Prévenir et guérir : l’approche holistique de Maxime Canu, chiropracteur

0
Temps de lecture estimé : 13 minutes

Le corps ne ment jamais. C’est le titre d’un livre dont j’ai aperçu la tranche, allongée dans la salle de soins de Maxime CANU, chiropracteur consultant à Paris sauf le Mercredi, dans les Yvelines. Après une série de séances débutées en pleine période de crise personnelle, physique et psychologique, mon corps donc mon esprit ont peu à peu retrouvé leur air et leur potentiel. Un process singulier, recquérant confiance et patience que j’ai souhaité creuser et partager avec tous ceux qui un jour ont ou chercheront à guérir et à se retrouver.

Le contexte : fin de job et diagnostic de maladie

Ébranlée par un diagnostic d’adenomyose en décembre 2018 couplé au départ douloureux d’un CDI occupé contre vents et marées pendant 5 ans, je suis arrivée chez Maxime Canu sur recommandation d’une amie proche en qui j’ai une grande confiance. Mais je savais que mon histoire était singulière et qu’il ne me faudrait pas une solution standardisée pour aller mieux. Il m’en faudrait plusieurs d’ailleurs. J’étais fatiguée, triste, démotivée par tout et surtout : j’avais mal à cause d’une explosion inflammatoire au niveau pelvien et de quelques « maladresses médicales » (mauvaises décisions gynécologiques).

En 3 mois, j’ai transformé mon alimentation, intégré des compléments alimentaires naturellement anti-inflammatoires à mes routines quotidiennes, repensé mes objectifs de vie, évité de peu de me lancer dans un traitement antidépresseur tellement la douleur physique et morale associées me minaient (les femmes atteintes d’endométriose et d’adénomyose n’ont pas besoin d’un dessin; pour tou(te)s les autres : imaginez-vous jeune, dynamique et passionnée, les jambes coupées par une douleur inflammatoire chronique à laquelle vous ne pouvez rien.)

J’aimais passionnément le sport : je devais renoncer à la course à pied et mesurer ma pratique.

J’avais plein d’idées à apporter à une ou plusieurs entreprises : la dernière que j’avais connue m’avait foutue au placard en me répétant que je n’avais servi à rien.

J’avais une best friend en qui j’avais une confiance infinie : elle m’a tourné le dos sans que je ne comprenne rien à ce choix brutal.

Trop de chocs, trop de deuils simultanés, trop de douleur. Et puis il y a des gens qui m’ont aidée à ne pas sombrer et à me reconstruire. Parmi eux, Maxime Canu dont le métier, les convictions et l’approche dépassent ce que l’on imagine de la chiropraxie.

Voici mon expérience entre ses mains et son analyse, ainsi que le sens qu’il entend donner à sa mission principale : soigner le corps et l’âme.

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Mission chiropraxie : un mélange de science, d’art et de philosophie

Un jour en fin de consultation Maxime, 27 ans, m’a dit :

« Je suis jeune et je peux travailler plus, j’aimerais utiliser mon plein potentiel ».

Une réflexion classique d’une personne a l’aube de sa carrière, passionné par son métier et porté par une ambition saine d’action et de réussite. Sauf pour Maxime.

Il fallait poursuivre la conversation pour comprendre le sens de son besoin de développement.

« Si je travaille plus je pourrai aider plus de gens »

a-t-il alors ajouté.

« En plus, en Chiro on peut faire beaucoup de choses pendant des séances assez courtes donc en une journée je peux vraiment rendre service à plein de personnes différentes. 

Imaginez en 2 jours, 2 semaines, 2 mois ?

Maxime CANU encore très jeune, a étudié 6 ans à l’IFEC après un Bac S puis cherché à se former aux meilleures techniques chiropratiques partout en Europe lors de séminaires techniques parmi lesquels HIO, AK, TBM, SOT, Network, ABC, MLS, activator.

Pourquoi la pratique chiropratique de Maixme CANU a t elle déjà amélioré la condition physique et psychologique de nombreux patients – dont la mienne ? Pourquoi une approche holistique du corps et de l’esprit est plus que jamais un enjeu de guérison comme de bien être à notre époque souvent perturbée par une certaine violence sensorielle, relationnelle, physique ou morale ? Pourquoi faire des ponts entre plusieurs approches (médicales et para médicales) plutôt que de les confronter ouvre toujours plus de portes pour soulager les patients, de tout âge et de toute condition physique ?

Maxime CANU nous décrit son approche, nous partage ses convictions et quelques uns de ses secrets pour être toujours plus vivant et cohérent avec soi même, chaque jour de sa vie.

Il ajoute :

« A part les jours de comptabilité, c’est un bonheur pour moi de me lever le matin pour rencontrer mes patients ! Le but final de la chiro est vraiment de changer la vie des gens, de leur permettre de vivre leur vie à 100% de leur potentiel, pas seulement de faire disparaitre des douleurs physiques. Si c’était le cas je serais juste content. Mais là, je suis comblé.

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Le site web de Maxime Canu

Quels sont les fondements de la chiropraxie ?

Historiquement on parle de trois piliers de la chiropratique : la science, l’art et la philosophie. 

« La science nous permet de comprendre les mécanismes, l’art est la personnalisation du soin et la maitrise parfaite des mouvements de soin que l’on appelle « ajustements », on peut (presque) parler d’une chorégraphie du soin d’ailleurs, et la philosophie nous permet entre autres d’être clair, principalement sur le pourquoi, de notre mission en tant que chiropracteur. »

La théorie qui a enfanté la chiropraxie, est qu’il existe en chaque être vivant une force de guérison innée que l’on appelle intelligence innée (que la médecine a ensuite appelé homéostasie), qui chez les vertébrés se transmet par le système nerveux.

Cette force de guérison est toujours au maximum de ses capacités, mais sa transmission est dépendante de l’intégrité du système nerveux et de la colonne vertébrale qui le protège.

En ajustant la personne, le chiropracteur cherche à libérer celle-ci de toute interférence neurologique pouvant diminuer son niveau de santé et d’énergie.

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Quelle sont les différences entre la chiropraxie et l’osteopathie ?

Question très facile dans l’absolu, très complexe dans les faits !

En effet, il y a encore peu de temps, 85 écoles d’ostéopathie en France délivraient 85 formations différentes tant en durée qu’en qualité et en contenu. Il est encore assez difficile de dire ce qu’est l’ostéopathie aujourd’hui.

« Je vais plutôt vous expliquer ce que font les ostéopathes avec qui je travaille, ce qui ne prévaut probablement pas pour toute la profession. »

Maxime précise que les ostéopathes avec qui il collabore, travaillent sur la mécanique viscérale et crânienne ainsi que sur les fluides du corps. Historiquement, l’ostéopathie comme la médecine partent de la loi de l’artère et de la veine, théorie qui postule que la régulation des fluides permet une meilleure santé.

« Le principe de l’artère est suprême et rappelle qu’une circulation satisfaisante de tous les fluides est la clé d’un apport optimal aux organes et aux cellules et donc la clé de la santé. » A.T. Still, fondateur de l’ostéopathie

Source : https://www.beatrice-capelle-osteopathe.fr/les-articles/articles/principes-osteopathiques-chapitre-1-l-artere-est-supreme

La chiropratique elle, cherche à améliorer les communications intercellulaires entre le corps et le cerveau par une optimisation du système nerveux et de la posture notamment.

NDLR : depuis 3 mois, je consulte Maxime Canu à raison d’1 fois toutes les 2 semaines et un excellent ostéopathe environ 1 fois toutes les 3 semaines. Ce n’est pas un rythme de croisière « pour tous » mais un rythme de guérison temporaire qui m’est personnel ! Les 2 n’agissent pas du tout sur les mêmes sphères et leurs actions se potentialisent. Il me semble important de trouver un juste équilibre entre sens critique (ne pas faire une confiance aveugle à n’importe quel thérapeute ni se mettre en position de faiblesse à cause de la douleur : les charlatans existent) et intuition voire lâcher prise, pour savoir se laisser guérir sans nécessairement accepter de tout maîtriser ou comprendre.

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Venir avec une douleur physique, repartir avec une force mentale : comment et pourquoi ?

Lors de nos discussions, le chiropracteur Maxime Canu m’a plusieurs fois parlé de patients venant avec une douleur bien définie et repartant avec la force et l’envie de changer quelque chose de majeur dans sa vie. J’ai voulu en savoir plus.

« Tout le monde ne quitte pas son travail en venant me voir évidemment, mais le but étant de redonner aux personnes qui sollicitent mon aide leurs capacités optimales, il n’est pas rare de voir des décisions, parfois difficiles, êtres facilitées par le suivi. »

Le lien entre force physique et force mentale : des vases communicants ?

« Notre corps compense en permanence des stress physiques, chimiques et émotionnels, ce qui lui demande beaucoup d’énergie, surtout s’il ne fonctionne pas à son niveau optimal. »

En clair, ce n’est que du bon sens : plus les stress s’accumulent et plus le corps à du mal à s’adapter et à évoluer. Si en plus le système nerveux qui assure la communication interne n’est pas à 100% on n’est plus capable de prendre des décisions en pleine conscience. Le corps n’arrive plus à nous communiquer ses besoins. On ne s’écoute plus.

L’exemple de la communication dans le couple

« Regardez comment fonctionne un couple après une journée bien difficile ! La capacité de résilience de chacun est tout de suite bien réduite non ? »

Maxime Canu ajoute :

« Imaginez maintenant que la communication soit déjà difficile dans le couple même sans difficultés majeures, à la moindre contrainte, c’est le drame direct ! Pour le corps, c’est exactement pareil. »

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Success stories de chiropracteur : 2 histoires parmi d’autres !

Parmi tous les patients qui viennent consulter Maxime, chacun a son histoire, ses douleurs, ses fragilités et ses rêves. Aucun suivi ne se ressemble.

« Ma plus belle satisfaction humaine est de pouvoir me lever le matin en sachant que j’aurais contribué à améliorer la vie de mes patients. Il n’y a pas de petites victoires dans ce domaine. »

Si vous lisez ce blog régulièrement c’est forcément parce que vous aimez le sport. Sans forcément être dans la recherche de performance, vous aimez bouger ! Maxime Canu en tant que chiropracteur nous rappelle (et il le fait bien !) que pour certains, être de nouveau capable de faire des gestes aussi « simples » que de lacer ses chaussures est une victoire énorme qu’il fête dignement avec ses patients concernés.

Malgré tout, certaines victoires l’ont marqué encore plus que d’autres, en voici deux qui devraient vous donner le sourire !  

De l’ombre à la lumière chez un enfant de 8 ans

« La première est celle d’un de mes tous premiers patients, un tout jeune homme de 8 ans, assez renfermé, ayant peu d’amis à l’école, asthmatique, ne pouvant pas courir plus de 100m sans s’essouffler. On le sentait fatigué, triste, stressé, chose bien entendu anormale chez un enfant de son âge. »

Au niveau postural, le jeune homme est tout avachi en avant, épaules et tête en avant. Maxime Canu l’ajuste trois fois espacées de 2 semaines. Lors de la quatrième séance, il raconte voire arriver un enfant souriant, droit, avec les yeux qui pétillent et qui lui dit être un peu triste parce qu’il n’a pu courir « que 2500m » avec son père ! En l’espace de quelques semaines, Maxime Canu évoque une « timidité » disparue, un asthme ne survenant plus que très rarement, et une capacité nouvelle à faire du sport, à s’épanouir et à sourire.

 » Bien entendu ce n’est pas moi qui ait produit tout ça, mon travail n’a été que d’harmoniser le corps et notamment le système nerveux afin de laisser ses capacités naturelles de guérison et de développement s’exprimer librement. La santé et le bonheur viennent toujours de l’intérieur. »

Back to running : d’une marche difficile à un retour à la course à pied

« Une autre de mes « success stories » marquantes est celle d’un homme qui aime profondément courir. Depuis 2 ans, il souffre des lombaires même sans effort, marcher est compliqué, courir impensable. »

Un de ses amis lui dit de venir voir Maxime Canu qui le reçoit en première visite, après lui avoir posé quelques questions. L’homme s’effondre alors en larmes et dit : « vous pensez que je pourrais recourir un jour ? » (NDLR : privée de course à pied depuis 5 ans à cause de mon adénomyose qui fait exploser l’inflammation pelvienne, je comprends sa tristesse et ne compte plus les fois où j’ai pu dire ça à un médecin ou praticien de santé !)

« C’était il y a un an. Récemment nous avons fêté son premier 10km en compétition, et un 16km est prévu dans quelques mois ! »

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

La douleur : pourquoi nos symptômes ne sont pas toujours corrélés à notre état de santé ?

La douleur n’est qu’une indication très partielle de notre état de santé

Cette question est un vrai sujet. Certaines personnes ont (sans le savoir) des dos cassés avec plusieurs hernies discales et n’ont pas de douleur. D’autres vont avoir un état inflammatoire très rapidement, dès les premiers signes de protrusion discale (mon cas) ce qui pourra générer des douleurs extrêmes.

Les exemples vont jusque chez les patients atteints de cancers avancés. Certains vivent dans la douleur, d’autres non. Le mental joue énormément dans la perception de la douleur, ce qui implique bien sûr que l’on peut s’attacher à moins la subir en renforçant son psychisme. Mais jusqu’à un certain point. La douleur a aussi un message à nous faire passer et on ne peut continuellement la faire taire, notamment à coup de médicaments anti-symptômes.

« J’aimerais revenir sur la notion même de douleur : 90% des informations nociceptives (i.e. de douleur) n’atteignent jamais le cortex cérébral, donc la conscience. Notre corps est programmé pour ressentir et compenser toutes ces informations de façon automatique pour nous permettre de nous concentrer au maximum sur nos activités conscientes sans être soumis à des douleurs perpétuelles. Ce qui veut dire que vous ressentez une information douloureuse sur 10. » 

Faire confiance à ses seuls ressentis douloureux pour évaluer son état de santé est alors forcément biaisé du moins insuffisant.

« Vous est-il arrivée de vous couper avec une feuille de papier ? Est-ce que la douleur ressentie est proportionnelle à la dangerosité immédiate de cette feuille ? – pas vraiment. Inversement, avez-vous ressenti une quelconque douleur lors de votre dernier apéro quand (si) vous avez pris de l’alcool, bien connu pour endommager le foie notamment ? »

Sommes-nous devenus déconnectés de nous mêmes ?

L’éducation, l’accoutumance, la société de performance entre autres sont des éléments qui peuvent diminuer notre perception et notre réaction face à la douleur.

« La plupart d’entre nous avons été éduqués à serrer les dents en attendant que la douleur passe. Notre corps apprend à se taire et se déconnecte au fur et à mesure. « 

Maxime ajoute malgré tout qu’inversement certains facteurs peuvent augmenter les douleurs, au delà de la réalité médicale du patient. Dans mon cas par exemple, mais soucis personnels ont énormément majoré mes douleurs inflammatoires à tel point que le dernier médecin gynécologue que j’ai vu s’attendait à voir une imagerie bien pire après m’avoir écouté décrire mes symptômes. Cela ne remettait aucunement en question les contraintes de mon adénomyose mais remettait en perspective 2 choses finalement bien distinctes : la gravité médicale versus l’intensité de la douleur.

Maxime Canu ajoute :

« Je crois vraiment que la douleur doit bien sûr être écoutée et entendue, mais aussi être prise avec recul et remise en contexte. »

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Quelle ambition de carrière pour un chiropracteur au 21ème siècle ?

Travailler en réseau : une urgence thérapeutique

« Il est important autant que possible de communiquer en réseau thérapeutique, ce qui est malheureusement très difficile, en particulier car beaucoup de médecins ont encore une image biaisée du travail de chiropracteur et rejettent tout échange. A contrario, les médecins qui s’ouvrent à la chiro en deviennent souvent de fervents adeptes aux vues des résultats sur les patients, notamment pour éviter les chirurgies. Les échanges deviennent alors riches et productifs pour les patients. »

Contribuer à une nouvelle approche de la santé

« J’espère pouvoir à mon échelle faire changer la vision de la santé, actuellement basée sur les symptômes, vers une vision plus juste, qui prenne en compte l’aspect fonctionnel avant l’aspect sensitif. J’espère également pouvoir toucher et d’impacter la vie d’un maximum de personnes à travers ma pratique, et tous les médias qui me permettront de délivrer mon message tels que des conférences notamment. » 

Que peut on espérer en matière d’évolution des modes de pensée entre professionnels de santé en France, pays très « occidental » habitué depuis toujours à soigner les symptômes plutôt qu’à prévenir les maux ?

« L’évolution de mon métier est malheureusement plus dans les mains de politiciens qu’autre chose, et je ne peux qu’espérer que les décisionnaires choisissent de rester fidèles aux valeurs de la chiro, évoluer bien sûr mais ne pas se déguiser pour mieux entrer dans le système actuel. La chiro est une profession de santé holistique, et j’espère qu’elle le restera. La recherche scientifique en chiro devient de plus en plus pointue et nous permet au fur et à mesure une compréhension de plus en plus complète des processus qui en font l’efficacité. »

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Où consulter Maxime Canu Chiropracteur : à Paris ou dans les Yvelines

maxime-canu-chiropracteur

Nombre de séances par patient

Le nombre de séances par patient varie énormément selon son âge, sa condition physique, ses problématiques et la manière dont son corps répond aux soins et met en place des changements.

Durée d’une séance

Une séance de chiropraxie avec Maxime Canu dure entre 15 et 30 minutes (entre soins et explications voire conseils finement adaptés à votre condition du jour).

Prix d’une séance

  • 1ère consultation diagnostique : 120€
  • Les suivantes : 80€ 

Lieux de consultation

  • A Paris : 60, avenue Marceau dans le 8ème
  • A Fontenay le Fleury dans les Yvelines (78) le mercredi après-midi (espace Chrysalide)

Pour consulter Maxime Canu Chiropracteur : rendez-vous sur Doctolib ou par téléphone

Rendez-vous sur Doctolib : https://www.doctolib.fr/chiropracteur/paris/maxime-canu ou par téléphone : 06 32 78 79 79 

Article précédentSport et cycle féminin : et si le corps des femmes n’était pas fait pour le sport ?
Article suivantTriathlon des Roses 2019 : triplet sportif et retour aux affaires pour Hotsteppers !
Marie
Créatrice et blogueuse sport - nutrition - bien-être. Après des études d'ingénieur bio (France) et un MBA en marketing (Canada), j'ai vécu une expérience de 18 mois dans l'armée de l'air. Ultra curieuse et pour la diversité, j'ai créé le support Hotsteppers ainsi qu'une association de training du même nom pour inciter à bouger, manger et vivre mieux, peu importe son niveau ou son âge ! Freinée en pleine quête de performance par une adénomyose (forme d'endométriose), j'ai dû et continue de repenser ma passion et pratique sportives tout en explorant sans arrêt de nouvelles pistes de santé et bien être. Après avoir travaillé 5 ans pour des marques de sport, je me suis lancée en tant qu'indépendante début 2019 dans le conseil éditorial et social media. Matière vivante, Hotsteppers est un support sans filtres, mouvant, au gré de ma vie et de mes aventures.

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.