Conviée à un testing day Altra il y a quelques mois, j’étais hésitante et moindrement convaincue en apprenant qu’il s’agissait de chaussures de running et trail exclusivement « zero drop ». Ne jurant à l’époque que par mes Asics de drop 10mm et plus, je percevais cette marque d’allumés comme une énième tentative de se greffer au courant de la « course au naturel ». Il était devenu tellement « in »/ »so swag » depuis quelques temps de supprimer le lactose et le gluten de son alimentation, courir aux sensations, se rapprocher de la course pieds nus de nos ancêtres: quitter le trop plein d’artifices en somme et repartir sans cesse en quête de sobriété efficace et authentique, que j’étais clairement réfractaire au concept. Trop de naturel tue le naturel. Le testing day ayant lieu à 5min de chez moi, un miracle n’étant pas parisienne, je m’y rendais malgré tout. Seule et unique femme présente cette matinée là, je découvrais avec surprise les dessous de cette marque américaine clairement atypique et son histoire que je m’en vais ainsi vous compter…

Un micro-onde, une scie-sauteuse et un sacré culot.

Nous sommes aux USA, trois hommes accros à la course à pied qui plus est vendeurs de chaussures de running et trail partagent leur insatisfaction face aux modèles qu’ils doivent vendre chaque jour. Obsédés par la notion de « biomécanique » de course et par le fait qu’un pied nu voit son talon relié aux orteils par une ligne parfaitement horizontale, les 3 amis ne conçoive plus de courir autrement que dans des modèles « zero drop ». Armés de culot, ils se réunissent discrètement dans une cave et se lancent dans un processus de transformation radicale des modèles du marché. Après un passage au micro-onde, les chaussures subissent l’affront d’une scie sauteuse leur ôtant une bonne partie de leur semelles. Il en résulte des runnings parfaitement plates, satisfaisant enfin les aspirations anachroniques des 3 coureurs. Essayant de convaincre des grandes marques de produire de telles chaussures, mais en vain, l’entreprise Altra: insolente et ambitieuse, naissait. Pour autant, pas question de négliger l’impact du bitume sur les articulations. Nos routes sont rudes et nos corps mis à l’épreuve. Bien loin des modèles « minimalistes« , Altra se positionnait alors fièrement comme la nouvelle marque au « zero drop amorti ». Si le pied devait être maintenu dans sa position la plus physiologique et naturelle possible, pas question de négliger les qualités d’amorti des chaussures. Ajouté à une « toe-box » particulièrement large, l’ADN de la marque était déroulé.

Elemental, mon cher runner…

Ni traditionnelles ni minimalistes

Les fondateurs d’Altra ne souhaitent pas être associés au courant « minimaliste ». Si l’accent sur la foulée naturelle est au coeur des valeurs de la marque, le zero drop reste le seul critère réellement commun avec le phénomène « barefoot » (course pied-nu ou simili pied-nu). Pour être plus précis, plus juste et totalement tendance, nous dirons qu’Altra s’inscrit dans la catégorie des « Elemental shoes« , terme que nous ne traduirons pas puisque le mot le plus proche, à savoir: « élémentaire » est teinté d’une connotation réductrice que n’a pas du tout le mot « elemental ». Pardonnez les marketteurs français mais parfois, il faut l’avouer, l’anglais sonne mieux !

Que désigne alors ce terme « so cool » ?

Les chaussures « Elemental » en 5 points:

[bullets icon= »0011.png »]

Hauteur de semelle intermédiaire: Ni au ras du sol ni totalement surélevée, les chaussures « elemental » se veulent proches du sol mais dotée d’un minimum d’amorti donc d’épaisseur de semelle.

Faible drop: les chaussures « elemental » possèdent un drop d’au maximum 8mm pour encourager une foulée « medio-pied ».

Relative légèreté: la barrière de poids maximum est fixée à 310g pour les modèles hommes (200g pour les modèles minimalistes).

Semelle intermédiaire flexible: dans la logique d’une liberté de mouvement du pied qui doit réapprendre à se stabiliser et se renforcer par lui même, les chaussures « elemental » ont une semelle intermédiaire particulièrement souple, surtout à l’avant du pied pour optimiser la transition: avant du pied/orteils/décrochage

Textile profilé et respirant: nombre de couches extérieures réduites pour optimiser la légèreté de la chaussure et de la foulée.

[/bullets]

Illustration du blog runningwarehouse confrontant 3 modèles caractéristiques des 3 grandes catégories de running shoes: minimalistes, elemental ou traditionnelles.

Comparaison aux modèles du marché, en quoi Altra innove ?

Si Altra se veut surfer et même s’ancrer dans la vague de l’elementalisme (n’ayons pas peur des anglicismes francs – à défaut d’être français…), d’autres marques y voguent bien entendu déjà. Parmi elles, le blog sus-mentionné cite la Gel Fuji Racer ou la Gel Lyte 33 de chez Asics; la PureFlow ou PureCadence de chez Brooks; la Bare Access de Merell; la MT ou WT110 de chez New Balance; la Nike Free 4.0 v2 ou encore la Saucony Kinvara… La particularité d’Altra n’est pas d’avoir révolutionné le zero drop mais d’en faire une exclusivité. Si certains modèles de certaines marques ont les caractéristiques de l’elementalisme, Altra en fait une généralité systématique et non négociable. A tel point que dans peu de temps, quand la marque sera implantée en France, de nombreux runners ne diront pas seulement « Altra » mais « Altra Zero Drop ».

L’ADN des modèles ALTRA en 4 temps

Récapitulons. Altra est née de la folie de 3 coureurs adeptes d’ultra-distances et de course naturelle mais sûre. Aujourd’hui, 8ème sur le marché américain en dépit d’une concurrence sévère, tous les modèles Altra sans exception se définissent par les caractéristiques suivantes:

Zero Drop: vous l’aurez compris…

Large « toe-box »: là encore, vous excuserez mon choix de l’anglais mais, « boîte à orteil » ça fait désordre ! Aux limites de l’esthétique tant la forme des modèles Altra privilégie la physionomie naturelle du pied et non je ne sais quelle tendance fashion anti-naturelle, chaque paire est caractérisée par cet espace notable attribué aux orteils, pour le plus grand bonheur de vos ongles (argument esthétique) et de vos foulées (effet stabilisateur de chaque orteil, argument biomécanique).

Forme de « toe-box » la plus répandue à gauche versus élargie à droite.

Amorti: là aussi, nul besoin d’insister, tous les modèles Altra proposent un amorti minimum. Vous pouvez cependant choisir entre 3 niveaux d’amorti: élevé, intermédiaire ou léger, selon votre habitude du zero drop, votre vitesse de croisière, votre poids, …

Spécificité hommes/femmes: j’ai fait un effort et ne vous ai pas collé du « gender spécific ». Quand même, ne nous égarons pas ! Chaque modèle Altra possède une forme adaptée aux morphologies respectives des hommes et des femmes, notamment au niveau de la largeur de la chaussure et de la forme des semelles.

Matrice des modèles Altra

S’il manque à cette matrice le modèle « 3-sum », dédié au triathlon dont je parlerai dans un futur article (coup de coeur personnel), l’essentiel de la logique Altra y est bien représentée. Pas de modèles pour supinateurs mais un focus sur les foulées neutres ou pronatrices. Les créateurs de la marque considérant que les modèles neutres (avec semelles orthopédiques quand nécessaire) devraient convenir à toutes les foulées possibles. Un choix entre 3 niveaux d’amorti, plusieurs modèles route et pour le moment un unique modèle trail: la Lone Peak, mais non des moindres. Cette chaussure faisant un tabac aux US et ayant remporté le « Editor’s choice 2013 » du Runner’s World américain – cqfd. Le site français runners.fr en parle d’ailleurs déjà en des termes des plus favorables: lire la review de la Lone Peak ici !

Dernières recommandations

Selon votre poids, votre vitesse, votre habitude ou non du zero drop, il sera judicieux d’opter pour l’un ou l’autre des modèles de la marque.

Sommairement, les runners les plus légers, rapides et adeptes des faibles drops pourront opter pour les modèles à faible amorti comme la « The One ».

Inversement, les runners moins rapides, plus lourds et habitués aux modèles à drop élevé pourront se diriger préférentiellement vers le modèle « The Torin » dans un premier temps. Dans tous les cas, une adaptation aux modèles Altra devra se faire en plusieurs semaines par voie d’alternance entre votre paire habituelle et votre nouvelle paire. Vos runs pourront alors s’allonger, Altra aux pieds et l’acquisition d’une paire faiblement amortie idéale pour les séances de vitesse pourra rapidement être envisagée.

Finalement, les tailles des modèles Altra sont particulièrement décalées par rapport aux tailles de chaussures habituelles. Compter 2 tailles de plus que votre taille de chaussures civiles et 1 taille de plus que votre taille de runnings habituelles.

Pour suivre l’actualité de la marque en cours de lancement sur l’Hexagone, rejoignez la page Facebook Altra Zero Drop France. Mise en vente sur le web imminente; en magasin à court terme. A suivre de près.

11 Commentaires

  1. Tombée ici par hasard (promis, je ne me suis pas fait mal…), je découvre et çà m’intéresse bigrement cette histoire !
    A suivre donc…

  2. Super merci pour cet article! je testerai bien une paire pour voir le zero drop et aussi la toe-box ca doit apporter un confort supplémentaire! 🙂 Vivement leur arrivée dans les magasins!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici