Prélude

Cela fait des mois qu’ils se préparent, des mois que ce projet fou auquel certains ne croient pas s’est ancré fermement dans leurs esprits, des mois que l’équipe Transavia Sportera Handi Cap fédère autour d’elle des passionnés au grand cœur pour les appuyer dans leur rêve, des mois que nous les suivons sur ce blog et la semaine dernière, ils l’ont fait. Nicolas, Jérôme, Raphaël, Julien, Fred, Olivier, Seb et Mickaël ont emmené Gaëtan, Marie et Astrid, 3 jeunes handicapés, sur une joellette, sur près de 250km dans le désert sud-marocain. Place au récit d’une expérience hors du commun qui (re)donne le goût de l’effort pour soi mais surtout pour l’Autre.

mds

L’équipe Transavia Sportera Handi Cap au complet, avec les 3 jeunes et sans oublier les 2 femmes sans qui cette épreuve n’aurait pu avoir lieu: Laure et Marie-Laure (à droite) assistantes hors pair des jeunes et de l’équipe du début à la fin.

Une course mythique et sélective réservée aux plus combattifs

Le Marathon des sables est une légende pour de nombreux coureurs qui pour certains l’ont pratiqué depuis des années, pour d’autres s’y confrontent pour la première fois après une longue préparation. Le Marathon des sables fait partie de ces épreuves au cours desquelles rien n’est acquis tant que le finish line n’a pas été franchi : « it ain’t over till it’s over » comme la chanson de Lenny Kravitz le dit si bien. La preuve en est, Laurence Klein présentie comme la gagnante féminine de la course, à l’image de ses 3 précédents titres, aura flanché au cours de l’épreuve longue de 76km. Une insolation sévère, un soleil sans merci, un manque d’eau ajouté à de la fatigue sans doutes engendrée par son admirable victoire à l’Ecotrail de Paris 50km 1 mois auparavant et la dureté du marathon des sables auront eu raison de la coureuse. C’est bel et bien dans ce périple exigent que ce sont lancés nos amis, qui plus est en compagnie de jeunes habitués à la contrainte de traitements, d’hôpitaux et de soins autrement dit a priori peu enclin à subir un confort spartiate et un climat usant. Pourtant, ils sont allés au bout, sans flancher, sans défaillir, sans incident.

marathon de sables joellette

La vie est comme un jeu de dominos : une rencontre en déclenche une autre qui en suscite une autre, ainsi va la richesse de l’existence.

Revenons très rapidement en arrière : l’été dernier, en pleine période de recherche d’emploi, je trépigne d’impatience et décide de lancer le blog des Hotsteppers pour pouvoir y vivre et y exprimer ce que les conditions économiques du pays ne me permettent pas de faire. Ce blog me permet de rencontrer Franck, qui tombe dessus par hasard et me contacte. Nous sympathisons rapidement. Franck me présente alors Gilles Busto, organisateur des Foulées des laveuses, ancien sportif de haut niveau et passionné à temps plein pour la course à pieds. Gilles me transmet une invitation pour une conférence d’une journée complète à l’INSEP sur le thème de la course à pieds. Hésitante, je me rends sur place et repère en milieu de journée un visage qui me semble bien familier mais que je suis incapable de resituer. Je réaliserai après quelques mots d’échange qu’il s’agissait de Thierry Guibault, athlète de haut niveau et instructeur sur une base aérienne au sein de laquelle j’avais exercé les fonctions d’officier de l’armée de l’air pendant près de 2 ans. Thierry et moi allons dès lors échanger régulièrement par la suite, une vraie amitié est née. C’est en décembre 2012 que Thierry me propose alors de me joindre à l’équipe Transavia Sportera Handi Cap pour un entraînement « d’1h45 max ». Non seulement je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était cette équipe mais surtout, l’entrainement durera 4h et je passerai la journée avec l’équipe à les découvrir ! Une somme de hasards ou plutôt, d’imprévus, car je ne crois pas au hasard, feront que très rapidement je me prendrai d’affection pour ces garçons, pour la cause qu’ils défendent, pour leur projet. J’ai peu de moyens de communication mais je m’efforcerai de faire le maximum via les Hotsteppers et de vous sensibiliser à cette folle entreprise.

L’histoire ne s’arrête pas là : quelques semaines après cet entraînement, une amie de ma famille vient nous rendre visite. Cette femme : Alix, est la mère d’une jeune fille myopathe, en chaise roulante : Astrid, que je n’ai jamais encore rencontrée. Mon esprit fait tilt. Je sais que l’équipe recherche un 3ème jeune pour son projet (le même jeune ne peut pas être H24 sur la joëllette et il doit y avoir du roulement). Je propose sans détours le projet à Alix qui transmettra les informations à sa fille Astrid. Une successions de « oui » génèreront une rencontre entre Alix, Astrid et l’équipe dans les jours à venir. Quand je vous dis qu’il n’y a pas de hasard.

Finalement, les parents d’Astrid ne pouvant se rendre sur place, c’est en guise de représentante que je les remplacerais et me joindrai à l’équipage familial du « MDS 2013 » auprès des parents et proches de l’équipe, pour les 4 derniers jours de l’épreuve. Une épreuve que j’ai pu suivre à la fois d’un œil observateur, sportif, ému. Une épreuve qui m’aura beaucoup apporté humainement et fait réfléchir sur la vie, ses dons et ses travers.

Quand nos routes se croisèrent enfin !

Après avoir décollé très tôt le jeudi 10 avril au matin puis passé 1 journée entre notre hôtel et les magnifiques dunes de Merzuga, nous arrivons dans le vif de sujet. Il est temps d’intercepter l’équipe au check point 2 de la 4ème étape, la plus longue, celle de 76km. Nous arrivons sur place et croisons la tête de course. La vue de ces hommes et femmes sortant de nulle part, seuls dans l’effort au milieu du désert nous saisit. Nous ne les connaissons pas mais l’émotion est intense et les mots ont du mal à sortir…L’idée de voir notre équipe, nos amis, dans peu de temps nous laisse présager d’une émotion encore plus saisissante.

marathon des sables team transavia

Des coureurs, aperçus pour la 1ère fois depuis le début du séjour…

Après un déjeuner rapide et des retrouvailles avec le 4×4 de l’équipe et les deux jeunes n’étant pas sur la joellette, nous nous dirigeons vers la piste car compte tenu du chrono, le team ne devrait tarder. Thierry et moi avançons sur les dunes pour mieux voir au loin. Puis, un toit blanc, le toit de la joellette entouré d’un groupe soudé pointe à l’horizon. A mesure qu’ils se rapprochent, nous sommes sûrs que c’est eux mais eux ne nous ont pas encore vus, jusqu’à ce qu’ils réalisent ce qu’il se passe. Imaginez un peu à ce moment là, la scène de film, le ralenti et les bras qui se retrouvent. Je suis tremblante et Thierry est tout aussi ému. Vous voudriez vous contenir, vous raisonner mais c’est impossible, est-ce bien nécessaire d’ailleurs. Nicolas, l’un des membres du team me dira plus tard qu’il a senti mon émotion très nettement. Elle était intense, sincère et avouée. C’est assez indescriptible.

mds 2013

L’équipe juste avant le check point 2 et juste après d’émouvantes retrouvailles

Nous retrouverons plus le team tard sur le finish line, acclamés par les participants et par Patrick Bauer. Quel bonheur de les voir heureux dans leur succès, à l’aboutissement d’un projet dingue qu’ils auront réussi de A à Z.

marathon des sables 2013

Quelques mots sur la course…

Félicitations au marocain Mohamed Ahansal qui remporte cette 28ème édition du Marathon des sables en 18h59min35 et à la 1ère féminine, l’américaine Meghan Hicks en 24h42min01. Nous adressons également nos félicitations particulières à Laurence Klein qui se sera battue pour décrocher son 4ème titre mais que la rudesse de l’épreuve aura contrainte d’abandonner. Bravo au dernier participant, bravo aux couples qui ont réalisé la course ensemble, bravo aux plus jeunes et aux plus âgés, bravo à tous ceux qui ont du faire face à l’abandon en cours de route pour une raison ou pour une autre. Bravo aux organisateurs pour la logistique implacable de l’épreuve même si la dimension financière s’avère souvent très (trop ?) présente au quotidien. Gardons le meilleur pour la fin, l’équipe Transavia Sportera Handi Cap aura été au bout de l’épreuve en respectant tous les check points et les barrières horaires en 58h36min21 pour décrocher la 865e place.

team transavia podium marathon des sables

Prix spécial du Marathon des sables: la joellette surnomée « la coquine », sur le podium !

Le mot de la fin

Il est bien difficile de synthétiser 4 jours si intenses en un article mais il faut faire des choix. J’aurais pu vous parler des échanges profonds engagés avec les parents des jeunes à propos de leur expérience de parents face au handicap permanent de leurs enfants. J’aurais pu vous parler des discussions interminables dans les 4×4 entre 2 dunes ou 2 check points, des  nouvelles amitiés, des témoignages de personnes souvent discrètes mais impressionnantes et inversement…Ce « voyage » m’aura fait réfléchir sur le talent, le don et l’humilité; sur la force de ces athlètes qui savent parfois se décentrer d’eux mêmes tout en restant performants. Le sport est un vaste milieu qui fédère des personnes de tous horizons – n’en perdons pas les valeurs de base, malgré les événements tragiques du marathon de Boston de ce lundi 15 avril. Continuez à profitez de vos bras et de vos jambes pour aller chercher le plaisir et la chance de pouvoir faire un effort ! A très vite sur les pistes !


Espace média 

Album photo de l’événement: sur la page FB des Hotsteppers !

Classement final du Marathon des Sables: lien ici

Video de l’étape Charity pour l’UNICEF (7km): lien ici

Video « tout terrain » de l’équipe quelques mètres avant le finish line, sous les feux des projecteurs:

Assia El Hannouni, marraine de l’équipe, à leurs côtés, quelques mètres avant de franchir l’ultime ligne d’arrivée…

 

Partager
Article précédentMarathon des sables J4 – Une étape redoutée qui n’est pas prête de se terminer
Article suivantKiprun MD: version neutre au banc d’essai
Marie
Créatrice et blogueuse passionnée de Sport, nourrie des cultures européenne et américaine, je me spécialise en nutrition pour aider les lecteurs Hotsteppers à vivre une vie saine, solide et riche de sens ! Ma meilleure amie et athlète Alison m'accompagne sur ce blog dans les 1001 expériences et découvertes qu'il nous offre et contribue à son contenu à travers son activité physique de niveau semi-pro (Équipe de France de Hockey Subaquatique)

3 COMMENTS

  1. […] des jeunes handicapés sur 10, 20 et parfois bien plus de km. Je vous renvoie à mes récits sur le marathon des sables 2013 mettant en scène le team Transavia Sportera Handi’cap et ses 3 jeunes handicapés : Marie, […]

  2. Superbe récit, on sent bien les émotions extraordinaires que tu as ressenties lors de ce périple. Merci de nous les faire partager ainsi, j’ai vibré réellement en lisant ces quelques lignes. Et bravo, tout simplement, à tous!!!

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici