Comment une runneuse se retrouve entraînée  dans un projet de raid 4×4…

Il aura suffit d’un mail puis d’une soirée de lancement pour que les secrets de ce nouveau projet dérivant du Trophée Rose des Sables, créé et mené avec talent par les mêmes organisateurs: Désertours, soient révélés à une communauté de femmes bien particulières.

Conviée à cette soirée un peu mystérieuse, je me retrouvais alors accompagnée de ma soeur au sein du Barock près des Champs, à déguster un buffet et du vin tout en admirant un couple faire quelques pas d’une danse que j’avais commencé à apprendre, il y a quelques années: le tango, sous les notes d’un duo de musiciens sud américains. Une mise en situation plutôt agréable sans toutefois apporter toutes les réponses à mes questions: de quoi s’agit-il précisément ? Pourquoi suis-je là ?

Après nous être installées en attendant que la projection du teaser 2014 soit réalisée aux yeux des nombreuses femmes réunies pour l’occasion, nous trouvons l’occasion d’échanger avec l’une d’entre elles qui elle, a participé au Trophée Rose des Sables 2012 (désert marocain) et que l’idée de reproduire l’aventure en Argentine taraude. Cette femme, Virginie, sait bien mieux que nous pourquoi elle est là et ce qui peut l’attendre si elle se laisse séduire à nouveau…


Trophée Roses des Andes – Teaser 2014 par trophee-roses-des-andes

Je doute cependant que les organisateurs aient de gros efforts à faire pour la convaincre, elle et sa co-pilote …! Quand on a participé à une aventure de ce genre, quand on « sait » ce qu’il est possible de vivre, peut-on vraiment refuser le réitérer l’expérience ? Oui, mais quelle expérience ?

Consacrons quelques mots à présenter la 1ère édition d’un nouveau défi: le Trophée Rose des Andes 2014.

Le Trophée Rose des Andes: 1ère édition d’un rallye 4×4 100% féminin au coeur de l’Argentine

Les dates:

Du 5 au 16 avril, englobant 3 jours en amont du rallye pour le vol aller, la prise de possession des véhicules et les vérifications techniques d’avant course ainsi que 3 jours en aval pour le repos, la restitution des véhicules et le vol retour.

La durée nette du rallye raid est donc de 6 jours, du 8 au 13 avril compris.

Le principe:

Le rallye Trophée Rose des Andes est 100% féminin. Chaque équipage (limité à 60 pour la première édition) est composé d’une pilote et d’une co-pilote, comme pour l’ensemble des rallyes de ce type: Trophée Rose des Sables, Rallye Aïcha des gazelles, etc.

Tous les soirs, les équipages reçoivent leur roadbook pour le lendemain, autrement dit, le parcours et ses spécificités restent inconnus jusqu’à la dernière minute. Une chose semble être garantie par les organisateurs: les qualités de précision, d’analyse et de conduite à mettre en oeuvre relèvent plus du Paris-Dakar que d’une ballade de santé. Le ton est lancé. Pour autant, les organisateurs de Désertours tiennent à rester fidèle à leurs valeurs: une course sans vitesse pour le respect de l’environnement et des populations locales. Dur de saisir alors jusqu’à quel point la course sera compétitive ou non, en tous cas, elle promet d’être excitante !

Les paysages grandioses de l’Argentine nous sont « vendus », près de 150km par jour nous sont promis, un bivouac différent par nuit est annoncé avec une 1ère nuit dans un lieu achalandé suivi de bivouacs de plus en plus isolés et frugaux.

Le Trophée Rose des Andes semble être un « drôle de sport », une sorte de mix multicolore entre plusieurs forces. Il faut tenir le coup physiquement même s’il ne s’agit pas de courir avec ses jambes mais de conduire un 4×4. Il s’agit aussi d’être maline et astucieuse pour analyser le terrain et choisir le meilleur compromis entre temps de parcours et difficulté le terrain, à l’aide d’une simple boussole. Il faut par ailleurs aimer les espaces grandioses et savoir s’en nourrir pour avancer avec une motivation inoxydable sur les pistes argentines. N’oublions pas que ce pays est montagneux, ainsi, Jean-Jacques Rey le fondateur de Désertours nous annonce des altitudes avoisinant les 2000m avec deux courts passages au delà de 4000m. Ça n’est pas rien. Je pense alors spontanément à Joséphine de SimAlti qui propose au sein même de Paris des séances de simulation d’altitude pour préparer les sportifs à leurs objectifs de courses ou à des séjours en montagne. Au fur et à mesure que les organisateurs énoncent l’ensemble de pièces du puzzle à assembler pour concrétiser l’aventure, je me mets à penser à de nombreuses personnes et à me dire « et si je participais? », … Oui, car avant d’être une épreuve tout terrain, le Trophée Rose des Sables est un véritable défi financier: il faut rassembler 15 000 euros de sponsor pour offrir à son équipage la possibilité de vivre l’expérience.

Les conditions:

Contrairement à d’autres courses dont les budgets représentent bien plus que 15 000 euros, ce montant reste correct dans la mesure où il englobe absolument tout sauf certaines assurances, le carburant (300eur de budget par équipage sur l’ensemble du rallye) et les repas du déjeuner (semi auto-suffisance). Un autre avantage réside dans le fait que ce budget englobe le 4×4 et ses accessoires, autrement dit, il n’y a aucun risque de discrimination entre un équipage au gros budget qui aurait récupéré un bolide de course et un autre plus en difficulté qui aurait une voiture moins performante. Chaque binôme part donc dans les mêmes conditions matérielles, la valeur ajoutée du rallye dépendant du mental et de la réflexion des équipages.

Le timing:

Une pré-inscription est d’ores et déjà proposée aux futurs équipages pour 400 eur. Cette démarche permet de garantir une chance de participer au rallye et de s’inscrire officiellement le 14 février 2014. Si toutefois les fonds n’avaient pu être rassemblés pour la date fatidique de la St Valentin 2014, les équipages se verraient rembourser l’ensemble de leurs versements ou reporter leurs gains pour l’année suivante, au choix. Il n’y a donc aucun risque dans chaque pré-inscription si ce n’est l’opportunité de se lancer un défi et de s’autoriser de ne pas le relever dans l’année.

Les valeurs éco-citoyennes et solidaires du Trophée Rose des Andes

Une motivation a priori saine

Comme vous sans doutes je reste partagée entre envie et doute face à cette entreprise certes excitante mais non dénuée de questionnements quant à: la pollution, le respect des paysages et de l’environnement argentin, l’image d’occidentaux à bord de 4×4 parcourant des villages sobres et rustiques. Je suis particulièrement allergique aux clichés et encore plus à l’idée d’en incarner un. Cependant, au vu des femmes rencontrées lors de la soirée de lancement parisienne de l’événement, je n’ai vraiment pas eu ce goût désagréable d’une jet set en mal de sensations souhaitant déverser son trop plein d’argent dans une course à l’étranger. Les femmes présentes étaient motivées, simples et semblaient sincères. Virginie en l’occurrence est mère au foyer et me disait comme pour elle il était difficile de se vendre et de démarcher des sponsors, mais elle l’aura fait avec succès et à sa manière pour le trophée Rose des Sables. Aucune raison donc qu’elle ne puisse le refaire pour ce défi argentin.

Une démarche éco-responsable

L’organisation demande à chaque équipage de rouler à allure « souple » avec une vitesse constante pour limiter les émissions de CO2. Les pistes à parcourir sont par ailleurs déjà existantes, il n’y a pas de hors piste. Des compensations des émissions de CO2 sont prévues via la collaboration avec un organisme visant à la préservation de l’environnement et des populations. Cela est un bon début mais reste à suivre.

Une démarche solidaire

L’événement vise le financement de l’association « enfants du désert » qui en Argentine utilise le cheval comme partenaire thérapeutique auprès d’enfants handicapés moteurs,  sensoriels ou mentaux. Le montant de ces financements et le nombre de nouveaux enfants pris en charge grâce à l’organisation « Trophée Rose des Andes » reste à préciser (pour voir les retombées du partenariat déjà mis en oeuvre pour le Trophée Rose des Sables: lire cet article).

Finalement, en ce qui me concerne et compte tenu de mon addiction pour la nouveauté et l’aventure, je ne suis bien entendu pas restée insensible aux différents échanges de la soirée de lancement de cet événement et aux perspectives offertes. Pour avoir tenté de participer au Rallye Aïcha des Gazelles il y a quelques années mais renoncé pour de multiples raisons (esprit et budgets décalés par rapport à mes valeurs et possibilités), j’ai toujours su que je n’avais pas dit mon dernier mot. Aujourd’hui je reste très sereine face à cette opportunité et me dis que peut-être, je pourrais me lancer dans l’aventure 2014 tout comme je pourrais attendre un peu pour vivre l’événement  Tout vient à point qui sait attendre. En tous cas, si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à consulter le site: Trophée Rose des Andes ou à me contacter via le formulaire de ce blog.

A très vite sur les pistes, bitumées, terreuses, sableuses ou caillouteuses de France ou d’ailleurs…

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici