Temps de lecture estimé : 8 minutes

Édito : le sport doit libérer, pas enfermer

En 2019 les pratiques sportives continuent d’évoluer. Certains diront que les gens s’arment de plus en plus d’autonomie et se détachent des cours collectifs ou des pratiques encadrées. D’autres diront que les pratiquants cherchent de la flexibilité. Loin de ces considérations très typées « analyse marketing de modes de consommation », je pense surtout que la plupart d’entre nous cherchons avant tout plus de liberté avec une envie croissante d’outdoor et d’horizons sans limites ! Plus de temps, plus d’espace et moins de cette pression latente qui envahit un peu trop nos semaines.

Le chrono c’est bien mais ça n’est pas tout. Être fit c’est bien mais cela semble tellement dérisoire le jour où l’on fait face à des problèmes de santé. Brûler des calories c’est marrant 2 minutes mais ça n’a aucun sens en soi. Le sport, le vrai, est bien plus que ça : c’est un mode de vie.

Le sport ne se pratique plus, il se vit.

A l’inverse, le sport utilitariste dont on se sert (par définition) pour perdre du poids, garder la forme ou se sentir mieux dans son corps est une chose mais pas tout et ne suffit plus. Il n’y a jamais eu autant de pratiques freestyle, quitte à ce que certains athlètes y perdent la vie comme les 3 alpinistes de renom du Team North Face en début d’année (David Lama, Hansjörg Auer, et Jess Roskelley) ou très récemment Austin Howell, grimpeur en free solo mort d’une chute de 24 mètres.

Sans aller jusqu’à flirter avec le danger, Hosteppers a marqué son esprit outdoor de plusieurs manières ces dernières années. Plus qu’un lieu de pratique, il s’agit avant tout d’un état d’esprit.

1. Des Circuit Training Outdoor : même sous la grêle

Les Circuit Training Hotsteppers ont vu le jour en 2017. Après une blessure très douloureuse et pénible au dos en 2014, j’ai pris conscience du côté parfois borné de nos pratiques mono sportives et réalisé que j’avais moi aussi eu ma phase « running monomaniac » pendant quelques années !

Cette pause forcée m’a ouvert les yeux sur d’autres manières de bouger et sur l‘importance de la préparation physique générale avec un gros accent sur l’entraînement fonctionnel (mouvements très variés avec des charges faibles pour travailler en qualité). J’ai alors créé une association et sélectionné des préparateurs physiques qui partagent cette passion du mouvement, de l’anatomie et d’un type de coaching très qualitatif.

circuit training hotsteppers
Circuit Training Hotsteppers – Yvelines (Noisy le Roi)

Les nouveaux participants me demandent souvent ce que je fais l’hiver ou quand le temps n’est pas estival ! Je leur réponds : à moins qu’une piste soit recouverte de neige et impraticable (et encore, il reste l’option de la forêt !), toutes les séances ont lieu. C’est aussi une manière de redonner aux gens le goût de l’outdoor et de leur permettre de se reconnecter aux saisons.

2. Passion fartlek : sensations et improvisation

Quand je faisais beaucoup de course à pied, il m’est arrivé de suivre des plans d’entraînement, notamment pour le marathon de Paris. Mais la plupart du temps, j’avais beaucoup de mal à respecter des séances types !

Bien sûr, quand on a un excellent niveau et que l’on vise de vraies performances on doit se tenir à un minimum de structure dans ses entraînements mais quand on cherche avant tout à se sentir vivant, rien de mieux que de bonnes séances de fartlek !

Qu’est ce que le fartlek ? C’est un type d’entraînement qui consiste à courir en pleine nature et à suivre l’irrégularité du terrain comme il vient. A certains moments il y aura des côtes, à d’autres des descentes, parfois du plat. Vous enchaînerez les phases plus rapides, les phases plus lentes, les phases plus musculaires et d’autres encore plus souples. Pas moins exigeant pour autant, le fartlek est le remède parfait à tous les allergiques aux plans millimétrés ! C’est aussi une pratique 100% outdoor qui incite à faire corps avec les éléments naturels qui vous entourent. Totalement génial pour le corps mais aussi pour l’esprit. Essayez, vous vous sentirez libres !

3. Option VTT : une autre voie d’évasion

A défaut de pouvoir courir, je me suis mise au VTT. Pourquoi pas au vélo de route ? Parce que je vis à 15m de la forêt et que quitte à choisir entre les 2, je n’ai pas pu résister à l’envie de partir à l’assaut des singles boueux de ma forêt sur de bonnes roues crantées !

vtt outdoor
Session VTT Outdoor dans la nature Yvelinoise

Quand je monte sur mon VTT, je prends ma revanche sur l’arrêt de la course à pied tout en goûtant à nouveau aux entraînements de type fartlek. Cela ne m’empêche pas de faire des séances de seuil ou de sprint plus structurées à certains moments mais je me laisse le choix, en fonction de ma forme et de mes envies.

En VTT, on va forcément plus vite et plus loin qu’en course à pied. C’est un allié génial pour passer du bitume aux sous-bois en un rien de temps, apercevoir un chevreuil ou voir le soleil se coucher tout en sentant le vent souffler sur son visage. J’y ai retrouvé l’évasion et la lucidité que m’offraient la course à pied. Si vous avez la chance de ne pas vivre trop loin d’un poumon vert comme peut l’être la forêt de Marly : n’hésitez pas une seconde.

session vtt outdoor
Session fartlek VTT Outdoor

Un conseil : qui dit freestyle, feeling et sensations ne dit pas « faire n’importe quoi ». Je pars toujours avec un téléphone chargé, des barres glucidiques, des outils de base pour mon vélo, de l’eau et une montre GPS pour enregistrer ma séance mais aussi suivre mon cardio. Pour mesurer vos efforts sportifs je vous recommande un tour dans la boutique CampZ.fr

4. #ThereIsNoPlanetB : quand bouger permet de mieux consommer

Plus qu’une inscription sur un T-shirt acheté chez Wholesome (marque vegan engagée), ce #ThereIsNoPlanetB est un cri d’alarme pour le salut de la planète sur laquelle nous vivons et que nous détruisons. S’il est impossible de tout changer tous seuls, il est possible d’agir à son niveau.

A mon échelle, j’essaie de :

  • limiter ma consommation d’eau (ex : arrêt de la douche quand je e lave les cheveux ou quand je me brosse les dents),
  • d’électricité (éteindre les lumières et les écrans en dehors de leur utilisation),
  • de recycler au maximum y compris les végétaux (compost),
  • d’acheter des produits en vrac pour limiter (pour ne pas dire boycotter) les packagings et surtout le plastique.
  • Mais aussi, dès que c’est possible, je prends mon vélo ou mes pieds pour me déplacer et arrange mon emploi du temps de façon à pouvoir le faire (et oui, cela prend forcément plus de temps !).

Bien sûr qu’il est plus facile de prendre sa voiture pour tout faire mais il est possible pour ne pas dire qu’il devient essentiel d’essayer de faire autrement. C’est non seulement plus écologique pour la planète mais aussi pour nos corps qui sont fait pour bouger et pas seulement pour être passivement transportés d’un endroit à l’autre.

5. Flashback sur 2016 : raid déconnecté dans les Causses ou la puissance de la marche

Pour ceux qui suivent Hotsteppers depuis plusieurs années, vous faites peut être partie des nombreuses personnes à avoir lu le récit de ma très singulière expérience de l’été 2016 ! Cet été là j’avais laissé mon « super » smartphone dans un sac en début de raid et m’étais lancée dans 1 semaine de marche dans les Causses en autonomie totale (mais en petit groupe).

Nous ne mangions que le matin et le soir et dormions à la belle étoile. J’avais vécu la privation de nourriture et de sommeil avec beaucoup de difficulté mais trouvé une paix immense dans cette pleine reconnexion au rythme de la nature. Reconnexion facilitée par un détachement sans demi mesure de ces objets du quotidien dont nous devenons parfois les esclaves : nos téléphones portables ! La vie change quand nous ne sommes plus connectés : essayez, l’expérience vaut le détour.

6. Lifestyle nature : quitter Paris pour mieux vivre

Last but not least, il y a quelques années j’ai choisi de m’installer en bordure de forêt dans les Yvelines. Un choix pas toujours évident pour la vie sociale mais « choisir c’est renoncer », n’est ce pas ?! J’ai préféré privilégier le calme, la nature, la verdure, l’espace et l’outdoor à l’activité de la ville, quitte à perdre en contacts mondains.

marche en forêt blog outdoor hotsteppers
Marche en forêt de Marly (Yvelines)

C’est grâce à ce choix aujourd’hui que chacune de mes séances de sport bénéficie d’un cadre de luxe, où l’air circule, où la nature se déploie et où l’équilibre règne. Il n’est pas rare de voir des hérons planer au dessus de la piste d’athlé sur laquelle nous faisons nos Circuit Training, d’apercevoir des rapaces voler en forêt ou des bébés chevreuils se nourrir au détour d’un virage en VTT.

Un choix que je ne regrette pour rien au monde et qui s’inscrit parfaitement dans l’évolution d’Hotsteppers ! Un choix que je vous souhaite aussi, et si ce n’est celui de vivre proche d’un lieu vert et naturel, au moins de vivre le plus naturellement qui soit 🙂

foret de marly blog outdoor

Article Sponsorisé par CampZ* NB : les articles sponsorisés ponctuellement sur ce blog lui permettent de vivre et de vous proposer du contenu authentique et libre depuis 2012 ! Cela ne change en rien la qualité et la véracité de ce qui est publié.

Article précédentCercles de la Forme : des milliers de m2 de sport pour tous les goûts à Paris
Article suivantAffronter l’endométriose par des changements alimentaires : nutrithérapie et espoir selon Fabien Piasco
Marie
Créatrice et blogueuse sport - nutrition - bien-être. Après des études d'ingénieur bio (France) et un MBA en marketing (Canada), j'ai vécu une expérience de 18 mois dans l'armée de l'air. Ultra curieuse et pour la diversité, j'ai créé le support Hotsteppers ainsi qu'une association de training du même nom pour inciter à bouger, manger et vivre mieux, peu importe son niveau ou son âge ! Freinée en pleine quête de performance par une adénomyose (forme d'endométriose), j'ai dû et continue de repenser ma passion et pratique sportives tout en explorant sans arrêt de nouvelles pistes de santé et bien être. Après avoir travaillé 5 ans pour des marques de sport, je me suis lancée en tant qu'indépendante début 2019 dans le conseil éditorial et social media. Matière vivante, Hotsteppers est un support sans filtres, mouvant, au gré de ma vie et de mes aventures.

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.