La soirée de lancement Adidas boost: le concept

lancementUne entrée bondée pour un évènement de taille…

La soirée

Un déploiement de moyens de comm’ et de marketing impressionnants pour le lancement de la nouvelle invention de la marque aux trois bandes. Le concept de la soirée: booster Paris pour présenter la chaussure du même nom et sa technicité annoncée comme étant révolutionnaire. Au programme, un run dans Paris en petits groupes menés par des coachs munis des fameuses chaussures, un coupe-vent et un T-shirt de bonne qualité offerts à chaque participant puis une soirée cocktail et DJ set à l’étage de l’Adidas store envahi pour l’occasion. Je rajouterai les 30% sur toute la boutique qui bien sûr m’ont fait craquer pour un haut classique mais très bien coupé aux couleurs à la fois douces et énergisantes !

adidas boost

La chaussure: Adidas boost

Je n’ai pas couru à proprement parler avec la Boost mais je l’ai essayée dans le magasin et j’ai recueilli plusieurs avis assez divergents.

Mon feeling

En ce qui me concerne je porte des Asics Gel Nimbus et je ne suis pas fana de la surenchère des prix des paires de running. Mes Asics me conviennent bien et je reste assez fidèle à la marque. En revanche, le passage des Asics aux Adidas Boost pour un court essayage hier a rendu la comparaison assez dingue. Cette espèce de matière blanche visuellement très proche du polystyrène qui fait toute la nouveauté de la chaussure crée un amorti puissant sur l’arrière du pied. Vous avez l’impression de rebondir bien plus qu’avec une autre chaussure. L’amorti à l’avant est quant à lui beaucoup moins prononcé ce qui accentue énormément la sensation de course avec « accroche du talon« ; mode de course qui de toute évidence ne plaira pas du tout aux adeptes du minimalisme ! En termes de design, je trouve la chaussure basique. La version noire et jaune ne détonne pas à côté des associations de couleur réussies que propose souvent Adidas. Heureusement il existe des variantes rouges et bleues qui me semblent plus intéressantes bien que loin encore des mix extravagants de chez Asics !

gamme adidas boost

Un visuel de 2 des modèles de l’Adidas Boost exposés hier – on peut parler de sobriété.

asics versus adidas

Pour le plaisir et parce que je suis assez fana des couleurs Asics, voilà le genre de couleurs que je trouve plus vivantes et « boostantes » !

L’avis de plusieurs testeurs

Sans citer de noms, j’ai recueilli 3 avis assez développés d’athlètes actifs et expérimentés. Leurs impressions ne sont pas homogènes.

Peu convaincu…: l‘un des leaders de groupes de course me dit qu’il est obligé de porter les Boost ce soir puirqu’elles lui ont été offertes mais qu’il s’est déjà blessé en changeant de marque et que pour rien au monde il ne changerait ses Asics pour des Adidas Boost en compétition. Il n’est convaincu ni par le look ni par le ressenti des chaussures. Le concept est pour lui avant tout un gros coup de comm’ pour Adidas. Par ailleurs, cet athlète m’expose sa théorie sur l’inadéquation entre la structure de l’Adidas Boost et les coureurs allant à plus de 15km/h. Selon lui il s’agirait d’un modèle axé confort pour le grand public plutôt que performance pour le top niveau. A voir.

Une chaussure très légère…: une athlète du club Free Run 72 n’a pas d’avis sur la chaussure avant plusieurs km de course. Finalement, après un échauffement dans les rues de Paris et quelques montées, elle finit par nous confier que si l’amorti est moins extraordinaire qu’annoncé, elle trouve la chaussure étonnamment légère. Le port est très agréable et le maintien efficace. La chaussure devra être testée en contexte de compétition pour pouvoir en dire plus.

Un concept qui pourrait faire ses preuves avec le temps…: un athlète de haut niveau courant en endurance fondamentale à ce qui équivaut à 130% de ma VMA (!) me fait part de ses impressions quand à l’amorti incroyable de la chaussure. Il me dit que pour autant, il ne sait pas si cette technologie peut réellement offrir de meilleurs résultats. De toute évidence le confort de course est accentué mais la performance reste en suspens. Il me confie s’apprêter à tester prudemment l’Adidas Boost sur un 10km pour pouvoir statuer.

Les revendications des créateurs de la Boost

« Chaque runner de chaque niveau peut utiliser BOOST™, que ce soit pour courir un marathon ou pour une sortie hebdomadaire. » – Product Manager Boost

« Quand tu essaies cette chaussure de running, tu sais que ta façon de courir ne sera plus jamais la même. » – Texte de présentation sur le site Adidas.

Ce sont de vives promesses que la marque promet avec le lancement de cette chaussure qui à défaut de créer l’unanimité faute de recul, crée le buzz. Je suis curieuse d’avoir des retours post compétition auprès d’athlètes de haut niveau comme de coureurs plus amateurs, pas vous ?

Le défi: 1700K

Parlons-en. Bien que le programme de la soirée n’ait été très clair pour les personnes comme moi arrivées un peu à la dernière minute, programme il y avait ! Le défi central étant en ce Vendredi 08 mars de courir 1700km cumulés, tous groupes de 4 à 5 runners confondus. Des messieurs très sérieux avec des oreillettes et des machines hyper hi-tech étaient parqués à l’étage de l’Adidas store et suivaient les podomètres de tous les coachs pour observer leur trajectoire et comptabiliser leurs kilomètres. Un concept assez dément illustré par les quelques clichés ci-dessous.

 

La sortie running parisienne

Attente

Après une vingtaine de minutes d’attente devant la boutique pour avoir le droit d’attendre à nouveau à l’intérieur, je me dis que c’est un gros b…..usiness et que l’on n’est pas près de courir ! En effet, près de 1000 coureurs sont attendus, répartis en groupes de 5 environ et menés par un coach. Il faut donc récupérer son bracelet attestant sa participation à l’évènement, mettre ses affaires à la consigne (je n’ai pas eu ce problème étant donné que j’avais toutes mes affaires dans mon sac Lafuma en prévision de l’Eco-trail 30km du samedi 16 mars), récupérer le coupe-vent bien sympa offert par Adidas, retrouver son groupe et attendre. Je passe le fait que mon inscription comme celle de nombreux autres ait été mal enregistrée, que mon groupe de départ ait complètement changé et que la gestion des 200 groupes ait causé une certaine attente. Inscrite pour 8km je me retrouve finalement aléatoirement dans un groupe parti pour 12km (les distances allant de 5 à 30km!). En temps normal je me serais plutôt inscrite sur du 15km mais souhaitant ménager cette maudite cruralgie qui me bloque le bas du dos depuis le semi-marathon de Paris, je tiens à y aller mollo. Cela tombe bien, le groupe est très cool et notre coach Jennifer aussi.

Une vraie course d’orientation

Pensant avoir un GPS tel que promis par l’organisation, notre coach se retrouve avec un vague papier listant des « à gauche », « à droite » et des noms de rues. « Quelqu’un connait bien Paris » demande-t-elle, « parce que moi non ! ». Nous sortons nos fidèles téléphones intelligents et nous combinons papier et GoogleMaps. Au final, à quelques détails près nous nous en sortirons pas trop mal et finiront notre périple avec le sourire. Quelques belles photos de Paris by night ont été prises sur le vol…

La soirée Adidas Boost en elle même: après la course, le dancefloor !

Dj set hype

La suite de la soirée était particulièrement sympa et a rattrapé les longueurs du début. Le 1er étage de l’Adidas store avait été investi par les DJ du label Ed Banger et par un buffet un peu tardif mais agréable ! Je me suis particulièrement concentrée sur les mini muffins au chocolat – pour le reste, j’étais bien trop occupée à danser ! En termes de boissons et vu mon aversion pour la bière (j’ai essayé d’aimer mais en vain), je me suis hydratée à coup de boisson énergisante bio et naturelle faite d’extraits de baobab, de caféine, de sucre de canne bio et de citron: plutôt réussie, à explorer plus en détails nutritionnellement. Un petit extrait court mais représentatif de la musique electro-tech-house de la soirée ? Cliquez sur la photo:

boost paris

Amis, bloggers, sportifs

Ce fut également l’occasion de revoir des amis bien connus dans l’univers du blogging sportif, d’en découvrir certains pour la première fois en live après de multiples échanges virtuels (ahhh, Facebook…) mais aussi de serrer la main ou même de faire de grosses bises à certains athlètes de haut niveau plus que sympas: Thierry Guibault, Dominique Chauvelier, Teddy Riner, Meddy Baala, …

Pour le reste des anecdotes, photos et autres commentaires je vous laisse nous rejoindre sur notre page Facebook: par ici !, pour consulter le reste du « book » de la soirée et bien plus encore. Les organisateurs de la soirée n’ont par ailleurs pas arrêté de filmer et de photographier les participants de l’event et les adeptes du dancefloor – mise en ligne intégrale le lundi 11 mars sur le site Boost Paris ! Suspense….!

1 COMMENT

  1. Excellent tout ça, ça donne envie si je suis encore là l’année prochaine, si j’avais su j’aurais fait l’effort de descendre sur Paris, mince alors!!! ^_^

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici