Dans la série: je me branche en mode multisport pour aérer mon esprit, éveiller mon corps et lui offrir des sensations diverses et complémentaires, j’ai testé (enfin) le (fameux) RPM: ‘Raw Power in Motion’. Ce programme de cyclisme en salle ravit un grand nombre de personnes en quête de perte hydrique accélérée, de pics cardiaques à répétition, de pseudo état de fureur renforcé par une mise en scène propice à un certain « show ». Quoiqu’il en soit et malgré d’inévitables critiques, ces séances sont efficaces et peuvent apporter de bons éléments de progression aux runners.

Le RPM: un concept venu des antipodes de la France

Vendu sous licence aux salles de sport « Les Mills« , le terme « RPM » est déposé. Les termes utilisés par les préparateurs physiques n’ayant pas investi dans cette licence ne sont autre que « spinning« , « biking » ou encore « cycling« . Cela revient au même si ce n’est que les musiques utilisées sont concoctées par l’animateur sportif lui même et non imposées par le programme officiel « RPM« .

Ces termes désignent au final une même activité: le cyclisme « indoor », basé sur une alternance d’intervalles d’intensité variables pour un travail complet sur près de 50min.

rpm

Ma 1ère séance de RPM…surprise la runneuse !

N’est pas cycliste qui veut

Habituée à mon cours de Body Jam et résolue à kiffer la vibe avec mon short orange et mon débardeur bleu électrique, j’ai cette semaine brisé la routine et changé d’avis à la dernière minute. Je me suis inscrite à une séance de RPM, shuntant ainsi mon heure de danse mais pour la bonne cause ! Rien de tel que de tester un sport de plus en plus populaire pour enfin avoir un début d’avis sur ses effets.

Ma bouteille de Vitamin Water goût citron en mains, j’entre dans la (petite) salle et prend le vélo restant (les habitués viennent 20min avant et choisissent leur vélo fétiche, sans doutes celui respectant le plus certains principes Feng Shui ou le mieux disposé à rentrer en contact avec de prétendues ondes cosmiques, soit.) Je ne comprends rien aux réglages. Ma voisine qui m’annonce qu’elle fait 7 heures de sport par jour m’explique le process. Je suis en selle.

rpm studio

Je vois alors un autre « biker » siroter une canette longue et étroite d’une boisson que je n’arrive pas à identifier. Je l’interroge et il me dit fièrement: « c’est du Red Bull, le pack a été customisé pour le club« . Je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel, je me retiens de dire « non mais Allo, du Red Bull ?? » et je lui explique que quand même, la Société Française de Nutrition du Sport a écrit noir sur blanc il y a quelques mois à quel point la consommation de boissons énergisantes (et non énergétiques: nuance entre énergétique et énergisant!) était nocive pour les sportifs.

Il me répond avec le sourire: « oui mais sinon je ne tiens pas la séance » ! J’ouvre la bouche de désarroi et lui dit que le jour où il clamsera, il ne la tiendra plus jamais la séance. Bref bis. Il semble m’écouter mais un peu perturbé. Tant mieux, c’était le but. J’ai peut être sauvé une vie.

Le cours va commencer.

Séance de RPM en montagne

Vincent le prof demande s’il y a des nouveaux: je lève la main comme à l’école. Il me dit que mon objectif est de tenir le coup jusqu’au bout, pas forcément d’aller aussi vite que les autres. J’ai envie de lui dire que c’est bon, je suis un peu sportive quand même mais je ferme ma bouche et je me dis que je préfère attaquer cette nouvelle discipline humblement !

Vincent nous échauffe 5 minutes puis il nous annonce 3x15min d’épreuve cycliste en nous parlant de côtes, de sprint, de bosses à éviter…le thème de la séance étant « la montagne ».

Vincent nous plonge « in media res« , les habitués sont à fond, moi je me demande si je suis encore en vie où si c’est mon fantôme qui pédale: c’est dur ! En réalité, toute la subtilité du RPM se fait en rapport avec la « charge » que vous choisissez de mettre à votre vélo.

Tout est dans la charge !

Cette charge n’est autre qu’un degré de résistance que vous appliquez à votre appareil via une vis très simple que vous tournez plus ou moins selon l’énergie que vous êtres prêt à dépenser. Or cette charge varie selon la séance: elle n’est naturellement pas la même dans une cote, dans une descente ou lors d’un sprint. Les experts diront qu’il faut une dizaine de séances pour s’ajuster et être autonome dans la gestion de sa charge selon les indications de l’animateur.

Bon, au diable la charge, in fine j’ai perdu 3L d’eau, tiré la langue, dû dire certains mots assez moches une bonne dizaine de fois mais j’ai fini et Vincent m’a gentiment dit que j’avais un bon cardio: ouf ! Nous avons ensuite à nouveau discuté boissons pour sportifs mais je vous épargnerai les détails nutritionnels 🙂 La séance était finie, je pouvais désormais dire: RPM, i dit it !

rpm

« RPM: I dit it » et après, quels effets ?

Activation de 3 voies métaboliques: le cardio pulse !

Comme évoqué précédemment, le RPM mise sur une alternance d’intervalles d’intensités et de durées variables. Ce mix permet d’utiliser les 3 voies métaboliques que votre corps est capable de mettre en oeuvre pour vous permettre d’accomplir vos efforts:

LA VOIE ANAÉROBIE ALACTIQUE

Adaptée à des efforts de forte intensité inférieurs à 15 secondes, cette voie n’utilise pas de dioxygène et produit de l’ATP (molécule énergétique utilisée par vos muscles) à partir de la Créatine Phosphate.

En RPM, cette voie est activée lors des « sprints »

LA VOIE ANAÉROBIE LACTIQUE

Toujours sans oxygène, cette voie est utilisée essentiellement pour des efforts allant de 15 sec à 1min30. La créatine Phosphate ne suffisant plus, l’ATP est désormais produit via la voie de la glycolyse (transformation du glucose en pyruvate).

En RPM, cette voie est activée lors des efforts un peu moins intenses et plus longs comme les positions de « grimper assis », « grimper de bout » par exemple.

LA VOIE AÉROBIE

Du dioxygène (O2), enfin ! Votre corps se sert alors des petits organites: les mitochondries. Indispensables à l’oxydation des nutriments (glucides, lipides plus tardivement et protéines si vraiment vous manquez de sucre dans le sang). Elles permettent de produire ce fameux ATP en quantité nécessaire.

En RPM, cette voie est activée tout au long de la séance pour soutenir l’effort dans la durée.

Vous l’aurez compris (ou pas), le RPM active tour à tour les différentes voies métaboliques (qui sont en réalité toujours actives en même temps mais dans des proportions variables) ce qui garantit à votre corps un travail intégral !

Travail musculaire: le bas du corps travaille en continu

Le travail de musculation des quadriceps offert par une séance de RPM peut également être intéressant pour les coureurs qui pourraient oublier l’importance de la « PPG » ou « Préparation Physique Générale »

N’oublions pas également l’activation des ischios, des fessiers et des mollets lors de ces séances musculairement sollicitantes.

Le RPM pour vous runners (ou pas) en quelques mots

Avantages du RPM

  • collectivité motivante/ effet de groupe
  • animateur sportif vous guidant de A à Z
  • musique stimulante
  • perte calorique de l’ordre de 600-700 kcal sur une séance
  • travail musculaire très intéressant pour les coureurs sous réserve de veiller à ne pas prendre trop de masse sèche
  • sollicitation de l’organisme complète: 3 voies métaboliques

Inconvénients du RPM

  • prise de masse musculaire si plus de 2 séances par semaine: peu souhaité de la part des runners en général
  • très mécanique, très américain, limite « bourrain » par certains côtés. Ceux qui ne jurent que par les montagnes enneigées et les forêts luxuriantes peuvent oublier l’idée, à moins d’être pris d’une curiosité soudaine..
  • population pas toujours très « spirit », un peu typée « consommateurs de red bull » et avide de transpirer et maigrir, point (j’exagère à peine).

Recommandations

  • ne pas boire de Red Bull avant (ah bon ?!)
  • ne pas faire cette séance à jeun
  • emmener au strict minimum 500mL d’eau. Boire un bon Litre en rentrant. Rappelez-vous: 1L d’eau en récup par heure d’effort.
  • ne pas répéter une séance avant d’avoir laissé 72H s’écouler depuis la précédente. En somme, ne pas faire plus de 2 séances par semaine
  • s’en tenir à une séance tous les 15 jours pour les runners qui veulent un travail complet et diversifié sans prendre trop de masse musculaire
  • ne pas hésiter à consommer une boisson ou des produits riches en protéines et sucre dans l’heure suivant l’effort pour bien reconstituer vos stocks de glycogène et vos muscles endommagés

Et vous, quelles sont vos sensations en séance de RPM ? Vous connaissez ? Si non, c’est peut-être le moment d’essayer…

Biking NordicTrack GX PRO 10.0 (Black)

2199€ (hors promotion)
Biking NordicTrack GX PRO 10.0 (Black)
90

Design/Coloris

10/10

    Confort

    9/10

      Facilité d'utilisation

      9/10

        Prix

        9/10

          Qualité

          9/10

            Pros

            • Design
            • Efficacité
            • Qualité
            • Confort

            Cons

            • Prix hors promotion
            • Console sans iFit

            8 COMMENTS

            1. Je pratique le RPM depuis plus de 12ans, j’ai commencé avant que Les Mills ne se généralisent. Pour moi, le RPM est un sport de fonds. Je le combine avec d’autres sports travaillant davantage la souplesse ou le haut du corps. Pour ne pas trop se muscler, surtout les filles, il suffit de ne pas charger excessivement son vélo. Il faut également accepter les baisses de forme et de travailler parfois autrement. Sinon, l’essayer c’est l’adopter !

            2. salut Marie

              Je pratique le RPM depuis un an. C’est le seul sport que je peux pratiquer malgré mes problèmes lombaires.
              Perso dans ma salle les gens sont cools et ne se prennent pas la tête. L’ambiance est au top.
              Pour éviter de trop prendre au niveau musculaire, il faut s’assurer deja un de bien régler son velo mais aussi en pédalant il ne faut pas chercher à appuyer sur la pédale mais a la tirer…
              Autre chose : si on ne pratique que Ca, on peut facilement faire 3 séances tout dépend de ce qu’on cherche.
              Voilà

            3. Le RPM est proposé dans ma salle et j’ai sauté le pas hier. J’ai beau être en fac de sport et à à peu près 12h de sport par semaine, j’en ai franchement bavé, j’ai lutté pour aller jusqu’à la fin, j’ai transpiré comme jamais et le défoulement est au top ! je recommence dès la semaine prochaine

            4. Les mills et donc le rpm est proposé dans ma salle de sport, mais je n’ai encore jamais franchi le pas, à chaque fois que j’entends le cours j’ai l’impression que c’est vraiment un truc de bourrin… Il faudra que je teste un jour quand même. Pour le moment je suis plus sur les abdos, lombaires, shbam, step, body balance and co.

              • Je comprends ! j’avais le même feeling mais je pense que ça vaut le coup de tenter, ne serait-ce par curiosité et puis les effets sont quand même là donc au pire tu n’auras pas perdu ton temps sportivement parlant 🙂 Je suis fan de body jam et balance également…en complément de séances pures de course à pieds

            Laisser une réponse

            Please enter your comment!
            Entrer votre nom ici