Samedi 10 février au Stade Charléty, les Championnats de France d’Aviron indoor battaient leur plein. A cette occasion, le challenge Avirose offrait la possibilité à 33 équipes de 4 concurrents de se défier sur un relais de 4 x 500m rameur ! Un défi relevé en équipe « blogueuse/journalistes » au delà de nos espérances.

Avirose: un programme de reconstruction physique et mental par le sport

Un soutien aux femmes traitées pour un cancer du sein

Avant de parler du challenge et de notre expérience incroyable à Charlety ce jour là, impossible de passer outre la mission d’Avirose. Avirose est un programme mis en place par la kiné Jocelyne Rolland, en partenariat avec la Fédération Française d’Aviron. Une fédération qui anime depuis des années un programme aviron santé. Si le programme aviron santé a pour objectif de promouvoir la pratique de l’aviron auprès d’un public ultra hétérogène, Avirose s’adresse spécifiquement aux femmes traitées pour un cancer du sein.

Une cause qui me tient à coeur

Concernée indirectement par cette maladie avec 2 grands-mères touchée par cette maladie pendant de longues années, à une époque où les traitements n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui, j’ai été séduite par le concept. Guérir par le traitement est une évidence mais tout ne s’arrête pas après des années de chimio, de médicaments voire après une opération. Reprendre confiance en son corps, réapprendre à l’aimer, à l’utiliser pour vivre et pour bouger est essentiel. Si le sport répond aux besoins de performance pure de certains, il est avant tout pour une grande majorité un vecteur de vie à part entière.

Relire mon article sur ma participation au Triathlon des Roses en 2015, dédié à la Recherche pour éradiquer le cancer du sein.

L’aviron: un sport ultra complet

Parlons peu, parlons sport. Pas question de jouer dans le larmoyant. Il est avant tout question de sport ici. L’aviron ou le rameur selon si la pratique est extérieure ou intérieure est un sport très complet qui fait travailler:

  • les membres inférieurs: les jambes servent de propulseur,
  • les membres supérieurs: les bras tractent le palonnier
  • le tronc incluant aussi bien les abdos que les muscles du dos: véritable moteur du mouvement, le tronc est gainé en permanence.

Challenge Avirose: relais 4 x 500m en équipe

Mise en place et adrénaline

C’est là que les choses sont devenues palpitantes pour nous ! Réunies en une même équipe le temps d’un challenge, Nadia, Alison, Clarisse et moi allions devoir ramer plus vite que jamais pour faire le meilleur temps possible. L’objectif: atteindre 2000m à 4, à raison de 500m de rame par nana ! Pour relever le tout, pas question d’avoir l’équipe attroupée autour de la relayeuse en plein effort. Nous avions pour consigne de rester derrière une ligne placée à 10m du rameur et de ne la franchir qu’au moment de prendre notre place sur le rameur, en nous passant un témoin physique !

J’en palpitais à la fois de stress et d’impatience. Ce n’est pas comme si j’étais sortie de tout schéma de compétition depuis quelques années. Mais, j’étais belle et bien là ce samedi, qui plus est accompagnée de super nanas ! Quoiqu’on dise et malgré la noblesse de la cause, il s’agissait avant tout d’un challenge !

Nous sommes arrivées vers 16:00 à Charléty, le challenge ne commençant pas avant 18:30. J’avais un peu peur de l’attente (longue) entre notre arrivée et notre mise en action. On ne dirait pas comme ça mais l’exercice est extrêmement court et intense; il faut être prêt, il faut tout donner, ne pas se décontenancer, en à peine plus de 8 minutes.

Nous avons été coachées en salle de warm up pour:

  • Être sûres d’executer le bon mouvement
  • Définir notre ordre de passage: Clarisse devrait passer en 1er, Alison faire le finish en beauté, Nadia et moi avions le choix entre la position 2 ou 3. Nadia choisira la 2ème, je prendrai la 3ème.

Une fois la mise en place du mouvement et le calage de notre passage fini, nous sommes allées profiter du spectacle dans les gradins. Il s’agissait avant tout des championnats de France d’aviron indoor: pratique courante chez les rameurs notamment en hiver.

championnats de france aviron indoor

Le matin s’étaient affrontés les athlètes officiels et l’après-midi faisait place aux clubs. Le mélange des âges, des niveaux, des gabarits était incroyable. J’ai rarement ressenti autant de bienveillance, de respect et de bon esprit lors d’une compétition sportive dans un endroit aussi mythique que Charléty ! Les tribunes de la salle Charpy étaient bondées, l’ambiance hyper « sport ». Des athlètes handisport ont également eu l’occasion d’exprimer leur talent et pour les meilleurs de monter sur le podium.

Pas de distinction entre les athlètes: une médaille et une médaille.

Le sport est le sport.

Notre heure de passage approchait.

Challenge Avirose: 8’52″09 de pur bonheur

Après un nouveau et dernier warm-up 20 minutes avant le grand jeu, nous avons bu quelques gorgées (Alison a enfilé un brownie, chut….!) et nous nous sommes mises en place.

equipe blogueuses challenge avirose

Un écran géant projetait en temps réel le classement des rameurs Concept connectés, retransmettant en direct la performance de chaque équipe.

  • Clarisse était dans les starting blocks, top départ ! Après avoir couru vers notre rameur n°55, déposé le relais par terre, Clarisse a calé ses pieds dans les sangles et entamé ses 500m de rame à toute vitesse. Nous avions reçu la consigne de ne pas trop serrer les sangles des pieds et je comprendrais pourquoi au moment de passer !
  • C’était alors au tour de Nadia. Dépose du relais, calage des pieds, prise en mains du palonnier et sprint. Je commençais à me taire (à la grande stupéfaction d’Alison qui n’en n’a pas l’habitude !), dans quelques secondes ce serait à mon tour. Ce fut chose faite, Nadia lâcha ses « rames » fictives, repris le relais, couru et me le tendit !
  • Je me calais à mon tour sur l’appareil et commençait à ramer sans réfléchir. J’avais été au lit du Lundi au Mercredi à cause d’une grosse crève et j’étais encore bien enrhumée ! Le mouvement sur un rameur est tellement répétitif qu’il aide à mettre le cerveau en mode automatique. Sauf quand tu réalises que tu as fait la même connerie qu’à tes débuts en course à pied: tu es partie trop vite ! Nous avons toutes fait la même « erreur »: hyper classique quand tu ne connais pas ton rythme dans un nouveau sport et que tu n’as aucun repère.

Par exemple sur un 10km que je faisais au mieux de ma forme à 12km/h, je n’aurais jamais commencé les 1ers km à 13 ou 14km/h. Là sur rameur, malgré l’affichage de notre vitesse de croisière en temps réel et une estimation de notre temps sur 500m, impossible de savoir si j’étais en sur-régime ou à mon bon tempo.

Sauf qu’à mi parcours, j’ai commencé à sentir que la fin allait être difficile ! Je me suis accrochée, j’ai serré les dents et essayé de ne rien lâcher. Il y avait une ambiance de folie, de la musique, du bruit, des équipes qui criaient !

Fin des 500m en 2’09, j’ai un peu galéré pour défaire mes pieds des sangles, un peu tremblante, puis me suis relevée péniblement et ai couru vers Alison missionnée pour le finish.

  • Habituée à la compétition et particulièrement athlétique, Alison a senti un gros pic d’adrénaline monter au moment précis de son passage (contrairement à nous qui étions survoltées depuis 2h !). La mise en place sur le rameur aura été pour elle aussi incertaine que pour nous. C’est une fois dans l’effort qu’elle s’est lâchée mais avec un départ très/trop rapide pour finir les 100 derniers mètres en vraie difficulté respiratoire.

J’avais les yeux rivés sur l’écran et notre équipe de cessait de remonter dans le classement pour finir 6ème au classement général !

6ème au général, 1ère équipe femmes

Au moment où Alison a terminé son sprint, je commençais tout juste à reprendre mon souffle. Nous toussions toutes à tour de rôle tellement l’effort avait été sollicitant au niveau cardio. Nous étions HS mais hyper heureuses de cette expérience tellement intense et rapide ! Sauf que nous ne savions pas encore que parmi les 5 équipes devant nous au classement, 4 étaient mixtes et issus de clubs, 1 était mixte et amateur.

Nous étions donc la 1ère équipe 100% féminine du classement ! Nous allions avoir droit à notre podium et à une remise des médailles: une vraie !

Nadia était radieuse ! Alison était posée (« j’ai l’habitude des podiums » m’a-t-elle dit plus tard d’un ton espiègle); Clarisse libérée et moi survoltée, ne sachant plus où donner de la tête ! Nous étions tellement heureuses chacune à notre manière et ce résultat était on ne peut moins inattendu.

podium blogeuses challenge avirose

Quoique. Quand on est « blogueuse sportive », malgré toutes les choses positives ou négatives auquel cela renvoie auprès de nos lecteurs ou détracteurs, cela veut avant tout dire que l’on aime se battre, que l’on est généreuse dans l’effort, que l’on sait s’engager. Chacune avec nos problématiques du moment, nous sommes venues un samedi, avons bravé la neige et le froid, pour affirmer notre présence et relever le Challenge Avirose. Alors quitte à se déplacer, autant gagner, non ? 😉

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici