Bienvenue sur le blog multisports Hotsteppers ! Pensée libre, info fiable, expériences hors tendances. Sport, nutrition hédoniste, récits, interviews et analyses au service d'une communauté éclectique en quête de (bon) sens.

Spartan Race: les Hotsteppers sont #unstoppable !

Le week-end du 19 septembre se déroulait sur deux jours à la base de loisir de Jabelines en Seine-et-Marne, la rude, la fameuse, la boueuse Spartan Race. Course nature parsemée d’obstacles à franchir d’un niveau plus difficile que les autres courses du genre et produite par Reebok, la Spartan offre à tous les runners adeptes du boot-camp style l’occasion de se dépasser dans un contexte plutôt dépaysant. Tristan envoyé par Hotsteppers sur cette édition, nous est revenu entier mais fourbu de sa course qu’il nous raconte et illustre ici de clichés inédits.

image

Spartan Race: une course à obstacles imprévisible

Le dimanche 20 septembre je me suis rendu en Seine et Marne pour affronter la Spartan Race Super: format de 13km et de 21 obstacles. J’ai fait le choix de partir juste après la vague élite pour éviter les terrains trop labourés mais j’étais encore loin de me douter (à ce point) de ce qui m’attendait!
La petite photo en tenue propre et tout sourire du départ n’allait pas tenir longtemps. L’ambiance est démentielle, les concurrents sont survoltés, je m’élance à l’assaut du défi.
Premier obstacle à moins de 100m après le départ avec une flaque d’eau d’une profondeur insondable à l’oeil. Les élites avancent à une vitesse incroyable malgré tout et je comprends très vite que la course risque d’être plus compliquée à gérer que prévu.

Le premier obstacles n’est en fait qu’une mise en jambes et simple à franchir. Les paysages de la base de loisirs sont sympathiques et le parcours est plutôt agréable, avec pas mal de place pour courir et pas trop de concurrents entassés les uns sur les autres.
Hop le premier mur arrive et il passe comme une lettre à la poste. Je me méfie quand même car j’ai lu beaucoup de choses intrigantes sur les obstacles que l’on peut rencontrer donc je préfère ne pas trop foncer et laisser les choses venir.
Je ne dévoilerai pas l’ensemble des obstacles pour préserver la surprise de cette Spartan Race dont une part des frissons provient justement de l’incapacité à anticiper ce qui arrive (NDLR: ce qui change en effet du km1,…km2, ….km3, …. sur le bitume!)

 

J’enchaîne les obstacles jusqu’au moment fatidique ou j’échoue sur un et où la sanction tombe : 30 burpees. Je m’exécute immédiatement mais cela se passe bien car c’est encore le début de la course (à la fin de la course j’en aurai cumulé 120 au total).

Plus qu’une histoire de gros bras

Les obstacles s’enchainent mais ne se ressemblent pas et font appel à différentes compétences. Chacun peut donc y trouver son compte voire y découvrir des aptitudes inédites! En effet la force est mise en avant mais pas seulement, l’épreuve fait également la part belle à l’agilité, à la résistance ainsi qu’à la mémoire. Et oui vous avez bien lu: la mémoire est également sollicitée durant l’épreuve mais je n’en dirai pas plus. Il vous faudra franchir la ligne de départ de la Spartan pour découvrir tout cela par vous même !

Je continue de filer sur le parcours et d’enchaîner les épreuves tel un vrai petit spartiate. Et hop on enchaine, un javelot planté directement dans un adversaire … en paille. N’ayez pas peur cela reste un divertissement il ne faudrait pas se blesser. Tout est sous contrôle, ou presque. Au détour d’une autre épreuve il faut rivaliser d’agilité tel un singe mais là j’échoue, il faut croire que je n’ai rien dans les bras apparemment. Comme à chaque épreuve où l’on échoue c’est (re)parti pour des burpees. Mon corps est tellement dans le rouge que je ne sens même plus la douleur.

L’épreuve la plus technique et la plus physique restera pour moi celle où l’on rampe durant plusieurs dizaines de mètres (la distance restera secrète) sous des barbelés et dans une mare de boue. La Thalasso made in Spartan aura fait énormément de bien à ma peau resortie aussi douce que mes muscles auront été endoloris !

Une fois la ligne d’arrivée franchie je ressent une immense fierté d’être finisher de cette épreuve. Le temps de 1h57 est anecdotique mais a le mérite de prouver la difficulté de l’épreuve.

Je retiendrai de la spartan race qu’il s’agit d’une épreuve formidable et assez dure qui repousse nos limites physiques dans leur retranchement, bien loin de leur zone de confort. Mais malgré cette difficulté il s’agit d’une épreuve qui vaut le détour et où l’on s’amuse du début à la fin. Je note aussi qu’à la moindre difficulté on trouve toujours quelqu’un pour nous aider à franchir les obstacles (NDLR: un esprit militaire émanant de cette épreuve au format un peu ambiance treillis ?)

 

Merci encore au concurrent qui m’a aidé à franchir un mur lorsque deux crampes me bloquaient entre les deux côtés. Merci à Marie créatrice de ce blog Hotsteppers et à Sophie de chez SPartan Race de m’avoir permis de parcourir cette épreuve hors norme sur laquelle je reviendrai sans hésiter l’an prochain. A vous qui aimez les défis, il y aura l’année prochaine une session à Valmorel en montagne pour toujours plus de fun et de nouveauté. À suivre… »

 

Pin It
 
Comments

No comments yet.

 
Comments