C’était en 2013, je ne travaillais pas encore dans le milieu sportif et Hotsteppers avait à peine plus d’1 an ! L’Ekiden de Paris en était à sa première édition (à l’époque où il n’y avait pas 150 000 mesures de sécurité qui ont plombé l’esprit de la course et moins de coureurs inscrits) – Hotsteppers à sa première vraie expérience de course en équipe.

Quand le hasard fait bien les choses !

Hotsteppers avait organisé un concours pour constituer une équipe faite à l’époque de parfaits inconnus ! Pour ceux qui ne le sauraient pas, un Ekiden est une distance marathon courue en équipe: chacun courant entre 5 et 10km dans un ordre bien précis.

Ce jour là, ils étaient 5 à avoir été sélectionnés. 5 venus d’un peu partout et pas que de Paris, avec leur niveau sportif, leur histoire, leur envie, leur appréhension. Delphine, Carole, Julien, Laetitia, Hippolyte et moi.

Ce jour là nous nous rencontrions pour la 1ère fois, nous écrivions le temps que nous pensions faire sur un papier blanc, jouant le jeu du pari. Nous accrochions nos dossards au milieu de la rue et partagions notre excitation autant que nos objectifs.

De l’Ekiden de Paris 2013 à aujourd’hui: que sont-ils devenus ?

Aujourd’hui, 4 ans se sont écoulés depuis ce grand jour ensoleillé au cours duquel chaque membre de la team s’était dépassé bien au delà de ses prévisions et espérances. Preuve tangible de l’impact d’une équipe sur la performance individuelle ! Le finish de l’équipe complète avec Carole qui avait peiné à terminer (les choses ont bien changé depuis!), me laissera un souvenir impérissable.

Depuis, certains sont devenus amis, se sont tirés vers le haut pour transformer leur pratique sportive. D’autres ont continué sur leur lancée, enchaînant marathons et marathons aux 4 coins du monde. D’autres encore ont connu la blessure et dû faire face pour mieux se reconstruire.

Relire le récit de l’Ekiden de Paris 2013 – Team Hotsteppers

La vie est un incroyable sport. Voici ce que certains membres de l’équipe Hotsteppers à l’Ekiden 2013 sont devenus !

Carole – le virage sportif à 360

« 3 mots en réponse à un post de Marie  pour participer à un Ekiden en relais, et un tirage au sort, qui on fait basculer ma vie sportive »

ekiden de paris team hotsteppers

Un finish main dans la main avec 4 belles personnes qui restent depuis dans mon entourage sportif.
Depuis: le goût du dépassement de soi et des challenges. Les questions s’enchaînent: pourquoi pas faire un semi ? un marathon ?
Le défi est relevé: quelques semis, un marathon et une blessure m’empêchant de courir me font aller nager. Puis Delphine, quelques mois plus tard me met en tête d’essayer le triathlon.
Il y a un club juste a côté de chez moi et je commence à me lasser de ne faire que courir.
Un achat de vélo orchestré par Delphine et François (son mari), une première sortie encadrée, le maillot et les lunettes de natation retrouvés, mes running toujours prêtes, il ne restait plus qu’à prendre mon courage à deux mains et à aller prendre une licence au TCA (Triathlon Club Andrésy)!
Depuis 2014, j’ai découvert le triathlon et fait des rencontres incroyables qui m’ont permis de goûter à tous ses formats S,M,L et le dernier challenge relevé cet été l’ironman !
Merci Marie, ta main heureuse qui ce jour a choisi mon nom pour cette première édition de l’Ekiden et m’a amenée jusque là.

Laëtitia – multisports

Pour couper de la course, j’ai pris des cours de natation (…), Je fais aussi beaucoup de Yoga et j’ai repris la danse. 

ekiden de paris team hotsteppers
CP: @GuiFav
Depuis 4 ans, j’ai allongé les distances et j’ai touché un peu à plusieurs activités.
Je cours toujours autant. En 4 ans, j’ai ajouté 12 marathons de plus à mon escarcelle (dont New-York, Berlin et Londres). J’ai couru 2 Saintélyon et les 100km de Millau (l’un de mes plus beaux défis et voyage). J’ai fait aussi un petit triathlon (après le super stage organisé par Delphine et son mari !) [NDLR: Delphine a par la suite créé son propre blog « Oh My Tri » et organisé des sessions d’entraînement au triathlon et même stages à destination des débutants comme des personnes en recherche de perfectionnement !]
Pour couper aussi de la course, j’ai pris des cours de natation (ce n’est toujours pas cela). Je fais aussi beaucoup de Yoga (mais dans un but ludique) et j’ai repris la danse (fit’ ballet et pole danse cette année).

Hippolyte

Le sport est devenu un fil d’ariane qui me tient sur une ligne droite « safe ».

ekiden de paris team hotsteppers
CP: @GiaoRunning
En 4 ans il s’en est passé des choses…J’ai fréquenté les murs des prisons pour de lourdes bêtises que j’ai faites et du coup à la sortie le sport est devenu un moyen de m’en sortir et d’extérioriser.
J’ai fait un premier semi-marathon en octobre 2014, a l’époque j’avais mis 2:37 pour le boucler… Je venais de sortir de prison et pesais a peu près 120kg.
Puis je suis arrivé  à Paris et j »ai commencé à me mettre sérieusement a courir pour maigrir mais aussi pour exorciser tous mes problèmes. Un deuxième semi, deux marathons et une vingtaine de course en 2015 m’ont permis de perdre beaucoup de poids et de reprendre beaucoup de confiance en moi.
Puis vint 2016: 2 marathons et la découverte du triathlon à Chantilly avec l’envie d’en faire plus.
Au fur et a mesure je m’équipe toujours plus jusque fin août où je boucle mon premier Half Ironman toujours à Chantilly !
Le sport est devenu un fil d’ariane qui me tient sur une ligne droite « safe ».

Marie

J’ai la fierté de n’avoir jamais lâché ni le sport, ni ce blog. De m’être réinventée même.

partenariat hotsteppers usanz
De gauche à droite: moi, Rebecca (Usana), Alison
Mon histoire, vous la connaissez sans doutes déjà. L’année 2013 était l’année de la course à pied dans toutes sa splendeur. Des courses successives, des rencontres, un univers très « running-centré », au point de me faire embaucher dans un groupe de sport – grâce à ce blog. Le marathon de Paris en 2014 est venu couronner ma progression avant de chuter. Victime sans le savoir d’un resserrement vertebral au niveau lombaire depuis une dizaine d’années, mon disque sous pression a fini par s’inflammer. Une combinaison de stress, de préoccupations familiales et de « fatalité » (cela devait arriver) ont fait flamber le dernier étage de ma colonne vertébrale. 6 mois de douleur et de nuits incomplètes; plusieurs arrêts de travail bien que beaucoup trop courts avec le recul (warrior obsession !). Des rencontres successives, un stage de réentraînement à l’effort salutaire pour remettre mon corps et ma confiance en marche. 3 ans plus tard, j’ai fait une rencontre médicale totalement surprenante et suis un protocole de 6 semaines auprès d’un chiropracteur. Objectif: reprendre la course à pied et regoûter à un effort dont j’ai appris par nécessité, à me passer. Les choses ont donc bien changé en 4 ans ! Mais, j’ai la fierté de n’avoir jamais lâché ni le sport, ni ce blog. De m’être réinventée même: organisation de séances de préparation physique pour aider un maximum de personnes à s’entraîner sans se blesser; formations successives en nutrition du sportif et générale; soutien de ma meilleure amie Alison (hockey subaquatique) pour la visibilité de son sport; partenariats sérieux et constructifs. Le meilleur reste à venir !

J’ai tenu à écrire cet article avec l’aide précieuses de mes co-équipiers de l’Ekiden de Paris 2013, pour vous faire réaliser plusieurs choses.

Dans la vie tout peut arriver. On n’est déterminé que par l’idée que l’on se fait de soi même. Si on veut changer sa vie, on peut.

Personne n’est à l’abri d’un coup dur ou de la blessure. Mais cela reste un évènement. Vous êtes bien plus qu’une blessure. N’oubliez pas d’explorer toutes les richesses qui sont en vous.

Le sport est une chance. Pouvoir trouver l’équilibre, se dépasser, vivre sa vie à 200% est un don de la vie. Célébrez-le sans cesse !

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici