Cela n’est probablement pas La 1ère fois que vous clignez des yeux plusieurs fois sur ce blog en lisant « hockey subaquatique » ! Ceux qui ont eu la chance de rencontrer Alison du team Hotsteppers ou même de se « risquer » à une initiation dans un petit bassin du Chesnay, savent ! Pourtant, ce sport est haletant et de mieux en mieux retransmis. L’occasion de plonger avec les joueuses de l’équipe de France féminine de hockey subaquatique à chaque match et de retenir notre souffle à chaque remise en jeu du palet. Après le bronze des derniers mondiaux, place à l’or des Championnats d’Europe, dans les yeux d’Alison.

 

Alison, tu es tout juste revenue d’Eger où ont eu lieu les Championnats d’Europe de hockey subaquatique, avec le Saint Graal de tout championnat: l’or ! Comment se sent-on quand on revient avec une telle récompense, malgré ou grâce aux sacrifices, à la faible couverture médiatique de son sport ? Qu’est ce qu’on ressent quand on doit investir financièrement dans sa passion, prendre sur ses propres vacances pour partir en championnat, renoncer à des soirées pour pouvoir s’entraîner, faire sentir sa fatigue le moins possible à son employeur en période de préparation intense ?

On sent avant tout énormément de fierté parce que quand on s’entraîne comme ça il y a toujours en fond un sentiment d’incertitude. On met sa vie privée entre parenthèses, on jongle avec sa vie professionnelle en arrivant fatiguée au boulot et on ne sait jamais si cela paiera au final ou pas. Au final on revient avec une victoire et je me dis que ça vaut vraiment le coup ! Je me projette déjà sur la prochaine échéance: les mondiaux de Québec 2018.

Le match en finale contre l’Espagne a été complètement dingue. Après avoir été menées tout le match, vous revenez au score 1’30 avant la fin du temps réglementaire. Place aux prolongations: les espagnoles sont les 1ères à marquer. À la mi-temps elles mènent toujours et la pression dure jusqu’à 10″ de la fin des prolongations. Les supporters espagnols sont en feu et l’équipe se voit déjà sur La 1ère marche du podium. Coup de théâtre: penalty 10″ avant la fin, la France égalise ! Effondrement du camp espagnol, extase pour la France: place à la phase de « mort subite » ou « but en or ». La 1ère équipe à marquer gagne, c’est le deal.

Coup de sifflet, la France attaque, le palet passe entre les crosses de presque toutes les joueuses pour finir en 1′ à peine dans le but adverse. La France est championne d’Europe ! Vous nous avez fait vibrer, que s’est il passé pour toi pendant cette quarantaine de minutes ?

équipe de france de hockey subaquatique chante la marseillaiseAllons enfants de la patrie ! – CP: @uwheuro2017

Je pense d’abord à l’énorme manque de lucidité que l’on peut ressentir dans un match comme celui-là. On sait juste que l’on doit revenir au score mais on perd la notion de ce qui se passe autour de nous, d’où on en est au niveau du temps, tout est sourd. C’est d’ailleurs la 1ère fois dans un match de hockey que je perds la notion du temps ! Je remercie particulièrement nos coachs qui dans ces moments là gardent la tête bien froide et nous guident. Au final, tant que le coup de sifflet final n’a pas retenti, tout peut encore arriver. Notre dévotion totale au jeu a payé puisqu’on a réussi à décrocher le titre de Championnes d’Europe !

Nous, nous avons suivi les matchs grace aux FB live et cameras subaquatiques mises en place par Les organisateurs du tournois ainsi que Twitter, mais toi: comment tu résumerais ta semaine ?

Tout s’est passé très vite. il y avait un stress énorme avant la 1ère rencontre des espagnoles au début (phase de poules, « round robbins ») contre qui nous avons d’ailleurs perdu 5-3. À ce moment là nos coachs ont su trouver les mots pour atténuer notre déception et nous aider à affiner notre tactique de jeu.

La 2ème journée a été très intense avec la rencontre de 3 équipes face à qui nous avons réussi à imposer notre jeu en n’encaissant qu’un but.

La 3ème journée des round robbins a également permis de renforcer notre confiance avant d’attaquer les quarts contre le pays d’accueil: la Hongrie, les demies contre l’Angleterre qui est une bonne nation européenne et finalement la finale contre l’Espagne.

Qu’est ce qui a été le plus dur pendant cette semaine ?

L’équipe de France féminine de hockey subaquatique soudée et concentrée avant la finale.équipe de france féminine de hockey subaquatique championne d'europe CP: @uwheuro2017

Clairement les phases d’attente ! Quand on sait que l’on joue contre une nation comme l’Espagne, toutes les heures qui précèdent le match sont interminables et demandent une vraie gestion du stress. On se levait tôt le matin pour garder au moins 3h00 entre notre petit déjeuner et le match. Chaque Match est précédé d’une routine d’échauffement à sec puis d’échauffement dans l’eau. Il y a tout un tas d’étapes à franchir avant d’attaquer le match à proprement parler.

Qu’est ce qui a été le plus facile ?

La vie de groupe ! Paradoxalement, ou pas…On vit bien ensemble avec les filles de l’équipe de France. On a des moments où on arrive vraiment à rire et d’autres qui sont plus individuels et qu’on arrive très bien à respecter. On a vraiment un bon groupe et c’est essentiel dans la quête d’un résultat !

Est ce que tu as un regret sur cette semaine ?

On en a toujours mais je dirais que c’est le fait d’avoir eu autant de mal à décrocher la victoire en finale. J’aurais voulu que l’on ne se laisse pas autant mener pendant tout le match et que l’on soit capable de marquer plus vite (et au passage d’éviter les crises cardiaques dans le banc de nos supporters !)

Quelle a été ta plus grande joie pendant la semaine ?

Je ne sais pas si on peut vraiment parler de « joie ». Je parlerais plutôt de « libération » ! Sans aucune prétention, on se devait de gagner cette finale et d’être championnes d’Europe. C’était dans la logique des choses après un mondial où l’équipe de France féminine terminait 1ère nation européenne et 3ème mondiale derrière l’Afrique du Sud et la nouvelle Zélande. Vaincre les espagnoles aura été un soulagement.

équipe de france féminine de hockey subaquatique joie de la victoire

Coraline (Club de Fontenay Tressigny), co-équipière d’Alison et leur entraîneur: Jacques Bréchaire – une fois la victoire signée. CP: @uwheuro2017

Quand on sort d’un Championnat d’Europe avec une médaille d’or on a envie d’un break ou on se projette déjà plus loin ?

Clairement on se projette ! Je pense déjà aux mondiaux de Québec l’été prochain ! On se dit qu’on a réussi à décrocher le bronze en 2016 alors pourquoi pas l’argent ou l’or en 2018 ? On a envie de rêver !

Est ce qu’il y a des « recettes » de performance que tu as découvertes cette année et que tu comptes répliquer dans ta préparation aux mondiaux ?

Oui, clairement j’ai pris conscience de l’importance du sommeil et de l’alimentation dans un plan de préparation physique. Mon partenaire nutritionnel USANA m’ a aidée en me fournissant des compléments alimentaires, un suivi et des produits de l’effort. Ma meilleure amie et rédac chef Hotsteppers (NDLR: moi :)) en m’intégrant à l’expérience du blog m’a aussi permis de découvrir énormément de choses et d’avoir une approche beaucoup plus complète de mon sport et de mes performances.

Le mot de la fin en vue de ton année à venir et de ta prochaine échéance majeure ?

Je suis pleine d’espoirs, d’envie et de détermination et vois cette année à venir avec beaucoup de positivisme ! Je sais que je suis prête à donner ce qu’il faut pour aller chercher ce rêve de sacre international. Quand on renonce à plein de choses que les autres vivent pour être au niveau, jusqu’à fêter son anniversaire en stage France plusieurs années de suite il y a de quoi douter. Le sport peut aussi être très cruel et les sacrifices peuvent ne rien donner. Mais je suis prête à essayer 🙂

Rendez-vous sur la page Facebook d’Alison touchain – UWH pour suivre sa préparation aux mondiaux 2018 ainsi que sur la page Facebook Hotsteppers. Pour participer à nos séances de circuit training animées par un coach diplômé qui a contribué à la préparation physique d’Alison (et à ma remise en selle post hernie discale), guettez les events de nos pages respectives !

J’en profite également pour souligner la belle 3ème place de l’équipe de France masculine derrière la Turquie et l’Angleterre !

  • Pour revivre la finale en images: https://www.facebook.com/uwheuro2017/videos/1408977179220650/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici