Altra Running: comment j’ai lancé une marque rachetée par un groupe qui pèse 12 milliards

4
altra running
Temps de lecture estimé : 8 minutes

Voici un titre bien racoleur qui ne cache rien d’autre qu’une belle histoire ! Certains le savent, d’autres ne s’en sont pas rendus compte mais j’ai fait partie de la micro équipe qui s’est battue corps et âmes pour faire éclore la marque Altra Running en Europe (2014). 4 ans déjà. Aujourd’hui, Altra change de giron et quitte le groupe Icon Health and Fitness pour rejoindre les célèbres marque du géant VF Corp. Un signe de réussite pour cette marque à l’ADN si fort. Une opportunité de grandir encore plus et de changer la vie de toujours plus de runners. Une rupture pour ceux qui comme moi l’ont aidée à grandir et qui ne la suivront pas. Rien que pour ça, cet article de beaux souvenirs mérite toute sa place sur la toile.

La découverte d’Altra ou mon renouveau (dans le monde du sport)

Lost in translation

C’est l’histoire d’une nana qui avait quitté l’armée après 5 ans d’école d’ingénieur et un MBA en marketing et qui ne savait plus pour quel monde professionnel elle était faite !

C’est l’histoire d’une nana qui savait que la vie pouvait offrir de bonnes opportunités au bon moment, si tant est que nous sachions les saisir.

C’est l’histoire d’une nana qui s’était fait la promesse d’accepter un maximum d’invitations pour élargir son monde, pour grandir. Cette nana, c’est moi et c’est en pleine recherche de boulot (d’elle même) en 2013 que mon aventure Altra a commencé.

En plein conseil auprès de Marie Jo Pérec !

Hotsteppers au 1er évènement presse Altra Running

Invitée à un évènement pour le lancement presse de la marque Altra Running en France, j’avais trouvé le communiqué de presse plutôt technique et le concept de marque « zero drop » un peu extrême. Je percevais un ènième concept « minimaliste » à la « 5 fingers », pas du tout dans mon délire de runneuse, moi l’inconditionnelle d’Asics. Mais je m’étais fait une promesse. M’ouvrir. Alors j’ai accepté, à contre-coeur. Les locaux de la marque en France étaient en plus,… à 4km de chez moi (Yvelines) !

Je n’avais aucune excuse.

Ambiance #ZeroLimits

Une fois sur place, l’ambiance était déjà très masculine (Altra reste aujourd’hui une marque largement plus prisée par les hommes que par les femmes). C’était clair et net, j’étais la seule blogg-euse.

Heureusement que les quelques femmes des équipes du groupe Icon à qui appartenait Altra étaient présentes (Alison, Sandrine, Pauline). La présentation de la marque commençait alors. Pour ceux qui ont eu la chance d’entendre Brian Beckstead, co-fondateur Altra Running, parler de sa marque: vous savez.

Brian au centre, Jeff Browning (élite Altra) (à droite), Sondre Amdahl (élite Altra) (à gauche)

Mon anglais bilingue, mon inspiration américaine (2 ans de vie là bas; la moitié de ma famille expatriée aux 4 coins des US) et ma curiosité naturelle faisant, j’avais les yeux qui brillaient.

Je me souviens très bien des personnes à qui j’ai parlé ce jour là. Claude, volubile et dynamique, qui deviendrait mon boss quelques semaines plus tard. Alison, en retrait, discrète mais observatrice, qui deviendrait ma meilleure amie quelques mois plus tard. Je n’oublierai jamais cette matinée.

Alison 🙂

Ta mission, si tu l’acceptes

Quelques coups de téléphone, entretiens, semaines et formalités plus tard, je me retrouvais assise à un bureau un étage au dessus du showroom où avait eu lieu l’évènement presse. J’étais officiellement la nouvelle social media manager du groupe Icon en Europe.

Mon poste évoluera ensuite très vite, entre gestion de l’éditorial, de partenariats sportifs, perpétuellement à cheval entre la comm’, le marketing et les ventes en ligne. Altra n’était pas la seule marque dont j’avais la responsabilité mais c’est celle qui m’aura le plus marquée.

« Aujourd’hui à un nouveau tournant professionnel et personnel, je garde précieusement en mémoire ces années riches qui m’auront façonnée. »

Un 1er Salon du Running: challenge #ZeroLimits

Les 1ers prototypes ou même modèles Altra feraient rire les récents adeptes et sourire les pionniers de la marque !

1er modèle Altra Running « One » (2014)

Quel chemin parcouru entre la 1ère « One » vert/jaune fluo et les modèles Fall-Winter 2018 ou Spring-Summer 2019 qui s’apprêtent à sortir !

Altra Running Vanish (2018)

Alors que la marque était à peine arrivée sur le marché français, que nous avions absorbé son ADN si particulier et intégré jusque dans les moindres détails ses particularités techniques: nous devions assurer sa présence (ou plutôt son lancement) au Salon du Running (ex: « Running Expo »).

Oui, LE Salon du Running. Cette jungle commerciale où les cadors de la course à pied exposent leurs collections sexys et abouties sur des mètres de linéaires siégeant au coeur de stands pharaoniques.

A 4: une stagiaire, un commercial fitness, Alison et moi, nous avons expliqué le concept de « zero drop », de « large toe-box », de biomécanique de course et diffusé toutes les convictions profondes d’Altra et de ses fondateurs, du matin au soir, non stop, à des coureurs multilingues et multi origines.

Exténuant mais grisant. Je courais en plus mon 1er marathon (et seul jusqu’à ce jour), le Dimanche.

Jamais je n’ai vécu un Salon du Running aussi intense et aussi génial ! Tout était à faire et nous avons tout donné. Que pouvions nous espérer de mieux ?

Thierry, Alison, Clotilde: la toute 1ère !

Les ambassadeurs Altra et l’UTMB: mémorable aventure humaine

Une marque vouée corps et âmes aux coureurs

Le génie d’Altra aura été selon moi de répondre à un besoin évident mais assez inavoué des coureurs: minimiser leurs blessures.

Quand les fondateurs d’Altra ont réalisé que l’ajout de talons (le fameux « drop ») sur la plupart des chaussures de running, sans compter toutes leurs fioritures techniques, ne faisaient que favoriser un mauvaise foulée (« biomécanique de course » pour les fanas), ils ont proposé leur concept « zero drop » à de grandes marques du running.

L’idée: concevoir des chaussures sans talon, donnant plus de place et de pouvoir au pied pour retrouver des sensations de course saines et littéralement « réapprendre à courir ».

Les marques en question, plutôt en mode « just don’t do it » à ce moment là, leur ont fermé la porte. Pas résignés pour autant, les loustics ont lancé leur « délire ».

On sait à quel point les 1ers modèles étaient moches mais les convictions de la marque, la ferveur avec laquelle ses créateurs en parlaient et le confort inégalé du pied, même dans ses 1ers modèles, ont préparé le terrain pour de nombreuses générations d’adeptes à commencer par ses ambassadeurs.

La puissance des ambassadeurs d’Altra

Si vous êtes ou avez été ambassadeurs d’Altra: vous savez ! Que vous ayez ou fassiez partie de l’équipe officielle ou que vous soyez ambassadeur naturellement, par votre attachement à la marque, vous êtes le mieux placé pour parler de cette loyauté que vous ressentez envers Altra et l’évidence qui vous amène à courir Altra aux pieds.

L’unique Philippe Billard !

Si quelques années plus tard j’ai été fortement poussée à recruter plus d’ambassadeurs et à shunter leur formation « face to face », les 1ères années ont été humainement particulièrement plus riches.

Tout a commencé avec le recrutement de 8-10 ambassadeurs pour la France uniquement. La 1ère année, je formais un petit groupe, dans les locaux yvelinois de la marque. Les années suivante, c’est carrément à Chamonix à l’occasion de l’UTMB que les nouvelles « promos » d’ambassadeurs se rencontraient, nous rencontraient également et s’imbibaient de la culture forte d’Altra, de son histoire, de ses missions et de ses valeurs.

Merci aux pompiers toujours très présents dans la communauté Altra !

J’ai parcouru des centaines et des centaines de candidatures pour essayer de composer la meilleure équipe chaque année. Pardon à tous ceux que je n’ai pas choisis, sachez cependant que je n’ai pas oublié la moindre de vos lignes, lues avec attention et respect. Mes choix n’ont pas toujours été parfaits mais globalement bons, très bons même. La preuve, la plupart des ambassadeurs Altra d’un jour le sont restés, …toujours !

Je regrette par la suite d’avoir cédé à la stratégie du recrutement plus massif au détriment de la rencontre réelle (budget, again and again !)

La rencontre humaine n’a pas de prix.

Tous 1ers modèles et…1ère « promo » d’ambassadeurs Altra Running !

Il faut dire quand même que pendant toutes ces années nous avons fait des petits miracles avec un budget ridicule. Bien souvent, les utilisateurs de plus en plus nombreux pensaient que nous étions une armée derrière alors que nous étions moins nombreux que les doigts d’une main, qui plus est quasiment tous multi marques.

Je me rappelle même avoir reçu des lettres très véhémentes de personnes critiquant la manière dont Altra s’exprimait en France par rapport aux USA, ses actions de comm’, ses prises de paroles. Si seulement ces personnes avaient su que nous étions 5 fois moins nombreux que nos homologues américains, eux mêmes pourtant dédiés à Altra à plein temps !

Peu importe les revendications, les incompréhensions, les regrets: c’est le jeu et nous l’avons joué à fond ! Zero Limits. Zero Regrets ! – Altra s’arrête pour nous côté pro mais continue plus que jamais avec vous et s’apprête à prendre un gros tremplin pour exploser en Europe: soyez prêts !

souvenirs altra running hotsteppers
Souvenirs Salon du Running avec Elodie A.
Souvenirs Interview de l’un des ambassadeurs Altra: Malcom !

Merci à Alison, Claude, Romuald, Laura qui auront fait partie du coeur de l’aventure Altra à un moment ou à un autre et qui auront contribué à son envol. C’est quelqu’un qui m’a dit que… « nos noms ne seraient jamais gravés dans l’Histoire de la marque » et qu’il fallait l’accepter humblement, mais nos belles années Altra, elles, seront imprimées dans nos mémoires, dans nos coeurs et continueront de guider nos foulées de runners – peut être pas sur les mêmes chemins, mais loin, j’en suis sûre.

Article précédentValeur nutritionnelle des aliments: pourquoi le Nutri Score est déjà obsolete ?
Article suivantLa Trouvillaise fête ses 10 ans et nous on danse la vie !
Marie
Créatrice et blogueuse sport - nutrition - bien-être. Après des études d'ingénieur bio (France) et un MBA en marketing (Canada), j'ai vécu une expérience de 18 mois dans l'armée de l'air. Ultra curieuse et pour la diversité, j'ai créé le support Hotsteppers ainsi qu'une association de training du même nom pour inciter à bouger, manger et vivre mieux, peu importe son niveau ou son âge ! Freinée en pleine quête de performance par une adénomyose (forme d'endométriose), j'ai dû et continue de repenser ma passion et pratique sportives tout en explorant sans arrêt de nouvelles pistes de santé et bien être. Après avoir travaillé 5 ans pour des marques de sport, je me suis lancée en tant qu'indépendante début 2019 dans le conseil éditorial et social media. Matière vivante, Hotsteppers est un support sans filtres, mouvant, au gré de ma vie et de mes aventures.

4 COMMENTS

  1. Merci Marie pour votre réponse, j’ai contacté Altra aux USA qui m’ont répondu qu’à moins d’avoir un contact là-bas qui puisse réceptionner une paire et me l’envoyer, ils ne pouvaient pas faire grand chose pour moi .
    ce n’est pas grave, j’ai renvoyé la paire que je jugeais défectueuse au vendeur qui la soumet aux technicien d’Altra .
    Je vous souhaite un avenir radieux,
    Cordialement,
    Grégoire

  2. Beau témoignage et belle aventure, mais la question que je me pose, très pragmatique, en ce 05 Février 2019, c’est comment faire, maintenant que vous n’êtes plus là, plus de site Altra France, pour, d’une part acheter les chaussures (votre politique et votre rapidité de réponse étaient quand même proche du parfait), et d’autre d’une autre, faire part des problèmes rencontrés avec les produits .
    Bonne continuation,
    Cordialement,
    Grégoire

    • Merci Grégoire ! Cette question très pragmatique est aussi très légitime. Tout ce que j’avais mis en place avec l’équipe sur la partie social media fonctionnait en effet super bien. Le changement de groupe de la marque s’est bien entendu fait bien au dessus de notre niveau français et même européen. Le nouveau groupe a visiblement sous estimé le potentiel de l’Europe et l’efficacité du très petit nombre de personnes en poste (les utilisateurs nous imaginaient souvent nombreux alors que nous étions peu à faire beaucoup !). C’est très dommage…Sans doute se rendront ils compte tôt ou tard que l’Europe n’auraient pas du être délaissée à ce point. Je ne travaille plus ni pour la marque ni pour le groupe qui l’a cédée à VF donc difficile pour moi de vous répondre. Ce que je sais est qu’a priori il n’y a pas de raison que les ventes en magasin aient cessé…? donc à défaut de vente en ligne, allez jeter un oeil dans vos magasins spécialisés. Pour le SAV…le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous adresser au CM de la page Facebook USA. Ils doivent recevoir un certain nombre de demandes et sauront vers qui vous orienter, j’espère 🙂 Bons runs futurs ! Marie

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.