Bienvenue sur le blog multisports Hotsteppers ! Pensée libre, info fiable, expériences hors tendances. Sport, nutrition hédoniste, récits, interviews et analyses au service d'une communauté éclectique en quête de (bon) sens.

Kiprun MD: version neutre au banc d’essai

Le challenge de Kalenji sur le marché concurrentiel des running shoes

Kalenji: le challenger par excellence du « marché » du running propose son modèle Kiprun en trois déclinaisons: SD (short distance), MD (middle distance) et LD (long distance). Chaque modèle est proposé pour les foulées universelles ou pronatrices: les quelques pour-cent de supinateurs donc je fais partie sont un peu lésés mais la version universelle ou « neutre » peut convenir selon votre degré de supination. Le modèle MD m’avait été confié il y a plus de 2 mois et j’avoue avoir tardé à publier cet article pour plusieurs raisons.

  • Premièrement parce que je suis toujours réticente à tester de nouveaux modèles dans la mesure où je considère qu’une bonne paire de chaussure bien confortable, adaptée à sa course et protectrice de ses mouvements est un bijou que l’on aime rarement changer. Je tourne en Asics et j’en suis contente même si je me suis rendue compte que les 2 pointures de plus que j’avais choisies il y a près d’un an pour mon modèle actuel semblent être encore insuffisante (Asics taille vraiment petit).
  • Deuxièmement parce que mon premier essai de ce modèle Kiprun, juste après le semi-marathon de Barcelone mi février 2013 n’était pas concluant. J’ai eu quelques douleurs aux mollets (chose n’arrivant habituellement jamais) que je n’ai pas vraiment su expliquer: des restes du semi ou une chaussure inadaptée ? Un peu refroidie j’ai toutefois souhaité remettre les Kiprun MD au banc d’essai dans d’autres conditions. Suffisamment d’éléments ont aujourd’hui été rassemblés pour permettre les points notés ci-dessous. A vous de me dire ce que vos propres tests en générés comme impressions, si toutefois vous avez eu l’occasion de les tester.

Le look de la Kiprun MD: agréable mais pas assez « punchy »

Le modèle que j’ai pu tester (photo ci-dessous) est d’un colori rose et blanc agréable mais pas encore au niveau des modèles les plus punchys du marché parmi lesquels Asics se positionne à mon sens en tête.

Look Kiprun MD versus modèles Asics ou New balance: encore un peu en dessous…

Le look n’est certes pas ce qui rend une chaussure agréable à porter et performante mais il faut quand même avouer que cela devient un élément de choix primordial. Je trouve que la nouvelle Kiprun MD n’est pas encore à la hauteur à ce niveau là et que l’arrière du chausson qui remonte assez haut ainsi que sa confection lui donnent plus un aspect de chaussure « du dimanche » que de chaussure de runner régulier.

Le confort de la Kiprun MD

Habituée à porter des chaussures étroites et taillant très petit comme précisé au début de cet article, je me suis sentie très au large dans les Kiprun MD – nouveau modèle. Au début ce ressenti était plutôt négatif avec une impression de maintien incomplet du pieds dans le chausson. En revanche, au gré de mes tests dans des environnements très différent j’ai réalisé que bien qu’un peu trop larges quand même, mes Asics habituelles étaient sans doutes par contraste un peu trop serrées. Sans doutes est-ce aussi parceque j’utilise des semelles Future feet qui forcément prennent de la place dans le chausson. Quoiqu’il en soit, être très à l’aise dans ses chaussures pour éviter de s’abîmer les pieds est fondamental mais être trop au large n’est pas idéal non plus. Peut être que la Kiprun MD n’est pas optimale pour des pieds trop étroits ? Ce ressenti est propre à la morphologie du pieds de chacun donc très subjectif. Le confort pourrait toutefois encore être amélioré. La chaussure et le pieds ne font pas encore qu’un. Peut-être un léger manque de souplesse du produit.

Volet technique: des progrès à faire

  • Multi-tests: je ne suis pas une grande experte de la technicité des chaussures comme je le précise souvent dans mes articles mais cela ne m’empêche pas de les mettre à l’épreuve et d’exprimer mon ressenti polymorphe à l’issue. La preuve en est, j’ai testé les Kiprun MD sur du fractionné, sur des séances longues, à des cours en salle de body jam et finalement dans le sable du désert marocain ! Ça ne rigole pas !
  • Drop: visuellement, il est facile de voir avant toute chose que le drop (écart vertical entre le talon et l’extrémité de la chaussure) des Kiprun MD est important. Autant je ne suis pas une férue du minimalisme autant je ne recherche pas forcément un gros drop et celui-ci est un peu trop important à mon goût.
  • Amorti: une pression manuelle sur la zone d’amorti du talon permet d’éprouver la matière utilisée et de constater son effet mais en pleine course le constat est autre. Je n’ai pas été très convaincue par les sensations d’amorti de la chaussure. Je trouve la semelle encore trop rigide. Il manque cette souplesse que l’on recherche à chaque foulée. Certes la technologie utilisant l’insertion d’un anneau en EVA dans la semelle intermédiaire de la chaussure aussi bien à l’avant qu’à l’arrière est intéressante mais le ressenti n’est pas encore optimal.

Le schéma de Kalenji pour expliquer la composition des semelles de la Kiprun MD

  • Lacets: ce point est parfaitement subjectif mais je préfère les lacets qui ont une légère élasticité. Cela permet au nœud de mieux tenir or les lacets de la Kiprun ont tendance à se défaire un peu facilement.
  • Le prix – 89.95 Euros: un prix en dessous du marché. Une somme accessible bien que plusieurs chaussures concurrentes puissent parfois être accessibles à ces prix là en période de promo ou d’opés spéciales.

Le verdict: positif malgré les imperfections

  • Toujours mieux: Kalenji sait proposer des produits recherchés à un large public en les rendant toujours plus accessibles de par ses prix beaucoup plus raisonnables que bien d’autres marques dont la marge frôle souvent l’abus ! Par ailleurs, Kalenji a cet atout majeur d’être ouvertement en permanente quête d’innovation et d’amélioration.
  • Expertise: Leur association à de grands athlètes comme Stéphane Diagana, Benjamin Malaty (n°1 français au Marathon de Paris 2013 en ) ou encore Thierry Breuil pour le volet trail témoigne de leur volonté de développer leurs gammes auprès d’experts, au profit de tous. Kalenji vise ainsi la démocratisation du sport et va à l’encontre d’un élitisme qui voudrait que seuls les meilleurs ou les plus aisés pourraient avoir des tenues bien coupées, jolies et des chaussures de qualité. Cela est à mon sens un excellent point pour Kalenji qui me pousse, malgré les critiques, à toujours tester leurs produits avec sérieux et intérêt.
  • L’utilisation conseillée: je n’utiliserai pas ce modèle en compétition, même si mon niveau n’est pas celui d’une déesse de la course, j’ai quand même quelques préférences qui m’amènent à garder la Kiprun MD pour des sorties moyennes ou longues à basse vitesse. Je trouve ce modèle inadapté au vitesses élevées de par son manque de souplesse et une certaine « lourdeur » au porté (poids correct pourtant: 315g).
  • A suivre: la gamme Eliorun –  dans la logique de cette recherche d’innovation continue, Kalenji n’en n’a pas déjà fini avec le lancement de la Kiprun qu’il nous sert sa gamme Eliorun. Encore moins chère: 59,95 Euros ! Un prix défiant toute concurrence. Je n’ai pas du tout testé ce modèle pour le moment mais je tiens tout de même à souligner l’amélioration nette du design. Nous avons là une chaussure plus « racée », plus « stylée » qui commence à sérieusement rivaliser avec les looks de mes modèles de prédilection. A voir pour ce qui est de qualités de confort et de technicité de ce modèle dans un autre test.

Kiprun MD (à gauche), Eliorun (à droite): le « staïle » s’améliore visiblement !

Et vous, avec quelles chaussures courez-vous ? Avez-vous du mal à trouver des modèles qui vous conviennent ? Êtes-vous très attaché(e) à une marque ou ouvert(e) aux innovations multi-marques ? Dites-nous tous et à très vite sur les pistes !

 

Pin It
 
Comments