semi marathon boulogne

De la déception à la fascination : une expérience imprévue, nouvelle, réussie.

Habituée à écrire des récits de courses vécues de l’intérieur, en tant que runneuse aimant se perdre dans les vagues de participants et honorer ses objectifs de temps ou de distance, j’ai cette fois-ci vécu l’évènement « de l’autre côté de la barrière » et ainsi pu découvrir ce que l’on ne voit pas ou rarement lorsque l’on court.

En effet, grillée par un virus grippal sévissant à tour de bras ces temps-ci, de ce fait faiblement entraînée et sans grandes réserves d’énergie, j’ai fait le choix de ne pas faire ce semi-marathon, préférant une absence de performance à une contre-performance. C’est un choix décevant et rude pour quiconque, peu importe son niveau, que de devoir « abandonner » mais il me semble que l’acceptation est le cœur de la sagesse dans le sport et dans la vie !

semi marathon boulogne photos

De gauche à droite: deux meneurs d’allures X-Run – Harry Bignon, speaker sportif – sas élite au départ

Ceci étant, j’ai souhaité transformer ce contre-temps en une opportunité de partager via ce blog une autre vision de la course. Ainsi, pour la première fois, j’ai réellement entendu le « coup de pistolet » du départ, vu le plateau des élites franchir aussi bien le départ que la ligne d’arrivée, croisé la voiture balai au 17ème km, devançant le peloton de tête masculin (env. 45min au chrono à ce moment là) suivi de près par la 1ère femme : Tigsti Kiros Gebreselassie, observé le travail d’un speaker sportif, à cheval entre les différentes indications des commentateurs à motos en direct du parcours, les arrivées des premiers coureurs, les interviews flashs à réaliser…, vu de près tous ces champions majoritairement kenyans, éthiopiens, namibiens sans oublier les français d’excellent niveau, pour certains accueillis à bras ouverts dans les bras d’un coach attendri et fier, et bien d’autres choses encore.

Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir ce récit, un peu « différent ».

1ere française semi boulogne

De gauche à droite: la n°1 française interviewée par Harry Bignon; une coureuse anglophone et son coach

 

Les chronos notables de cette 16ème édition du semi-marathon de Boulogne 2012 – résultats ici

Top départ, la trentaine d’élites rangés dans leur sas préférentiel, collés au bandeau de départ se ruent vers l’avant dès le retentissement du coup de pistolet. Le rush ajouté à un temps extrêmement humide et à un terrain glissant ont d’ailleurs provoqué des chutes en domino dès les 3 premières secondes.

A peine le sas élite écoulé, ce sont les sas suivants qui défilent, représentés par les meneurs d’allures d’x-run coaching, concentrés et fermement décidés à amener leurs « followers » en temps voulu jusqu’à l’arrivée. A peine les 5000 et quelques coureurs ayant franchi la ligne de départ et précautionneusement lancé leur propre chronomètre, la place de l’hôtel de ville devient soudainement vide, il ne reste que les organisateurs, le speaker sportif et quelques photographes. Ça y est, ils sont partis et dans une heure à peine, les premiers seront déjà de retour. Le temps de discuter avec quelques personnes puis de me diriger vers la zone du commentateur sportif Harry Bignon, j’entends que le peloton de tête masculin en est déjà au 4ème km. Je suis stupéfaite et regarde ma montre, cela fait 11’36 seulement que la course a commencé !

A peine plus de 5 min plus tard, j’entends à nouveau que les meneuses féminines en sont au 5ème km. Le 1/4 de la course est déjà bouclé pour elles. C’est hallucinant. Prenant alors le plan du parcours en mains je me dirige vers les bords de Seine où je sais que les coureurs doivent passer aussi bien à l’aller qu’au retour. Une fois sur place, ce sont les participants des derniers sas qui défilent et que nous sommes plusieurs à encourager autant que possible. Il y a des coureurs plus âgés qui se battent contre eux mêmes, d’autres plus jeunes qui sont venus courir à 2 ou à 3, d’autres encore à qui l’on lance quelques blagues et qui retrouvent le sourire. Les pompiers sont là en brochette, « au cas où ». Des parents sont venus encourager « leur fils », appareil photo professionnel en mains, prêts à bombarder leur progéniture en plein exploit ! Le temps passe vite, je me retourne et déjà, on parle de l’arrivée du peloton de tête, en phase de « retour » alors même que bon nombre de coureurs sont encore bien loin de la mi-parcours.

Des gyrophares clignotent à l’horizon, un velib’ perdu dans la manip’ se fait humoristiquement applaudir par le public s’attendant à voir apparaître les premiers champions – amusant ! Immédiatement après, ils arrivent. Ils en sont à leur 17ème km et la voiture balai affiche fièrement un chrono de 45 min.

Admirez un peu la vélocité de leurs foulées !

top masculins semi boulogne

Le Top 10 masculin: juste après le passage du quatuor de tête, au 17ème km sur les bords de Seine

La première femme n’est pas encore là mais devrait bientôt arriver. Je veux absolument l’attendre avant de repartir vers la ligne d’arrivée pour capter les premiers chronos scratch. Un peu plus de 7 min après les meneurs masculins, voilà l’éthiopienne Tigsti Kiros GEBRESELASSIE qui apparaît (photo ci-dessous).

num 1 FEMME SEMI MARATHON BOULOGNE

La num 1 féminine: Tigsti Kiros GEBRESELASIE, en pleine montée au 17ème km

Je ne cesse de me répéter que ces coureurs sont incroyables, chacun à leur manière, chacun avec leur détermination qui leur est propre, des premiers aux derniers. Je file alors en petites foulées vers l’arrivée, ratant de peu les premiers chronos masculins: soit l’athlète Ethiopien Tesfaalem Gebrearegawi MEHARI, le vainqueur de la course, terminant le parcours en 1h01’07 », suivi de Justus MORONGA en 1h01’11 » et d’Alfred CHEROP (3ème déjà l’année dernière) en 1h01’38 ».

top 3 hommes semi marathon boulogne

Le podium masculin du Semi-Marathon de Boulogne Billancourt 2012

J’aurai toutefois la chance de voir l’éthiopienne Tigsti Kiros GEBRESELASSIE, 1ere femme à franchir le « ruban de la victoire » après 1h11’11 » de course, suivie de Aynalem WOLDMICHAEL en 1h12’43 » et de MulitNewcha GEBRESILASE en 1h13’13 ».

S’en suivent une série d’arrivées des tops 20 hommes et femmes. Harry Bignon annonce régulièrement les temps limites de qualification par catégorie pour les championnats de France. On en voit rater leur sélection à quelques secondes près et arriver effondrés. Certains sprintent, d’autres arrivent à peine à marcher, d’autres rient comme si cela avait été une formalité – quelle diversité ! Les interviews fusent. Parmi les noms et visages sympathiques croisés, je citerai (photos ci-dessous de gauche à droite):  Vincent Rousseau, 1er français du classement en 1h09′; Olivier Gaillard : coach du site runners.fr et 3ème français avec un chrono de 1h09’07; les meneurs d’allure d’x-run coaching ayant fièrement rempli leur « contrat de temps ».

semi boulogne vincent rousseau olivier gaillard

De gauche à droite: Vincent Rousseau – Olivier Gaillard interviewé par Harry Bignon, speaker sportif – meneurs d’allure X-run

Parceque le chrono c’est une chose mais qu’il n’y a pas que ça…

Une fois la frénésie des premiers coureurs passée, on se dit qu’une course ça n’est pas qu’un « plateau d’élites » et puis rien. Il y a près de 5000 personnes qui sont encore en chemin et qui tiennent le coup pour dépasser leurs objectifs ou déjà essayer de les tenir. Des photos prisent sur le vif à l’arrivée traduisent de nombreuses émotions : des visages expriment la douleur, d’autres sont impassibles et presque vides. Un homme franchit la ligne d’arrivée et s’écroule sur moi. Un ami et moi le retenons et l’amenons jusqu’à la barrière, il est rongé par les crampes et ne tient plus debout. Rien de grave mais c’est impressionnant ! Puis, le profil des runners change petit à petit. On voit apparaître les ambassadeurs d’associations telles que « les souffles de l’espoir » (courir contre la mucovicidose), brandissant fièrement leur drapeau. Un groupe d’homme arrive ensuite, le visage rempli de joie, poussant de toutes leurs forces et leur envie un jeune handicapé au sourire radieux, si heureux d’avoir pu vivre cette course, entouré, à sa manière ! Ça n’est pas fini, je passe progressivement de l’admiration de la performance à l’admiration de l’engagement et de l’humanité de nombreux coureurs. C’est à ce moment là que je vois deux hommes guidant un non voyant franchir la ligne d’arrivée en moins de 2h00. Je ne savais même pas que cela était possible, comme quoi, il y a moins de limites lorsque les Hommes s’allient ! Deux amis (dont le bien sympathique bloggeur Bernard : lien vers son blog et une amie Mélanie) s’étant fixé de finir la course en 1h59 remplissent leur contrat haut la main, fiers et heureux. Bernard avait pour mission d’amener Mélanie à atteindre cet objectif, lui permettant d’améliorer de plus de 10 min son record personnel. Être le meneur d’allure personnalisé d’un(e) ami(e)/proche pour l’aider à se dépasser, n’est-ce pas encore une fois quelquechose d’agréable à voir dans le sport « pas si individuel que ça » qu’est le running ?

aide handicapé course boulogne

En quelques mots : pour conclure sur une note réfléchie

Cette 16 ème édition du semi-marathon de Boulogne aura éprouvé les près de 5000 coureurs venus de France et d’ailleurs essentiellement en raison d’une météo défavorable pour le moral et pour le parcours mais sans pour autant les faire reculer !

défi non voyant semi

Par ailleurs, si les records de l’épreuve n’ont pas été battus cette année, il n’en demeure pas moins qu’au delà de considérations élitistes qui certes nous tirent vers le haut et nous font rêver, force est de constater qu’à l’échelle des 5000 participants, le running est tout sauf un sport routinier et individualiste. Certes il apparaît à de nombreux « non-runners » voire à certains trailers que la course à pieds n’est qu’une succession de foulées sur route. Certes il y aura toujours des personnes pour dire que rien ne vaut un match de basket en équipe ou tout autre « sport co » plutôt qu’un long run solitaire. Certes la rigueur des entraînements et l’assiduité à la course à pieds peuvent être vues comme une contrainte. Toutefois, c’est en s’immisçant dans des évènements comme ce semi-marathon de Boulogne que toutes les phrases précédentes prennent un tout autre sens. C’est en plongeant quelques heures dans les méandres de courses que l’on constate la diversité des runners en terme de profil physique, d’expression, d’émotions véhiculées ou pas, d’objectifs fixés, de valeurs défendues. Chaque personne court avec son histoire, son présent et son avenir. Lorsque l’on est 5000 à courir en même temps (et parfois bien plus sur d’autres courses) on n’est pas seul. Lorsque l’on court pour amener un non voyant ou une personne handicapée jusqu’au bout du parcours, on est tout sauf seul. Lorsque l’on s’entraîne plusieurs fois par semaine pour pouvoir tout donner le jour d’une course, on ne subit pas une contrainte, on vit les joies et les engagements qu’exigent les défis – ces instants de vie qui pimentent tellement notre quotidien ! A chaque course on en apprend un peu plus sur soi, même lorsqu’on ne la fait finalement pas !

Le running est une école de vie et cela n’est pas près de changer. A bientôt sur les pistes…

5 Commentaires

  1. […] A VOUS DEJ OUER ! CONCOURS FUTURE FEET – SEMELLES TECHNIQUES DE RUNNING A GAGNER ! NEWSLETTERYour email:  Breaking News ! 12 DÉCEMBRE 2012: "The North-Face Expedition" – Jez Bragg va tenter de parcourir la Nouvelle Zélande du Nord au Sud en 50 jours ! 3054 km au total dont 2424km de trail, 345km de kayak, 285km de running sur route. A suivre de près sur thenorthface.com METEO A PARIS Meteo Paris HOTSTEPPERS EN MUSIQUE ← Semi-marathon de Boulogne: de la performance et bien plus encore […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici