lire d’autre.
    Et je rejoins aussi ces envies de tout quitter (réseau) avant que l’envie de partager revienne. Au moins, on laisse une trace sincère.

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.