Humeur audacieuse: multi-test en une sortie !

Forte d’une journée « off », me voilà partie dans une entreprise multi-tests en cette belle journée ensoleillée de juin, redonnant à la plupart d’entre nous l’espoir d’un retour des beaux jours…

Motivée et sans contrainte de temps, je chaussais alors joyeusement mes toutes nouvelles Eliorun rose, initiais pour la 1ère fois l’application Runtastic – version Pro et emmenais un stick énergétique développé par Eric Favre que je m’apprêtais à tester envers et contre tout. Que de nouveautés !

Pour l’heure, focus et verdict sur l’outil nutritionnel du jour: l’energy stick EF aux abricots…

Stick de gel énergétique Eric Favre: énergie instantanée et bon goût promis par la marque…

Le contexte du test: à jeun et défavorable aux gels

Pour avoir déjà testé plusieurs gels et failli les régurgiter dans la foulée tellement le goût me paraissait, disons-le, immonde, j’étais très sceptique à l’idée d’en goûter un de plus. Toutefois, l’expérience primant pour moi toujours sur la performance, je voulais en avoir le coeur net et vérifier ou infirmer les belles revendications de la marque Eric Favre sur leur nouveau produit annoncé comme « différent« .

J’étais relativement prête à mal vivre cette expérience sportivo-gustative et avais prévu un plan de match bien calculé. A jeun depuis le petit déjeuner pris vers 8h00, je me lançais à 13h18 dans une sortie d’1h alternant de fortes côtes exposées au soleil en 1ère partie (bitûme) puis un terrain gras et instable plus couvert (forêt) en 2ème partie. Habituellement, sur une sortie d’1h00 active j’emmène soit de l’eau uniquement, soit de l’eau renforcée par du jus de citron et un faible pourcentage de sucre pour avoir à disposition une boisson hypotonique et privilégier la réhydratation. Ne prenant jamais aucun gel ni ravito’ sucré sur des courses de 10km, cette expérience était pour moi atypique d’où mon choix du créneau de l’heure du déjeuner flirtant habilement avec la survenue d’une petite faiblesse causée par une hypoglycémie probable.

Mon plan était donc de prendre un stick à mi parcours (aux alentours de 13h45), complété par un apport hydrique de 330 mL (sur l’ensemble de la sortie dont 100mL avec le gel).

Nota Bene: je ne fais heureusement pas partie de ceux qui sont sujets aux hypoglycémies réactionnelles, phénomène survenant  suite à la prise d’un produit très sucré et provoquant un pic d’insuline (l’hormone qui régule le taux de sucre dans le sang) un peu trop fort. Résultat: au lieu de réguler votre taux de sucre correctement, ce pic d’insuline excessif vous enlève plus de sucre du sang qu’il n’en faudrait et vous voilà en hypoglycémie ! Rien de grave mais pas très agréable, qui plus est en plein effort sportif ! Je tiens à cette précision dans la mesure où même certains sportifs de haut niveau ne consomment pas de gel pour cette raison; c’est donc un point vous concernant qu’il est indispensable de connaître.

Le contenu du gel Eric Favre: analyse de la potion en détails

Un gel énergétique a pour vocation d’apporter de l’énergie sous forme de sucres rapides (glucides) à l’organisme. Selon le type de sucres utilisés les effets sont plus ou moins instantanés. Les gels contiennent également différents « plus » qui permettent au sucre d’être mieux digéré, à l’organisme de mieux résister à l’oxydation provoquée par une consommation plus importante de dioxygène due à l’effort, aux nutriments d’être mieux assimilés dans le sang, etc.

La composition d’un stick

    • 78.25 kcal: soit l’équivalent d’une grosse pomme

 

    • Très peu de protéines et de lipides

 

    • 19.5 g de sucres : apport dans la moyenne des gels du marché

 

    • 50mg de polyphenols de raisin rouge: les polyphenols font partie des nutriments antioxydants qui stabilisent les radicaux libres générés par l’effort et responsables du vieillissement cellulaire à trop haute dose. Leur apport moyen avoisine les 1g/jour; la quantité apportée dans un stick est donc minime. Autant dire qu’il vaut mieux miser sur une alimentation riche en fruits et légumes pour bien récupérer d’un effort que de miser sur un stick énergétique dont la mission essentielle est avant tout d’apporter du sucre au corps dans les plus brefs délais.

 

    • 52% de fruits: abricot (60% de saccharose: sucre blanc de table); pomme (50% de saccharose). Les 40% et 50% de sucres restant sont apportés essentiellement par du fructose, l’un des sucres simples les plus « lents » ne provoquant pas de pic d’insuline et arrivant progressivement dans le sang.

 

    • Sirop de glucose: d’index glycémique maximal (100), le glucose permet un apport immédiat en sucre à l’organisme

 

    • Sucre de canne: composé à 100% de saccharose qui se scinde en glucose et en fructose une fois dans l’estomac. Son index glycémique est de 65 ce qui est élevé, l’apport glucidique est donc rapide.

 

    • 13mg de sodium: teneur faible par rapport à la moyenne du marché et encore plus faible par rapport aux boissons de l’effort. Pour un effort de moins d’1h un apport en sel est inutile sauf s’il fait excessivement chaud. Pour un effort plus long, il est recommandé d’avoir avec soi une boisson chargée à 1-1,2g/L de sel soit environ 400-480 mg de sodium.

 

    • 0.125 mg de vitamine B1: facilitant l’utilisation des sucres par l’organisme, la vitamine B1 est particulièrement indispensable aux sportifs – l’apport journalier recommandé est de 1,1mg – attention à la forte consommation de thé et de café qui détruit cette vitamine uniquement apportée par l’alimentation !

 

    • GBIOL®, complexe associant inuline (fibre alimentaire composée de fructoses: sucre à assimilation lente), gelée royale (très riche nutritionnellement, la gelée royale apporte avant tout un goût mielleux) et ginseng (tonifiant).

 

 

L’ingrédient phare du gel: le(s) sucre(s)

Le stick énergetique Eric Favre contient avant tout du glucose et du saccharose qui garantissent un apport en sucres très rapide à l’organisme. L’effet coup de fouet est ainsi assuré tout en étant balancé par un apport moindre en fructose permettant de maintenir l’arrivée du sucre dans le sang un peu plus longtemps, une fois que l’effet « immédiat » commence à diminuer.

Verdict: goût et efficacité

Après la théorie, place à la pratique ! Mon expérience de course avec le gel énergétique Eric Favre a été, je dois l’avouer et malgré ma réticence un peu bornée envers les gels, très POSITIVE !

La texture de ce gel annoncé plus comme une « pâte de fruit liquide » est tout à fait conforme à la promesse. Vous n’avez pas cette sensation de sirop liquide et gluant hyper-sucré qui dégouline le long de votre bouche devenue collante mais plus une sensation comparable aux « compotes à emporter ». Le goût n’est pas excessivement chimique, acidulé ou autre mais fruité. Certes la concentration en sucre est importante mais tout à fait acceptable.

Finalement, l’effet coup de fouet est palpable. Vers 14h00 je commençais quand même à sentir que mon petit corps manquait de sucre…la prise du gel a agi en moins de 5min, j’étais parée et ravivée pour le reste de ma sortie (30min). Très efficace.

Je modérerais seulement un point sur ce qui m’avait été annoncé au sujet de ce gel. Vous savez qu’il est nécessaire de boire à chaque prise pour diluer tous ces sucres dans votre estomac et faciliter leur passage dans votre sang ? Or, ce gel devrait, en théorie, nécessiter moins d’apport hydrique. Je ne suis pas tout à fait d’accord. Le sucre en bouche augmente la soif. J’ai bien consommé les 100mL prévus au moment de la prise du gel mais il m’en aurait fallu le double. Certes il faisait chaud et je ne lésinais pas avec le dénivelé, mais quand même. Au final, mes 350mL d’eau pour 1h de sortie à forte variation d’allure (de 9 à 16km/h) auront été insuffisants – insuffisance accentuée par la prise du gel. Je suis une adepte pour ne pas dire une énervée de l’hydratation 😉 mais je ne vois en général pas bien l’intérêt de « s’habituer à moins boire » dans la mesure où l’eau est la source de l’équilibre du corps avant toutes considérations alimentaires. Que de dérèglements et de baisses de performance engendrés par de légères déshydratation alors, pourquoi s’amuser à prendre ce risque là ? Il y en a bien d’autres qu’on ne peut pas maîtriser pour ne pas en rajouter.

Bilan et conseils

– consommer le gel énergétique Eric Favre pendant l’effort

– envisager une consommation d’un gel toutes les 30minutes

penser à boire ! Ne pas prendre de sticks sans apport hydrique en parallèle

être respecteueux et écolo, ne pas jeter le pack usagé par terre ! Il se plie très bien et prendra une place minime dans les poches multiples de vos shorts ou corsaires

tester son protocole de ravitaillement avant ses courses en essayant de reproduire au maximum les conditions visées le jour de la course (allure, dénivelé, durée de l’effort).

– ne pas hésiter à varier les plaisirs: il existe une variante saveur fraise !

– ne pas considérer qu’un gel vous fera voler et passer à 150% de votre VMA. Comme tout apport énergétique ponctuel, il ne sert qu’à compenser un déficit momentané et à rééquilibrer la balance mais il n’existe de meilleure stratégie qu’une alimentation complète chaque jour, un entrainement régulier et de bonnes heures de sommeil pour se faire plaisir dans l’effort…

Sur ces quelques conseils, n’hésitez pas vous aussi à expérimenter plusieurs produits de nutrition sportive et à trouver votre équilibre ! A très vite !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici