En exclusivité – téléchargez votre plan d’entraînement Marathon élaboré par Thierry Guibault pour les Hotsteppers: cliquez ici !

 

Thierry Guibault: bienvenue chez les Hotsteppers !

Merci de t’installer un petit moment dans la zone lounge des fans de running et de nous offrir cet interview running passion !

Ce blog des Hotsteppers a pour vocation de rallier tous ceux que la course à pieds attire ou anime, à travers des évènements stimulants, des conseils simples et sains, des retours d’expérience de courses en tous genres et surtout, de chercher de l’inspiration et de la motivation auprès de grands sportifs comme toi !

Avant d’entamer une rafale de questions, je tiens tout d’abord à préciser à nos lecteurs qui ne le sauraient pas encore: qui tu es…

Thierry Guibault, tu as 39 ans, tu viens de remporter pour la 3ème année consécutive la 29ème édition du Marathon du Médoc qui a eu lieu le 7 septembre dernier en 2:26:40, dans la catégorie Senior Homme – Bravo !

marathon medoc thierry guibaut

 

Tes records personnels jusqu’à maintenant sont de :

    • 14’09’’16 sur 5000m piste
      • 29’42 sur 10 km route
        • 1 :04 :15 sur 20 km route
          • 2 :24 :20 au marathon de Cannes en 2010.
            • 10 ème au championnat de France de cross country 2012

Passons à l’interview à proprement parler, nous voulons en savoir plus sur toi et ton énergie sportive !

Photo thierry guibaut course à pieds

Dans le vif du sujet en 12 questions:

1ère question: A quel âge as-tu commencé à courir régulièrement et avec une vraie envie ?

Depuis le début en 1991 (à 17ans NDLR), toujours avec grand plaisir.

2ème question: Quand as-tu compris que la course à pieds serait plus qu’un passe-temps occasionnel pour toi ? D’après toi, s’agit-il d’un déclic ou d’une évolution naturelle ?

Dès la première année, avec des victoires et des qualifications aux différents championnats de France. Il s’agit d’un déclic, je venais du basket, pratiqué pendant 8 ans.

3ème question: Quelles sont les qualités essentielles qu’il faut d’après toi avoir ou développer pour être un bon coureur ?

Ne rien lâcher dans les bons et les mauvais moments, parce qu’une carrière se gère forcément avec des hauts et des bas. S’entraîner au quotidien également.

4ème question: A quel âge as-tu fait ton tout premier marathon et en combien de temps ?

A 30 ans: défi que je m’étais donné quand j’ai commencé l’athlé. Résultat: 3ème du médoc en 2h31, pas si mal non!!! (NDLR: je te le confirme, pas si mal !!)

5ème question: Aujourd’hui, pourquoi cours-tu ? Qu’est ce qui te motive le plus au point de pratiquer le running à haut niveau ?

C’est mon boulot (NDLR: moniteur sportif dans l’armée de l’air) et en plus je continue à gagner et à découvrir de nouvelles personnes et des nouveaux pays. Surtout sans se prendre la tête, le plaisir encore et toujours.

6ème question: Quels sont ton rythme et ton style d’entraînement hebdomadaires (type de séances et fréquence) ?

Entre 6 et 7 séances:

– Lundi: footing,

– Mardi: VMA longue (NDLR: séquences alternées de course à allure proche de la VMA sur une durée > 1min – et de temps de récup’ idéalement inférieur ou égal au temps d’effort – répétition de ces séquences plusieurs fois) ou seuil,

– Mercredi: footing,

– Jeudi: VMA courte (NDLR: séquences alternées de course à allure proche de la VMA sur une durée < 1 min – et de temps de récup’ idéalement inférieur ou égal au temps d’effort – répétition de ces séquences plusieurs fois)

– Samedi: côtes ou footing,

– Dimanche: sortie longue (NDLR: course de durée supérieure à 1H30 pour habituer le corps aux efforts prolongés) ou allures spécifiques (NDLR: allures ciblées de compétition: 10km, semi, marathon, …)

7ème question: Est-ce que la course te contraint à une certaine hygiène de vie ou est-ce que finalement, si tu cours aussi bien, c’est parce que ton hygiène de vie est déjà à la base favorable au sport ?

Oui exactement: pas de sacrifice, juste faire attention et bien s’équilibrer avec des moments de plaisirs, un bon vin du médoc, un repas avec des amis etc…

8ème question: Comment gères-tu psychologiquement l’avant compétition: les semaines, jours, heures, secondes d’attente avant le « coup de pistolet » ? Es-tu quelqu’un de « stressé » par la performance ou est-ce que tu arrives à prendre du recul par rapport à tes résultats ?

Je gère généralement bien l’avant course. Pas trop de stress négatif, j’arrive à rigoler avant le départ d’une course avec mes adversaires, j’aime bien chambrer. Mon partenaire Adidas aime que je montre cet état d’esprit qui est vraiment naturel chez moi, demande à mes collègues de boulot !

9ème question: Comment gères-tu les moments où ta forme n’est pas à la hauteur de ce que tu voudrais qu’elle soit: les blessures par exemple ou les baisses d’envie ? T’arrives-t-il de pratiquer d’autres sports complémentaires pour faire un break ou tout simplement créer des synergies entre différentes activités physiques ? 

J’arrive maintenant à bien gérer mes phases de fatigue, plus de grosses blessures depuis 2002. Quant aux sports complémentaires, oui bien-sur de part mon métier avant tout. J’aime pratiquer le vtt, tennis, badminton, football et depuis cette année le biking ! (NDLR: je comptais vous faire prochainement un article en faveur des sports complémentaires au running et créateurs de synergie, merci Thierry pour cette mise en bouche !)

10ème question: Parlons d’avenir, si tu devais citer un objectif à atteindre en course à pieds avant de passer en catégorie Vétéran 1, donc dans 2 ans, quel serait-il ? 

Remporter un maximum de courses pour ma dernière année senior.

11ème question: Quel est ton top 3 en souvenir de courses, toutes distances, surfaces, lieux et types de courses confondues ?

Bien-sûr mes 3 victoires au marathon du Médoc et ma 10ème place aux France de cross 2012 devant Driss el Himer, 9 fois champion de France. Généralement je ne vis pas trop dans le passé donc pour moi cette année reste la plus accomplie.

12ème question – le finish: Pour finir, après des années d’expérience dans la course à pieds, une connaissance de toi-même affinée et un vrai recul sur ce sport, qu’aurais-tu envie que tous ces gens qui pratiquent la course à pieds de plus en plus, même à un niveau amateur mais non sans assiduité et passion, retiennent ?

Je crois qu’il faut vraiment insister sur le mot plaisir, ce sport est tellement exigeant que si tu te forces à t’entrainer forcément tu vas au clash. Il faut aussi absolument avoir des phases de coupures et de récupérations pour ne pas penser à la compétition tous les jours. Même l’amateur doit chercher à améliorer ses performances, à son niveau certes mais si il veut persévérer il doit progresser, finir une compétition doit être un objectif puis l’année suivante gagner quelques minutes ou perdre quelques kilos etc etc…
J’entraine et je conseille beaucoup d’amateurs, ils arrivent à se procurer autant de plaisir que moi, même sans monter sur un podium. C’est ces gens là, qui me poussent aussi à m’entrainer tous les jours parce que sans eux, la masse dirait-on, pas de compétition pour les élites.

Chers Hotsteppers, je crois que tout a été dit.

Merci beaucoup pour ton temps et ton partage Thierry, la « zone lounge des fans de running » se veut être un grand espace de rencontres où certains inspirent ceux qui un jour peut être, inspireront à leur tour et à leur manière, d’autres néophytes de l’univers du running ! A bientôt !

course à pieds thierry guibaut

13 COMMENTS

  1. […] Thierry Guibault en route vers ses championnats mondiaux militaires de cross (desquels il terminera 12ème et 1er au classement européen !) m’avait dit de « prendre beaucoup de plaisir » ce qui me fit penser à ce moment là, de façon purement existentielle : « oui mais quand tu as mal, que tu es fatiguée et que tu as surévalué tes capacités à enchainer les courses, tu vas le chercher où le plaisir ? ». De toutes manières j’y étais et malgré de sombres idées de ne pas prendre le départ la veille, j’étais bien résolue à aller au bout en espérant ne pas être trop dure avec moi-même et me laisser le droit de ralentir en cas de baisse de régime. Intransigeance quand tu nous tiens. Coup de pistolet, je pars dans la 2ème vague en n’étant pas franchement « dans la course », peu importe, le course était lancée ! […]

  2. Très intéressant, les réponses de ce champion confortent la notion primordiale de plaisir dans la pratique de l’entraînement, de l’importance du respect de son corps au quotidien, dans un esprit épicurien 😉
    Après, conjuguer un tel planning d’entraînement avec des exigences professionnelles et personnelles est une autre affaire.
    En tous cas avec un tel coach, les entraînements doivent être au top !
    Et pourquoi pas une séance en commun et de bons conseils un jour pour les hotstppers ? 😉
    Franck

    • Merci Franck pour ce feedback ! Son planning n’est évidemment pas compatible avec un emploi du temps pro classique…rappelons que Thierry a des responsabilités sportives dans un service de sport d’une certaine base de l’armée de l’air. Son métier est donc à part entière relié à l’activité physique ! Le but n’étant pas de faire comme lui: c’est un mode de vie, un choix, une configuration que peu de gens peuvent adopter. Et il le précise, certain des amateurs qu’il entraîne éprouvent le même plaisir que lui sans pour autant jamais monter sur un podium. Quand on parle de sport/santé et de sport/détente, ça n’est pas pour minorer les performances ou partir dans des considérations ‘au rabais’ du sport (sinon je n’aurais pas créé ce blog!!) mais pour montrer que l’on peut vraiment s’éclater, en étant à fond, en se dépassant, en kiffant totalement !….sans être dans le top du top – là est la clé 🙂 Quant à un training avec Thierry, cela peut évidemment faire partie de projets à venir…tout est envisageable pour les Hotsteppers assidus !

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici