Prélude

Fidèle à ma volonté de vous transmettre un peu du Marathon des Sables 2013 tous les  soirs sur ce blog, nous voici pour le bilan d’une 2ème journée intense. Pour relire l’essentiel de la journée n°1: cliquez-ici. Place au communiqué de presse réalise par Stéphanie André de l’agence Ligne bleue et agrémenté de magnifiques photos. Chaude lecture…

Le récit du jour

Les conditions

A 8h. Hygrométrie : 14%. Température : 22,5°C
A 10h. Hygrométrie : 12%. Température : 27°C
A 12h. Hygrométrie : 10,6%. Température : 34,4°C
Nombre de partants : 1017 (-7)

Gravir le sommet

« Il est là devant eux. Le djebel el Otfal se dresse devant les 1017 coureurs de la deuxième étape du 28e SULTAN MARATHON DES SABLES. Deux kilomètres de montée avec une pente à 25% de moyenne, épilogue et point d’orgue d’une étape de 30,7km au cours de laquelle ils ont déjà gravi le djebel Hered Asfer et pu apprécier sur ses crêtes, ses formes si particulières qui donnent parfois l’impression d’apercevoir des châteaux forts.

Tous ces coureurs se sont ensuite engouffrés dans une longue vallée avant de se retrouver, là au pied de ce mur de sable. Sur la paroi, haute d’’environ 250 mètres, le sable s’est accumulé au fil des saisons, poussé par les vents du désert. Un sable qui rend chaque pas encore plus difficile, avec parfois même la sensation de reculer. Terrible quand, sous un soleil de plomb, on se bat depuis des heures pour avancer, juste avancer quelle que soit l’allure, pour rejoindre le bivouac posé au pied de la descente. L’effort est brutal, intense. Mais au sommet la récompense est là, un panorama à 360° sur l’ensemble de la région et une immense étendue, fascinante par sa platitude, où les attend le bivouac.

Si les premiers, avec comme la veille les victoires de Mohamad Ahansal et, auront mis moins de trois heures pour boucler l’étape, derrière, certains auront besoin de plus de 8 heures pour rejoindre leur tente et goûter un indispensable repos.

Avant de repartir mardi pour la 3e étape entre le djebel El Otfal et le djebel Mouchanne, longue de 38 km.« 

L’écho du bivouac

Dans la gamelle des coureurs: parlons nutrition !

« Chaque soir, c’est le même rituel. Alors que le soleil descend lentement vers les dunes, posant ses couleurs chatoyantes sur le bivouac, les coureurs s’éloignent des tentes noires pour ramasser quelques brindilles. Ici et là, des trous se creusent, des feux s’allument et l’eau commence à bouillir dans les casseroles. C’est l’heure du repas du soir. Mais que mangent donc les coureurs ? Que transportent-ils dans leur sac, jour après jour, pour atteindre les 2000 calories journalières obligatoires sans pour autant s’alourdir ? Des plats mijotés lyophilisés le plus souvent. Mais pas seulement. Au petit déjeuner, si beaucoup optent pour des céréales, du muesli et du lait en poudre, parfois parsemé de chocolat, certains préfèrent entamer la journée avec des pâtes ou du riz, voir un taboulé lyophilisé. Durant la journée d’effort, les barres de céréales, les gels énergétiques et les fruits secs sont de rigueur… Quant au soir, certains ne manquent pas d’imagination pour se faire plaisir à l’image de Stéphanie Chutry, 40 ans. « J’ai préparé tous mes repas en mélangeant mes portions de pâtes avec des soupes en poudre pour donner un peu plus de goût », raconte-t-elle. « J’ai même pris de vrais croûtons. » Certains ont carrément préparé des gâteaux énergétiques à partager avec les camarades avant d’attaquer la première étape et d’autres ont emmené leurs petites madeleines de Proust : du Nutella, des morceaux de chocolat, des figues, du sefouf (mélange de fruits secs écrasés de farine dorée et de beurre) côté marocain et même du saucisson ! C’est le cas de Patrick Yvars, 52 ans. « L’année dernière, durant la longue étape, une nana nous avait donné un bout de saucisson qu’il lui restait au moment d’abandonner. Ce n’était pas grand-chose, mais cela nous avait redonné le moral. J’en ai donc pris quelques uns pour les moments plus difficiles… » Quelques grammes de bonheur pour tenir jusqu’au bout.« 

Tête de la course

Après avoir pris le lead, Mohamad Ahansal creuse l’écart

« Jouer dans son propre terrain de jeu a toujours des avantages. Le Marocain Mohamad Ahansal ne dira pas le contraire. Lundi, l’enfant du pays a en effet creusé l’écart sur ses adversaires directs en déjouant les pièges de la 2e étape de la 28eédition du Sultan MARATHON DES SABLES, longue de 30,7 km. Vainqueur en 2 h 38’48’’, il a en effet réussi à revenir sur son grand rival, le Jordanien Salameh Al Aqra, dans l’ascension du 2e djebel pour le devancer au final de 4 minutes et 31 secondes supplémentaires. « Cette étape est sans aucun doute l’une des plus difficiles et des plus techniques que j’ai eu à courir ici, avouait-il à son arrivée. Salameh a imposé un gros rythme dès le début et j’ai du mettre un coup d’accélérateur dans la montagne pour revenir sur lui et réussir à le distancer. » Deuxième derrière lui, mais suivi de près par un autre Marocain El Akad Aziz (3e en 2h44’02), le vainqueur de l’édition 2012 profite cependant de cette belle deuxième étape pour remonter à la 5e place du classement général après sa 9e place de la veille. Premier Français pour la deuxième étape d’affilée, Vincent Delebarre a, quant à lui, franchi la ligne d’arrivée en 8e position. « J’ai bien récupéré de la première étape et je me sentais bien aujourd’hui. C’est encourageant pour la suite, même si je sais qu’il faut rester humble… Je n’ai participé à cette course qu’une fois, en 2005 (il avait terminé 9e), et il faut que je réapprenne à courir dans de telles conditions », avoua-t-il avant de rejoindre le bivouac alors que sa compatriote, Laurence Klein pointait à l’horizon. Première féminine, la Française, déjà 3 fois victorieuse sur le MARATHON DES SABLES (2007, 2011 et 2012), semble déjà en route pour un quatrième titre après avoir remporté haut la main la 2e étape en 3h44’27. « 

Pour le classement temporaire intégral: cliquez ici !

L’équipe Transavia Sportera Handi Cap en forme !

Rappel de la 1ère journée – Dimanche 07 avril

Classement de la 2ème journée – Lundi 08 avril: +39 places!

Statistiques de Jérôme Cazade, membre de l’équipe Transavia Sportera Handi Cap

A demain pour un J3 marqué par 38km de transfert entre 2 djebels…du sable, des degrés et des sensations inédites au programme – restez connectés !

PARTAGER
Article précédentMarathon des Sables: J1 – Chaude immersion
Article suivantMarathon des sables: J3 – Une troisième étape teintée de chaudes couleurs
Créatrice et blogueuse passionnée de Sport, nourrie des cultures européenne et américaine, je me spécialise en nutrition pour aider les lecteurs Hotsteppers à vivre une vie saine, solide et riche de sens ! Ma meilleure amie et athlète Alison m'accompagne sur ce blog dans les 1001 expériences et découvertes qu'il nous offre et contribue à son contenu à travers son activité physique de niveau semi-pro (Équipe de France de Hockey Subaquatique)

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici