Ma 1ère montre GPS fut une Géonaute, d’abord sans ceinture cardio puis avec – à mesure que je jugeais pertinente la gestion de mon effort selon ma FC et non uniquement ma vitesse. Ergonomique et intuitive le délai de capture du GPS m’aura toutefois plus d’une fois découragée. Et puis, il y eu la Garmin Forerunner 620, qui m’aura accompagnée lors du marathon de Paris 2014 et de sa prépa entière. Design, féminine, dotée d’un écran couleur tactile et de fonctionnalités complètes voire superflues (oscillation verticale de la foulée par ex.) – j’aurais apprécié l’expérience d’utilisation, au delà de mesures parfois discutables (prédicateur de temps de course et évaluation de la VO2 max quelque peu irréalistes voire artistiques !) Récemment, j’ai eu l’occasion de tester une montre GPS inédite avec cardio intégré au poignet, par une marque nouvelle dans le secteur: Epson. Comme toutes les marques qui débarquent tardivement sur un marché, Epson ne peut pas se contenter de faire pareil mais mieux que ses concurrents déjà bien établis. Est-ce le cas ?

Entretien avec l’équipe Epson

Plusieurs tests en condition multisports

Partenaire des Étoiles du Sport connues et reconnues pour leur capacité à fédérer et fidéliser des athlètes de haut niveau multisports, Epson assoit son positionnement très « sport performance ». Étant moi même également présente à la Plagne en cette fin d’année pour la réunion annuelle de ces athlètes, j’ai eu l’occasion de m’entretenir directement avec l’équipe d’Epson sur place (Romain le community Manager/RP et Florent le Chef de produit).
J’expliquais alors à Romain en toute transparence mon expérience de la montre GPS Runsense SF-810 (pourquoi des noms toujours aussi barbares pour des montres GPS ??!) que j’ai eu l’occasion de tester lors de la Run and Bike Solidaire de Septembre puis sur la Run in Lyon en Octobre dernier come de faire tester (Alison: préparation des mondiaux de hockey subaquatique, en piscine et en extérieur; Vincent: marathonien, séances de running pur sur piste).
 run and bike solidaire Epson Runsense SF-810Au départ de la Run and Bike Solidaire: 2ème course de reprise pour moi après 1 an d’arrêt…Toujours la même émotion à l’arrivée.

Le fruit d’ingénieurs plus que de creatifs

Si l’on doit résumer les caractéristiques de la SF-810 avant même de rentrer dans les détails, il s’agit selon moi d’un: Produit précis, efficace et technologique mais qui manque de design, d'ergonomie et d'intuitivité Click To Tweet dans son utilisation. Romain me le confirmera très spontanément: « Epson est une marque d’ingénieurs. Certes on ne fait pas que des imprimantes et l’on peut être très compétents dans la mesure de la performance sportive, mais le design et l’ergonomie ne sont pas nos forces premières« . La marque est lucide et compte bien s’améliorer, c’est déjà un bon point.
Qu’il s’agisse de mon utilisation, de celle d’Alison ou de Vincent: la prise en mains n’aura en effet pas été évidente. Seul Vincent qui est un mordu de technos aura eu le courage d’avaler le manuel pour tout comprendre ! Mais Alison et moi sommes des nanas, qui plus est un peu paresseuses face à la technique (surtout moi) et qui aimons que les choses coulent de source (surtout moi, Alison est un peu plus téméraire dans l’opérationnel). Or pour acquérir la logique Epson, il faut quelques sessions d’entraînement !
Florent, le chef de produit ira dans notre sens en affirmant que le fonctionnement de la montre n’est peut être pas logique de prime abord, mais il est simple (une fois que l’on a acquis la logique!). Bon ok. Mais si l’on fait abstraction de l’esthétique très primaire de la montre (noir et violette) et de son utilisation quelque peu exigeante, qu’en est-il de son véritable fonctionnement ? Est elle à la hauteur des revendications de ses créateurs japonais ?

Fonctionnement subaquatique: pas si mal pour une montre de running

test montre Epson Runsense SF-810 sous l'eauAlison, en plein stage d’équipe de France en vue des mondiaux de hockey sub 2016

La montre Epson runsense SF-810 est étanche jusqu’à 5atm./ 10m sous l’eau ce qui est énorme. Même Alison qui est testeuse de l’extrême pour le blog avec son sport de dingues, ne joue pas à cette profondeur ! Pour autant, il ne s’agit pas d’une montre dédiée à la mesure d’activités aquatiques. Quel intérêt par conséquent de lui offrir une étanchéité pareille ? Florent précisera qu’Epson entend aller plus loin dans ses développement et améliorer ses capacités à appréhender les sports aquatiques. Alison a d’ailleurs rendez-vous avec l’équipe en 2016 pour contribuer au développement de cette dimension. Vincent signalera également au cours de ces essais que le capteur cardiaque fonctionne sous l’eau. Comme quoi, la SF-810 n’est pas encore faite pour la natation mais pour une montre dédiée uniquement au running, elle part déjà avec de bons atouts.

Epson Runsense SF-810: test technique

Le cardio intégré…et précis: un avantage certain

Je me suis pour ma part limitée à l’utilisation basique de la montre en misant sur l’affichage de la fréquence cardiaque et de mon allure pendant mes courses. En revanche, ne pas avoir à porter de ceinture cardiaque sans perdre en précision sur la mesure est un véritable avantage, d’autant qu’il n’est pas nécessaire de trop serrer la montre au poignet pour permettre la mesure. Une étude indépendante est par ailleurs sortie récemment au Royaume-Uni et démontre la précision des capteurs optiques de fréquence cardiaque en comparaison avec celle des ceintures thoraciques.

[pullquote] »Les capteurs optiques de fréquence cardiaque sont les dernières technologies à s’être intégrées dans les montres pour le sport. Elles mesurent la fréquence cardiaque grâce à un système de LED et une cellule électro-optique, qui détectent le flux pulsatile du sang sous la peau. En regardant les données moyennes de la fréquence cardiaque au cours des deux périodes d’exercice, nous avons constaté que la différence de précision entre la montre Epson et une des meilleures ceintures pectorales était d’à peine 0,3-0,7% »[/pullquote]

La précision du tracking: inégale selon le capteur

Testés dans différentes conditions météos, sur des tours de piste comme sur route, les deux capteurs essentiels de la montre ne se valent pas:
  • Le GPS: très précis, quelles que soient les conditions et particulièrement sur piste où la précision se confirme au mètre près, bien que sur 25 tours soit 10km.
  • L’altimètre: moins précis avec une variation (inexplicable) sur un stade (pourtant plat) et ce de façon aléatoire (pas systématique d’une séance à l’autre).

Autonomie et chargement: rapide et efficace

Une fois chargée à 100%, la Runsense SF-810 permet de courir au moins 5 footings d’1 h sans rechargement. Nous émettons toutefois des doutes quant à l’autonomie annoncée de 20h en fonctionnement GPS.
D’un point de vue purement pratique, le chargement se fait avec un chargeur USB certes un peu volumineux mais selon nous autrement plus efficace que les systèmes de pinces qui bougent sans arrêt (Kalenji, Suunto) et génèrent des faux contacts ou que les systèmes d’aimants (Garmin).

Fonctionnalités: multiples

Nous ne les avons pas toutes testées mais les fonctions intervalles et longueur de foulée (en cm) sont utiles et semblent fiables. Parmi les fonctionnalités revendiquées par la marque: des phases personnalisables d’entraînement fractionné, des objectifs de cadence et de tours variables, ainsi que des points de passage adaptés à votre régime de course.

Affichage: à apprivoiser

Comme précisé précédemment, une fois la montre prise en mains et apprivoisée, la bascule entre les différents écrans ou modes se fait bien, permettant de visualiser alternativement l’essentiel: pulsation cardiaques – temps – vitesse. Le  rétroéclairage est efficace.

Usage indoor: utile pour les pulses

Testée sur un vélo de biking, la montre Runsense SF-810 qui n’est initialement pas dédiée à la pratique de vélo, s’avère du moins efficace pour la prise de pulses en direct.

App, historique et informations post-course

  • L’application « Run Connect » (disponible sur mobile ou PC) semble offrir un panel de détails complets et égal si ce n’est supérieur à la concurrence (Runtastic, Nike+ ou Garmin). Cependant, tout comme la montre, son utilisation est moins intuitive que les apps citées précédemment.
  • Le portail Runsense View offre les mêmes fonctionnalités mais cette fois-ci sur PC ce qui rend l’analyse et la visualisation des ses données plus agréables.
  runsense view Epson Runsense SF-810
Au delà des données classiques, le portail Runsense View permet de croiser les infos comme l’évolution de la fréquence cardiaque au cours de l’effort et en fonction de sa vitesse ce qui, sans être un pro ou un acharné du quantified self, peut être sympa à suivre. On constate d’ailleurs que la mesure de ma FC sur cette course (Run in Lyon) a été interrompue pendant près de 8′ (bracelet trop lâche ou tordu à ce moment là ? La mesure n’est pas infaillible).

Epson Runsense SF-810 pour résumer:

– Une montre plus conçue pour la route que pour le trail (mesure du dénivelé imprécise et autonomie à vérifier)
– Une haute précision de la mesure de la fréquence cardiaque
– Une haute précision du GPS
– Une application associée plus que complète mais peu intuitive (trop d’infos tue-t-il l’info ?)
– Une montre dédiée aux coureurs/coureuses recherchant avant tout la fiabilité et la précision, plus que la simplicité d’utilisation (quitte à ce que les mesures ne soient pas ultra précises)
– Des fonctionnalités complètes en faisant un produit haut de gamme
– Un prix non négligeable mais cohérent avec l’offre: 269.99Euros.

Epson Runsense SF-810

269.99
Epson Runsense SF-810
75

Design

6/10

    Ergonomie

    6/10

      Précision

      9/10

        Fonctionnalités

        9/10

          Autonomie

          8/10

            Pros

            • Précision
            • Fonctionnalités

            Cons

            • Design
            • Ergonomie
            PARTAGER
            Article précédentQuand te reverrai-je…pays merveilleux ! #LaPlagne
            Article suivantKalenji prom classic 2016: let the sun shine in’
            Créatrice et blogueuse passionnée de Sport, nourrie des cultures européenne et américaine, je me spécialise en nutrition pour aider les lecteurs Hotsteppers à vivre une vie saine, solide et riche de sens ! Ma meilleure amie et athlète Alison m'accompagne sur ce blog dans les 1001 expériences et découvertes qu'il nous offre et contribue à son contenu à travers son activité physique de niveau semi-pro (Équipe de France de Hockey Subaquatique)

            1 COMMENTAIRE

            1. Bonjour
              Je confirme que le capteur d’Epson se comporte pas si mal dans l’eau (testé en mer en plus).
              En tout cas, de toutes les montres cardio optiques que j’ai testées, c’est celle qui donne les meilleurs résultats.

            LAISSER UN COMMENTAIRE

            Postez votre commentaire ici !
            Inscrivez votre nom ici