Le circuit des 25 bosses de Fontainebleau est bien connu des trailers en préparation, des militaires en conditionnement, des randonneurs invétérés, des amoureux de la nature et du dépaysement ou encore des curieux. Oui, car certes à Paris il est souvent difficile de s’évader mais pourtant. Plus qu’une occasion de faire pulser son cœur et travailler sa musculature, le parcours des 25 bosses comme sa variante plus courte, sont un rendez-vous avec la forêt, son calme et sa simplicité ; une réconciliation avec le temps qui s’écoule trop vite ; une rencontre avec soi même.

Une sortie trail au calendrier Hotsteppers

Prévue depuis plusieurs semaines, la sortie sur le circuit des 25 bosses, au cœur du Massif des Trois Pignons se profilait sur mon agenda. Fidèle à mon envie de convier des personnes qui ne se connaissent pas en des lieux que j’aime, je retrouvais finalement ce dimanche 01 décembre Fanny et William, prêts à consacrer une grande partie de leur journée à une sortie 100% nature. Je regrette toujours dans ces moments la réduction des personnes engagées sur les sorties proposées, souvent à la dernière minute, parfois pour des raisons parfaitement compréhensibles, parfois sans raison. Cependant, le recul et ma philosophie de vie en perpétuelle évolution me font apprécier paradoxalement de plus en plus la tournure naturelle des choses. A la déception des désistements vient alors s’ajouter un plaisir plus fort encore de partager un temps avec des inconnus volontaires et fidèles que j’apprends à connaître; je ne regrette jamais mes initiatives, in fine !

Évasion, toujours plus…

Nous évoquions précédemment la notion d’évasion. Ce terme à la mode et à juste titre, compte tenu du confinement et de la pression ambiants, peut cependant être un piège auquel, je vous rassure, je me fais régulièrement prendre, toute humaine et faible que je suis. L’évasion n’est-elle pas en effet avant tout une capacité à cultiver, développer puis déployer – indépendamment du lieu dans lequel on se trouve ? Pour avoir ressenti un ennui profond sur à une plage paradisiaque, un jour, en Asie et un sentiment de liberté intense, seule dans ma chambre à ne rien faire – je pense sincèrement que pour se sentir libre il faut le vouloir, vraiment.  Toutefois, s’il est une chose à respecter dans cette quête, c’est bel et bien le temps. L’attente, la patience, la construction lente et sûre d’un édifice solide, celui de la force intérieure. Pas cet erzatz de liberté,  synonyme de « tout ce que l’on veut, quand on veut, où l’on veut », mais cette plénitude, cette capacité à vivre l’instant sans subir le poids du passé ou l’appréhension de l’avenir. Cette capacité à Être et prendre le temps de devenir.

Pourquoi, mais pourquoi tant de philosophie ?! Pourquoi ne vous ai-je pas encore décrit le profil de notre sortie, le dénivelé affronté, la distance parcourue et surtout, le chrono ! Pourquoi ne vous ai-je pas raconté tout ce qui s’est passé, à chaque kilomètre, nos ressentis, nos élans, nos ralentissements ? Pourquoi ne pas avoir encore quantifié notre sortie, donné de résultats ? Et bien, parce qu’en cette époque de l’année et à cette époque de ma vie, je suis las des « résultats ». De nature vive et passionnée, tout doit toujours aller vite autour de moi, pour donner de la consistence au temps. Du moins, ça, c’était avant. Je ressens de plus en plus l’envie d’élargir le temps, en le prenant. Quel lien avec cette sortie aux 25 bosses ? Le fait d’avoir plus marché que couru et de ne pas avoir voulu que ce soit autrement. Le fait d’avoir apprécié m’arrêter pour prendre des photos, discuter avec Fanny, William ou d’autres marcheurs/trailers de tous âges, sentir le vent souffler, regarder les traces de pas dans le sable. Le fait d’avoir senti que la forme n’était pas à la course et de l’avoir respecté.

Une sortie réussie

Malgré tout, je vais m’extraire quelque peu de l’abstraction et vous offrir un peu de concret car je ne suis pas non plus planante à ce point 🙂

[bullets icon= »0082.png »]

  • Nous avons marché/trotté 3h22
  • Nous avons parcouru une distance de 12,9km (variante du Diplodocus)
  • Nous avons grimpé 500m de D+ et descendu tout autant de D-
  • Nous avons dessiné une magnifique carte sur Google Maps !
  • Nous avons terminé par un restaurant à Milly la Forêt où nous avons trinqué et discuté de plein de choses avec une envie résolue de reproduire l’expérience (déjà la 2ème fois pour William, toujours fidèle !)

[/bullets]

Les 25 bosses: testées et recommandées

Cela fait la 3ème fois que je me rends sur le site des 25 bosses et je n’ai jamais encore fait le circuit complet. Que ce soit en courant ou en marchant, j’ai toujours emprunté la variante du diplodocus et compte résolument m’attaquer à la boucle complète au printemps. Cela viendra à point nommé. Et si la prochaine fois, vous voulez prendre votre temps avec nous pour vivre l’expérience intéressante de la (relative) lenteur, vous serez les bienvenus. Pour l’heure, bonnes courses de fin d’année et chaque chose en son temps !

 

3 Commentaires

  1. Hey Marie! A quand la prochaine running session?? J’adore le principe et je suis partante à fond! Bien rentrée sinon? A bientôt! Marie… celle des Etoiles du Sport! 🙂

    • Coucou miss Marie 🙂 Les « run apero » fonctionnent mieux quand la nuit ne tombe pas à 17h 🙂 mais on peut se retrouver pour des sorties longues le week-end en attendant avec plaisir ! Courant janvier je vais faire du volume, des grosses sorties pas rapides et dès février je me lance dans mon plan marathon ! Donc quand tu veux ! Tu as mon num ? NB: bien rentrée, 8h porte à porte !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici !
Inscrivez votre nom ici