Voilà un petit moment que je n’avais pas pris le clavier pour vous partager l’une de mes expériences sportives ! Vous devez vous dire qu’avec mon arrêt forcé du running je dois être en train de végéter dans mon canapé en mangeant des chips 🙂

 

Pas vraiment en fait 🙂 Je ne suis pas du jour à me prendre des coups et à m’enterrer. Au contraire, quand tout ne se passe pas comme prévu, on est obligé de s’adapter, de chercher autre chose, de contourner les barrières intelligemment plutôt que de se planter devant en se disant « merde, elle est fermée » ! Je ne vous parlerai pas dans cette article de la 2ème formation en nutrition que j’ai entreprise ni des Circuit Training que j’organise via l’association Hotsteppers que j’ai créée mais d’un nouveau sport que j’expérimente depuis septembre et kiffe totalement: le Iyengar Yoga ou Yoga Iyengar selon les affinités. Une variante du Yoga que je tiens à vous faire découvrir.

Quelques variantes du yoga

Le Vinyasa Flow

Un yoga démocratisé et peut être éloigné de sa vocation initiale ?

Il existe pas mal de variantes de yoga. Le plus contemporain et « parisien » étant selon moi le « Vinyasa Flow » que j’ai testé à plusieurs reprises et beaucoup apprécié. Comme son nom l’indique, le Vinyasa Flow Yoga consiste à enchaîner avec une certaine fluidité et souplesse un certain nombre de postures dont le célèbre enchaînement de la « Salutation au Soleil ».

En revanche: petit hic. Les cours se font souvent face à des salles super remplies en mode « show » et les mouvements peuvent être mal réalisés. Pour ce qui est de se faire corriger et de progresser dans ce genre d’évènements, ça n’est même pas la peine d’y penser. Heureusement, il existe forcément des cours beaucoup plus intimistes où la qualité est de mise.

L’athlétisation à tout prix par la performance

Cet article sur l’évolution de l’Ashtanga Yoga en Ashtanga Vinyasa Yoga et plus récemment encore en « flow yoga » ou « vinyasa flow » montre bien comment une pratique initiale a pu être détournée. On arrive au bémol que je mets sur ce type de yoga qui peut beaucoup changer d’un prof à l’autre (alors que le principe puriste du yoga est d’être identique peu importe la séance). Le Yoga doit contribuer à construire un corps et un mental, à partir de là où il se trouve, avec ses forces et ses limites.

Mon avis et comment s’y retrouver ? Pas question de renoncer à la modernité ou aux évolutions d’une pratique dans le temps. Attention juste à une chose. Si vous cherchez le « runner’s high » dans tout ce que vous faites y compris dans un cours de yoga, peut être qu’il va falloir réfléchir à accepter de vous dépenser autrement à certains moments. Faire du sport ça n’est pas soulever de la fonte, faire des ultra trails ou rien. Faire du sport c’est se sentir vivant. Avant tout.

 Un bon cours de « Flow » (…) doit contribuer (…) par une construction intelligente de séquences à nous mettre dans (…) un état intérieur accessible à tous et non pas une prouesse chorégraphique réservée aux plus athlétiques.

Le Hatha Yoga

J’ai expérimenté une fois une séance de Hatha Yoga et je ne me souviens absolument pas de ce que j’y ai fait ! Je me rappelle être rentrée dans une espèce de nuage méditatif, sans trop de mouvements. Tout comme le « Ashtanga Yoga » (dérivé en « Flow »), le « Hatha » Yoga » est un mode d’expression du Yoga initial originaire d’Inde mais beaucoup plus accessible physiquement. La Fédération française de Hatha Yoga (oui, ça existe !) cite:

Le Hatha Yoga met l’accent sur les postures et la maîtrise du souffle vital et qui se réclame comme étant un des aspects le plus accessible du yoga classique (Ashtanga)

Mon avis: je pense que le Hatha Yoga est excellent pour mettre le cerveau en veilleuse et se recentrer sur soi, s’apaiser. Je ne pense pas en revanche que ce soit une pratique adaptée our ceux qui veulent « se dépenser » au sens physique du terme. Personnellement je me suis beaucoup calmée ces dernières années mais lors de mon initiation de Hatha Yoga, clairement je me suis ennuyée.

Le Iyengar Yoga

De l’idée à l’expérience

J’ai poursuivi ma quête et mes « tests » pour me retrouver dans un cours de yoga Iyengar. J’en avais vaguement entendu parler mais je trouvais le nom un peu « spé » et j’avais laissé tombé. Et puis, je me suis retrouvée à faire une étude pour Adidas, très attentif aux attentes des femmes dans le sport (en passant). L’une des personnes de la société d’études était une adaepte chevronnée de Iyengar Yoga. Ancienne joueuse de hand à niveau intense, blessée, reconvertie. Elle m’a remis le pied à l’étrier et convaincue d’au moins essayer.

Un yoga « qui guérit »

C’est comme ça que ses pratiquants le décrivent. Le Iyengar Yoga a été mis au point par le célèbre BKYS Iyengar (14 décembre 1918 – 20 août 2014) dans le but de guérir par le mouvement et les postures.

Au départ, l’idée était surtout d’atteindre un niveau de bien être physique et mental élevé. Mais petit à petit et de manière assez empirique, BKS Iyengar a constaté que certaines transformations physiques (et mentales) provoquaient des guérisons parfois spectaculaires. De la simple amélioration de la concentration en passant par la profondeur du sommeil et la guérison de douleurs physiques voire même de pathologies biologiques, le Iyengar Yoga est discret mais bienfaisant.

Un documentaire intéressant pour ceux qui voudraient creuser et mieux comprendre

Tout est dans les postures: les « Asana »

Je pratique ce yoga depuis septembre, entre 2 et 4h par semaine. Dès l’initiation j’ai su que ce serait un gros pas en avant pour moi. La 1ère fois que j’ai expérimenté une séance de yoga iyengar, je suis rentrée chez moi et j’ai dormi 2h de suite ! Le genre de sommeil ultra profond dont tu te réveilles avec un calme et une énergie qui ne viennent pas seulement de l’effort pur.

Il y a une espèce de logique entre la respiration, les postures (de plus en plus physiques) et la concentration qui créent une alchimie vraiment intéressante. J’ai des sensations similaires à celles que j’avais après un bon run dans le vent frais mais sans les raideurs (ou les douleurs) liées aux impacts.

Mon avis: il y a quelque chose de différent dans le iyengar yoga. Cette chose est précisément ce qu’on ne retrouve ni dans le « flow » ni dans le « hatha yoga ». J’ai trouvé une manière de me challenger sans me faire mal. Une manière de progresser tout en reprenant le contrôle sur des parties de mon corps que le iyengar yoga vous apprend à (re)maîtriser.

J’ai également découvert une pratique sportive (certains parlent même de PPG !) dans laquelle il n’y a pas d’échec: il n’y a que des voies d’exploration pour progresser.

Derrières ses airs un peu « old school », ses séances sans « musique cool », sa technicité et la précision des postures demandées: le Iyengar Yoga est une bouffée d’oxygène dans un monde sportif qui tourne parfois à la consommation. Le corps se renforce, s’ouvre, se libère, performe même. La sensation fait place à l’aspect cérébral qui nous prive parfois de notre bon sens. La connaissance et le respect de soi sont au coeur de la pratique. On ne pense plus à « faire pour montrer aux autres », mais à faire pour avancer. Pas de portable pendant les cours, pas d’Instagram story ou de live tweets.

On oublie les tendances et on se (re)construit avec l’essentiel.

4 COMMENTS

  1. Mais Marie, le yoga n’est pas du sport 🙂 et les effets du yoga vont bien au delà de la satisfaction de s’être dépensé ! persévère et tu seras totalement accroc :))

    • Mmmh intéressant ! Qu’est ce donc alors et qu’est ce que le sport du coup ?! Je ne sais pas si je peux devenir accro d’une pratique que je vois comme thérapeutique donc liée à ma blessure A suivre !

  2. Bonjour Marie, merci de ton bel article sur le yoga Iyengar… C’est en effet une forme assez « ringarde » de yoga comparée à tous les autres types de yoga en vogue; mais tu l’as compris: une méthode pragmatique et indémodable, qui je crois est destine à durer alors que de nombreuses autres voies (modernes) du yoga feront long feu lorsque sera passée la mode du yoga.

    • Bonjour Fanny et merci de m’avoir lue ! Je suis assez d’accord sur le terme « ringard » ! c’est vrai que pour moi qui viens du running et qui ai du le quitter à contre coeur, j’ai eu un peu de mal au début en me demandant ce que je fouttais là. Finalement j’y trouve des bénéfices même si ça ne correspond pas à ma vision du « sport » et que j’y vais surtout en réponse à des problématiques physiques plus que par pur plaisir ! Or pour moi dans le sport il doit y avoir du lâcher prise et du plaisir. Là c’est une forme de plaisir bien cachée quand même !

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.