Home Test produit Santé et Bien Être Avis Dynveo : des compléments alimentaires lorsqu’on souffre d’inflammation

[Test] Avis Dynveo : des compléments alimentaires lorsqu’on souffre d’inflammation

0
curumine longvida anti inflammatoire
Temps de lecture estimé : 9 minutes

Depuis que j’ai appris que j’avais une adénomyose (endométriose interne ), j’ai évidemment dû digérer la nouvelle mais cela m’a aussi permis de comprendre pourquoi je trainais autant de douleurs inflammatoires chroniques depuis des années. Depuis le jour du diagnostic, j’ai pris le taureau par les cornes et transformé beaucoup de choses dans mon quotidien. Les « maladies » ou crises sont souvent l’occasion de se ré-orienter, voire de se ré-inventer. Dans le cadre de ma démarche, j’ai intégré des compléments alimentaires Dynveo à une alimentation anti inflammatoire. 4 produits choisis avec soin parmi un large éventail de choix. Voici mes choix, mes conseils et mon avis sur cette sélection : curcumine, huile de krill, bromélaïne et rhodiola.

Rappel sur l’adénomyose : « l’adénomyose est usuellement définie comme étant de l’endométriose interne à l’utérus. En fait il s’agit d’une anomalie de la zone de jonction entre l’endomètre (muqueuse qui tapisse l’utérus) et le myomètre (muscle de la paroi utérine) qui va laisser les cellules de l’endomètre infiltrer le myomètre. » (Définition de l’adénomyose par EndoFrance). C’est un dérèglement qui touche aujourd’hui 1 femme sur 10 et s’avère très sensible aux perturbateurs endocriniens (alimentation, pollution, textiles, etc.). Les symptômes principaux étant l’inflammation chronique et la douleur.

Back

1. L’inflammation : un phénomène courant, symptôme de modes de vie déréglés

Qu’est ce que l’inflammation ?

Sciences et Avenir décrit l’inflammation comme :

« Un mécanisme de défense de première ligne face à une agression qui a pour objectif de reconnaître, détruire et éliminer toutes les substances qui lui sont étrangères. « 

En soi c’est une bonne chose, l’inflammation est une saine réaction de lutte de votre corps qui se défend d’une infection, d’un corps étranger, d’un agent pathogène (bactérie ou virus), d’une lésion physique (coupure, piqûre d’insecte, etc.)

Le problème apparaît quand l’inflammation interprète ce qui n’est à la base pas une menace comme un danger. Il y a donc une réaction inflammatoire qui se déclenche de façon disproportionnée et qui parfois s’attaque aux organes du corps lui même (maladies auto-inflammatoires et auto-immunes).

Dans le cas spécifique de l’adénomyose, pathologie encore mal connue malgré sa fréquence élevée (1 femme sur 10 !), les perturbateurs endocriniens (pesticides, polluants, hormones avalées via l’alimentation, etc.) seraient en cause dans le développement de la maladie. Il en résulte une inflammation ponctuelle ou permanente de toute la sphère gynéco et de l’espace pelvien avec les conséquences que l’on imagine : contractures musculaires, douleurs, adhérences, pertes de mobilité, atteintes digestives, etc.

L’inflammation touche aussi de nombreux sportifs

Une inflammation ponctuelle et passagère liée à une blessure arrive souvent chez les pratiquants d’un sport. Mais dans ce cas là, le processus est normal et utile.

En revanche, de plus en plus de sportifs constatent des symptômes inflammatoires comme des tendinites à répétition, des douleurs articulaires, notamment en fonction de ce qu’ils mangent mais aussi de leur état émotionnel (stress, manque de sommeil) ou d’une gestion inadaptée de leur volume d’entraînement.

L’inflammation liée à l’alimentation moderne ?

Le mot « moderne » est essentiel. Il y a encore peu, j’étais une parfaite omnivore adepte du « tout est bon, rien n’est bon, c’est la dose qui fait le poison ! » Autrement dit, aucun aliment n’est mauvais en soi, ce sont plus les quantités que vous consommerez qui peuvent nuire à terme.

Mais j’ai été forcée de changer d’approche.

Malheureusement, les « aliments d’aujourd’hui » ne sont plus les mêmes que les aliments « d’hier ».

Les fruits et légumes sont bien moins riches nutritionnellement, gonflés d’eau car poussés à la croissance au delà du temps naturel nécessaire à leur maturation. Je ne parle pas des pesticides, polluants et de toutes les pratiques employées pour transformer et produire plus, toujours plus.

Ce qui est devenu mauvais, ce ne sont pas les aliments naturels, mais les aliments dénaturés.

Or malheureusement, sans un minimum (voire un maximum) de conscience nutritionnelle et de choix de consommation éclairés, l’alimentation qui est sensée nous >>>nourrir<<, peut nous nuire.

C’est pour cette raison qu’il est aujourd’hui possible d’envisager :

  • de réduire la consommation de produits laitiers
  • de réduire la consommation de viande (surtout rouge)
  • de limiter ou supprimer la consommation de gluten
  • de se tourner vers le Bio autant que possible et pas seulement ponctuellement
  • manger quotidiennement une variété de légumes et de fruits
  • augmenter sa consommation de légumineuses, riches en protéines végétales et en fibres (pois chiches, lentilles, haricots, fèves, …)
  • de cuisiner un maximum (même de façon très simple) et de fuir les plats tout faits
  • de réduire la consommation de sucres (inflammatoires, addictifs et inutiles pour le corps hormis ceux présents naturellement dans les fruits).
  • de consommer ponctuellement des compléments alimentaires pour aider son corps à mobiliser ses défenses et capacités naturelles, voire à contrer les effets d’une alimentation moins fiable qu’avant.

Je vous propose justement une sélection de compléments alimentaires aux fonctions bien spécifiques qui pourraient être utiles à la plupart des sportifs que vous êtes, au mieux en prévention, au pire en guise de soin

A lire par la suite : un article qui a été beaucoup lu et pourrait vous intéresser sur le débat VEGAN/VÉGÉTARIEN/OMNIVORE :

Back
Article précédentAlimentation anti inflammatoire et autres changements de vie
Article suivantAméliorer sa foulée en contrôlant sa cadence de course à pied
Marie
Créatrice et blogueuse sport - nutrition - bien-être. Après des études d'ingénieur bio (France) et un MBA en marketing (Canada), j'ai vécu une expérience de 18 mois dans l'armée de l'air. Ultra curieuse et pour la diversité, j'ai créé le support Hotsteppers ainsi qu'une association de training du même nom pour inciter à bouger, manger et vivre mieux, peu importe son niveau ou son âge ! Freinée en pleine quête de performance par une adénomyose (forme d'endométriose), j'ai dû et continue de repenser ma passion et pratique sportives tout en explorant sans arrêt de nouvelles pistes de santé et bien être. Après avoir travaillé 5 ans pour des marques de sport, je me suis lancée en tant qu'indépendante début 2019 dans le conseil éditorial et social media. Matière vivante, Hotsteppers est un support sans filtres, mouvant, au gré de ma vie et de mes aventures.

Pas de commentaires

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.