Bienvenue sur le blog multisports Hotsteppers ! Pensée libre, info fiable, expériences hors tendances. Sport, nutrition hédoniste, récits, interviews et analyses au service d'une communauté éclectique en quête de (bon) sens.

Test des chaussures Kalenji Running: modèle Eliorun #EatYourRun

Familière des lancements de nouveaux modèles Kalenji Running, typés performance, j’ai eu l’occasion de découvrir cette fois-ci un modèle plus grand public: l’Eliorun. Si pour la gamme Kalenji Kiprun, la marque aime parler de « running », elle utilise plutôt le terme « jogging » pour sa petite soeur l’Eliorun. Et pourtant. Les caractéristiques de l’Eliorun sont assez innovantes au vu des axes de développement habituels chez Kalenji: faible drop, faible amorti, design épuré avec un mesh type flyknit évocateur d’une autre grande marque référente en la matière. Conçue a priori pour les débutants, il me semble que l’Eliorun a plus d’un tour dans son sac avec un rapport qualité/prix à toute épreuve.

« Eat Your Run »: apologie de l’hédonisme

Courir pour le plaisir

Quand la gamme Kiprun effectue un lancement produit, c’est à l’occasion d’une course. Quand la gamme Eliorun s’y met, c’est à l’occasion d’un restaurant, gastronomique qui plus est. Le leitmotiv: l’hédonisme. Les responsables de la marque parlent à plusieurs reprises de plaisir et de récompense. La gamme s’adresse à ceux qui courent 1 à 2 fois par semaine pour se sentir bien. A ceux qui « font du sport » plutôt qu’à ceux qui « s’entraînent ». A ceux qui veulent se faire du bien sans chercher à se faire mal.

Une belle campagne de teasing

Une belle campagne de teasing créative s’est vue inciter une vaste liste de bloggers à courir pour convertir leurs km en kcal. L’objectif n’étant pas de s’autoriser à manger seulement en étant passé par la case sport au préalable mais à voir la nourriture comme une occasion supplémentaire de profiter de la vie après une séance. Un menu gastronomique très original et élaboré par des Chefs en direct fut ainsi servi à plusieurs grandes tables de bloggers pour la majorité lifestyle et culinaire. La proportion de bloggers sport se limitant à un coin de table, à l’image de la cible de la gamme Eliorun. Le ton était lancé: la nouvelle née de la marque Kalenji semblait vouloir toucher un public encore plus large et éclectique de pratiquants occasionnels. Ou comment se positionner en référence de la « mise au sport » du plus grand nombre: une stratégie 100% Made in Decathlon !

Kalenji Eliorun Femme: le test

Eliroun: caractéristiques techniques

  • Terrain: route
  • Poids utilisatrice: 65-75kg
  • Fréquence d’utilisation: 1 à 2 jogging/semaine
  • Foulée: neutre
  • Drop: 6mm
  • Amorti: mousse EVA
  • Coloris: disponible en 3 coloris Femme (rose, verte, grise)

Le test en conditions multisports

Si la Kalenji Eliorun n’est pas conseillée pour les sports de raquette d’après les concepteurs, je l’ai quand même emmenée sur un court de tennis tout comme je l’ai testée en randonnée sportive en forêt et sur piste. Son design attractif et sa légèreté en font une chaussure facile à transporter et à enfiler.

Eliorun usage multisports

Test Kalenji eliorun

Eliorun: verdict

La surprise du « naturel »

Son drop de 4 à 6mm plus faible que la plupart des modèles route habituels Kalenji reste une véritable surprise de la part de la marque ! Surprise confirmée par le positionnement de la chaussure destinée à favoriser un « mouvement naturel » du pied; critère parlant plutôt aux cadors de la course qui souhaitent faire évoluer leur foulée qu’aux débutants. La toebox (avant du pied) est toujours assez étroite mais moins que sur les Kiprun. Les encoches de flexion sur la semelle extérieure favorisent quant à elles sa souplesse donc la fluidité de la foulée mais restent bien plus marquées au niveau medio pied qu’au niveau talon/medio-pied (lacune pour une course 100% naturelle).

Un design réussi

Le design quant à lui détonne et marque des points avec un mesh de type Flyknit et une semelle extérieure chinée de petits points roses.

Un confort à parfaire

A l’usage on sent bien que la chaussure « tape » un peu du fait se son faible amorti et qu’elle ne conviendrait pas à des débutants sur des sorties trop longues (>60min). Mais, c’est là tout le paradoxe de cette Eliorun. Si son manque d’amorti donc de protection réduit la durée de son utilisation au débutant, elle ne ferme pas la porte aux coureurs expérimentés ayant une belle foulée medio-pied ou cherchant à effectuer une transition progressive vers un drop <4mm voire nul.

Un modèle paradoxal

L’Eliorun est annoncée comme une chaussure pour débutants ayant un faible volume de course donc un besoin d’amorti moins important que les coureurs expérimentés. C’est une assertion pourtant à l’opposé du courant « naturaliste » qui conseille aux coureurs expérimentés de réduire le drop et l’amorti de leurs chaussures pour adopter une course plus naturelle. Il me semble qu’en dehors de cas particuliers: coureurs/coureuses lourd(e)s ou sortant de blessure (fragilité lombaires, aux genoux, aux chevilles), tout coureur devrait s’entraîner avec des modèles sans drop ni amorti excessifs. Le maintien et la stabilité quant à eux demeurant des critères essentiels peu importe le niveau.

La Kalenji Eliorun se présente alors comme un modèle convaincant pour les débutants (attention à ne pas faire de sortie >60min avec si vous débutez !) mais aussi adapté aux coureurs plus expérimentés sur des séances rapides voire même des compétitions. Un excellent compromis pour un prix défiant toute concurrence (34,99Eur). Si Kalenji semble à raison prendre en route le train de la course naturelle, il lui reste encore des progrès à faire en matière de confort. Mais sans doutes est-ce compliqué de rassembler les meilleurs matériaux amortissants pour un prix de vente final pareil.

 

Pin It

Eliorun Femme (Kalenji)

Eur39.99
Eliorun Femme (Kalenji)
7.75

Design

8/10

    Confort

    7/10

      Maintien

      7/10

        Dynamisme

        8/10

          Accroche sur route

          8/10

            Accroche sur chemin

            8/10

              Stabilite

              8/10

                Prix

                9/10

                  Pros

                  • Design
                  • Légèreté
                  • Favorisent une course plus naturelle
                  • Prix

                  Cons

                  • Confort
                  • Flexibilité de la semelle extèrieure
                  • Positionnement utilisateur
                   
                  Comments

                  Je ne cours pratiquement plus qu’avec des chaussures à drop faible voire nul et donc j’apporte un bémol à ton ressenti. Oui l’Eliorun tape en foulée medio-pied alors que je n’ai jamais le problème avec une marque ‘naturaliste » que tu connais très bien et qui ne néglige pas l’amorti sur la zone medio/avant pied (mes Altra One 2.5 ou Superior 2.0 sont les meilleurs compromis que j’ai jamais eu dans le domaine). J’ai forcé ma foulée pour taper plus du talon et leur amorti (K-ring) est exemplaire. Par contre, il n’y en a pas du tout devant pour une foulée medio-avant pied et ça se sent au bout d’un moment. A recommander à ceux qui ont déjà une foulée medio légère. Pas sur que ce soit un modèle pour une transition par contre.. J’ai tenté une sortie d’1h30 avec l’Eliorun et j’ai compris pourquoi Kalenji la recommande pour les « jogging » d’une heure 🙂 Ceci dit, cela n’enlève rien à leur rapport qualité-prix.

                  Interessant point de vue JG ! Je serais curieuse de voir quelle hauteur d’amorti il peut y avoir à l’avant des Eliorun versus à l’avant des Altra pour ne pas les nommer. Si tu prends les One ou les ex-3sum, il n’y a(vait) pas grand chose à l’avant. C’est peut être pour ça d’ailleurs que ce sont les modèles plus amortis qui se vendent mieux (Torin, Provision, Impulse ou Lone peak/Olympus en route). Je suis également d’accord avec toi sur la performance du K-ring logé dans le talon, mais quand même, le drop de 6mm incite moins à talonner que leur drop habituel de 10mm sur les Kiprun (pourtant typé performance): c’est ça que je trouve paradoxal ! C’est peut être une 1ere étape vers le plus « naturel » qui se prolongera par une amélioration de l’amorti avant pied dans les prochains modèles 🙂 C’est finalement peut-être Kalenji qui fait sa transition 🙂

                   
                  Comments