Bienvenue sur le blog multisports Hotsteppers ! Pensée libre, info fiable, expériences hors tendances. Sport, nutrition hédoniste, récits, interviews et analyses au service d'une communauté éclectique en quête de (bon) sens.

Nike Pegasus 31: grand confort au détriment du « feeling terrain »

Invitée au lancement presse de la nouvelle Nike Air Zoom Pegasus 31 de son nom intégral, je me suis attardée sur la démarche de communication de la marque, sa vision innovante, sa cible et sa technologie. Habituée et convertie au zero drop depuis plus de 6 mois, il m’est très difficile de revenir en arrière. Pour autant, découvrir les nouveaux modèles de running ou trail du marché me passionne toujours autant. Quelle tendance design suit la marque ? Quel langage utilise-t-elle ? Comment cerne-t-elle l’évolution des besoins de ses utilisateurs ? (Comment) y-répond-t-elle ?

La nouvelle Pegasus 31 est en ce qui me concerne d’ores et déjà devenue une chaussure confort très « lifestyle », autrement dit à usage quotidien. Pour ce qui est du running même, je la perçois comme une chaussure pour footings de recup ou sorties plus longues. VMA et compétitions courtes distances exclues pour ce qui est de ma pratique très personnelle, même si Nike la décrit comme « conçue pour l’entraînement et la compétition, idéale pour des fractionnés sur piste, sur route ou en nature ».

Plus je cours, plus je m’oriente vers des chaussures flexibles, légères, réactives, qui offrent une expérience proprioceptive entière et une sensation fine du « terrain ». Même au sein de la marque Altra Running qui m’accompagne sur toutes mes sorties et courses, je préfère de loin les modèles « minimalisés » (et non minimalistes…) de la gamme, optant plutôt pour la restitution d’énergie quitte à perdre en amorti (et pas forcément en confort).

Malgré cette perception personnelle, la Pegasus 31 ou « Peg » pour les intimes est un produit design, tonique, fruit de multiples améliorations au cours du temps et fondé sur un discours qui se tient. En voici l’essentiel.

Nike Pegasus, aux origines

Antoine, formateur « ekin » (« Nike » à l’envers) rappelle le statut emblématique de la Pégasus, modèle originel de la marque à virgule ayant bénéficié de multiples améliorations depuis ses débuts. Parmi ces améliorations, Antoine cite un ajustement en légèreté et une optimisation de l’empeigne.

Initialement designée par un certain Mark Parker aujourd’hui PDG de Nike, la Peg est quoiqu’il en soit caractérisée par son système d’amorti composé d’air encapsulé. Sa semelle gaufrée ou « waffle » est également typique et son « last » (moule en bois utilisé pour construire la chaussure) a été conçu différemment pour l’homme et la femme, dans le but de prendre en compte les différences morphologiques évidentes de nos pieds respectifs.

Si la Nike Free répond aux attentes des runners exigents, adeptes de foulée efficiente et de proprioception, la Lunar Glide 5 est citée par la marque comme une référence en matière de stabilité et la Pegasus 31 comme la chaussure universelle de référence.

Nike balaie ainsi différents besoins runningstiques et différentes approches du terrain.

Qu’en est-il du portrait technique complet de la Peg 31 ? Que nous apporte-t-elle ? Est-elle faite pour vous ?

Pegasus 31: nouvelles caractéristiques

Caractéristiques essentielles

Poids: 300g

Drop: 10mm (versus 12mm sur le modèle Pegasus 30)

Mesh: sans coutures ou « seemless » – zone de ventilation privilégiée de part et d’autre du pied.

Coque talonnière interne: pour un maintien du talon lors de l’impact

Unité « Zoom Air »: à l’arrière du pied pour un amorti optimal.

Semelle extérieure: gaufrée en caoutchouc recyclé pour une adhérence garantie.

La Pegasus 31 en images

L’une des revendications essentielles de la Pegasus 31 est sa flexibilité à plusieurs niveaux de la semelle extérieure pour facilité la transition: talon/ medio-pied/ avant-pied. Les images ci-dessous illustrent ces différents niveaux de flexibilité.

   Flexibilité au milieu du pied.

  Flexibilité à l’avant du pied.

 

Flexibilité à l’avant du pied pour un décrochage souple.

Profil coureur/coureuse conseillé par Nike

L’avis de la marque

Soutenus par la présence de Christèle Daunay et Bob Tahri tous deux équipés de la Pegasus 31, le staff Nike recommande l’utilisation de son nouveau modèle aux coureurs universels, entre 60 et 80kg, ayant un pied relativement fin.

Les terrains de jeu préconisés sont aussi bien sur route que sur chemin et les conditions d’usage conseillées touchent aussi bien à l’entraînement qu’à la compétition.

 

 

Photo très sympathique en compagnie de Christèle Daunay: championne d’Europe 2014 de marathon et Bob Tahri, champion international de demi-fond et de 3000m steeple.

Mon avis

Le drop de la Pegasus 31 est certes moins élevé que sa prédécesseuse la « 30 » mais je trouve que 10mm reste trop élevé. S’il n’est pas question de mettre tout le monde au zero drop, il n’en demeure pas moins que nous sommes nés sur des pieds plats et qu’à force de mettre de l’amorti et du drop partout, la chaussure se met à travailler plus que le pied lui même. Sans même parler de perte de « feeling » (le pied est tellement protégé, entouré, soutenu qu’il ne sent plus grand chose du terrain et de ses appuis) il s’agit tout simplement de bon sens. Nous ne sommes pas nés sur des talons, pourquoi en mettre lorsque nous courrons ? Par ailleurs, revendiquer une meilleure transition talon/medio/avant pied implique qu’une attaque du sol par le talon est admise. Or, si de nombreux coureurs se sont mis à courir ainsi, ça n’est pas une raison pour les y encourager en rajoutant toujours plus de soutien sur cette zone du pied. L’idéal étant de travailler sur une attaque medio-pied, comme le font naturellement les enfants qui courent (si vous prenez le temps de les observer), avant d’avoir vu leur foulée modifiée par le port de chaussures les déviant de leur posture naturelle de marche et de course.

Je maintiens donc mon avis d’une chaussure stylée et confortable pour la marche ou la course à allure modérée. Pour autant je n’envisage pas de mettre des Pegasus pour faire de la vitesse. Les séances de fractionné sont l’occasion parfaite d’accroître toutes formes de sensations de course. Trop d’amorti tue le feeling; trop de drop tue la posture et trop de renfort prive le pied du travail qu’il devrait faire à chaque entraînement pour se renforcer et protéger le reste du corps.

Après avoir sondé plusieurs lecteurs, ce modèle reste malgré tout apprécié par le plus grand nombre et même par certains coachs qui y voient un intérêt particulier pour des séances de crossfit, exigeantes en matière d’impact et d’appuis, statiques ou dynamique. Sur ce point, je suis 100% d’accord.

Et vous ?

La Nike Pegasus 31…

Plaira à ceux qui:

– Sont des fans invétérés du design Nike

– Aiment éperdument les couleurs flashs

– Ressentent un plaisir non dissimulé à observer les regards mi-amoureux/ mi-envieux des autres runners croisés lors de leurs sorties running, les yeux rivés sur vos nouvelles Pegs (testé et approuvé autour du très chic canal du Parc de Versailles !)

– Ont des pieds plutôt étroits et ne sont pas des inconditionnels de la « large toe-box »

– Aiment courir avec du drop (Rappel: 10mm sur la Pegasus) ie avec une différence de hauteur entre l’arrière (plus élevée) et l’avant du pied (moins élevée)

– Ne peuvent se passer d’amorti et privilégient le confort et le maintien au « feeling terrain » ou à la proprioception

Plaira moins à ceux qui:

– Sont indifférent à la tendance flashy de certaines marques de running voire préfèrent la sobriété.

– Aiment les chaussures à faible drop, favorisant une posture plus proche de la course « pieds nus ».

– Sont convertis aux chaussures à « large toe box » et préfèrent donner un maximum d’espace à leurs orteils pour maximiser leurs appuis.

– N’aiment pas avoir un amorti trop renforcé en particulier au niveau du talon.

– Sont des adeptes de la proprioception et privilégient des sensations « terrain » plus prononcées ie faire travailler l’ensemble de leur pied/voute plantaire plutôt que d’être protégés par une chaussure renforcée.

N’hésitez pas à commenter cet article sans détours et à donner votre avis sur ce modèle. Je n’ai pour ma part qu’une hâte: tester la Nike Free qui je pense répondra plus à mes besoins de runneuse très… »naturelle » 😉

Pin It
 
Comments

Ca fait 25 ans que je prends des Pegasus(la 30 en dernier),pour 3 fois 12km par semaine .Or cette Pegasus 31 n’a rien à voir avec la 30:beaucoup moins d’amorti,la semelle parait dure,j’ai des douleurs qui apparaissent dans les genoux.ET bien,je viens d’acheter la Gel nimbus 16,fini Nike!

C’est vrai que Nike a toujours brillé par ses couleurs, son amorti dynamique et doux, son marketing (vraiment excellent). Je suis encore à la version Air peg 30 et je ne m’en plein pas vraiment. Son dénivelé me correspond bien et je me sens bien confortable avec.

En ce qui concerne la cible arrêtée aux coureurs universels, je crois qu’il sera difficile que les consommateurs ne s’arrêtent qu’à leur type de foulée. Je suis à peu près convaincu que même des pronateurs ou des supinateurs voudront bien essayer cette Peg 31…Et ce ne sera pas pour déplaire à Nike! Ils chercheront en fait l’interdit et à tester cette chaussure…Nike sait en fait quel effet sa communication produira sur le marché

Bonsoir et merci pour ce partage d’expérience. Comme tu le dis la peg 31 est une chaussure a spectre de public large qui privilegie le confort et l’amorti. a la différence de ton analyse je trouve qu’elle s’adapte bien au semi voir même au marathon sur route… Vu ton expérience de course et les criteres que tu recherches je pense effectivement que les nike free run seront plus adaptées a ta foulée actuelle. Elle reste néanmoins sur un drop non nul et sur un amorti plus ou moins consequent selon les versions (free 5.0 = amorti important, free 3= amorti faible pour un max de sensation terrain). Je serais curieux de connaitre ton feedback 😉

Merci Vincent pour ton feedback !
J’ai dit que la Peg31 ne se prêtait pas au semi ou marathon ?
Je pensais au contraire vouloir exprimer son adaptation aux sorties longues plutôt qu’à la vitesse.
Au final on est d’accord alord 🙂
J’attends de pouvoir tester les Nike Free pour en faire un feedback mais en effet elles m’intriguent.
Quoique étant donné mes soucis actuels de dos et cette période d’arrêt forcé que je vis, je serai à l’avenir d’autant pplus difficile et critique sur les chaussures de running que je devrai prendre en compte et respecter la meilleure posture de course possible pour moi…A suivre !

Je confirme que l’espace pour les orteils est très étroit. Et moi qui fais souvent des sorties de nuit j’aurai aimé plus de motifs réfléchissants. Je suis pas sûre d’être vue.
En revanche j’ai trouvé que cette 31e version offrait plus de sensations que la version précédentes.

Pour avoir des modèles reflechissant s il faut attendre les modèles automne/hiver avec les version shield chez Nike. Vous avez alors des modèles deperlants et réfléchissants. Nike prévoit presque toujours 2 gammes : printemps/ete et automne/hiver avec des empeignes adaptées selon les saisons. 😉

Tu travailles chez Nike j’imagine ? 🙂

300 g. !!!??? La vache, ça pèse lourd le design ! Mais sinon, bonne remarque sur la foulée des enfants. Des nouvelles sur les chaussures pour enfants chez Altra France 🙂 ?

Pas prévues sur le marché français pour le moment !

Merci pour ce retour!
Je lis souvent les tests des Nike, malgré le pavlov que j’ai quand je vois cette marque (consistant à faire une grimace), pour des raisons que certains partagent. Cela dit, je dois avouer qu’ils sont excellents en marketing, et que certains de leurs produits méritent largement la publicité qu’on en fait.
Mais 10mm de drop, je suis d’accord avec toi, c’est tout de même beaucoup.
D’ailleurs, tu précises que tu cours sans drop maintenant, mais quelles chaussures utilises-tu? J’aimerais acheter une pair zero drop pour tester la course « naturelle », mais je suis un peu perdue sur les marques (j’ai ouï dire que les sketchers go run pouvaient être idéales, j’ai aussi lu ton article sur les Altra the one qui me plaisent bien).

Merci pour ton commentaire 🙂
Je suis une inconditionnelle d’Altra: j’ai commence par les Torin puis suis descendue en amorti pour courir mon 1er marathon avec les Intuition et aujourd’hui je trouve que rien n’égale le « feeling » des The One.
Je connais mal skechers que je n’ai jamais testé mais je ne demande que ça.
Pour tout te dire, je travaille entre autres chez Altra, après avoir été invitée à un événement bloggers et été convertir au zero drop que j’associais à l’époque à une énième courant minimaliste dégénèré 🙂
Pour autant je reste objective et ne me priverai jamais de faire l’éloge d’autres modèles sur ce blog.
Sinon pour ce qui est du marketing chez Nike, ils sont en effet brillants 😉

Trackbacks for this post

 
Comments