Bienvenue sur le blog multisports Hotsteppers ! Pensée libre, info fiable, expériences hors tendances. Sport, nutrition hédoniste, récits, interviews et analyses au service d'une communauté éclectique en quête de (bon) sens.

Du GR20 aux plages via le Mare e Monti: une aventure inédite et corsée

Face à la liberté, l’ivresse…

Les bras grands ouverts devant un été entièrement libre à remplir à loisir, je décidais assez rapidement en juillet de m’attaquer à l’un des circuits de grande randonnée les plus durs d’Europe: le GR20. Ma prépa marathon (sérieuse) pour le Médoc (ludique) était en marche depuis le début de l’été et mon dossard pour le trail 30km de l’EDF Cenis Tour réservé depuis longtemps pour le 4 août. Le GR20 allait devoir trouver sa place ambitieuse au cœur de « tout ça ». J’envisageais (secrètement) un voyage en solitaire au départ; projet rapidement délogé par le désir plus fort de partager avec d’autres les instants de dépassement et de joie à venir. Un départ à 2: Audrey, suite à une « annonce » sur Facebook, puis à 3: Seb, en réponse à un post sur le forum du routard, se mettait alors très rapidement en place, sous la contrainte relative du nombre de jours de vacances d’Audrey. Il fallait contenir nos ambitions en 9 joursvoir le roadmap initial du projet ici. 9 jours qui à aucun moment ne se déroulèrent comme prévu, qui jamais ne nous amenèrent à notre destination finale de Conca et qui une fois de plus en peu de temps, me firent réfléchir sérieusement au sens du « défi » et à mes humbles limites.

Prélude d’un virage sportif à l’aube d’une nouvelle saison…

Une 1ère journée corsée, dans le vif de l’effort

Levée à 5h du matin pour embarquer dans un avion matinal à Orly et atterrir vers 9h à Calvi, nous avions pour objectif de relier Calenzana au 1er refuge du circuit: Ortu di U Piobbu (D+: 1360m; D-: 60m). Un 1er jour anticipé comme un sas de mise en jambe avant d’attaquer notre rythme de 2 étapes/jour pour le reste du séjour. Très vite j’ai compris que les choses seraient plus compliquées que prévu. Je m’attendais à des difficultés bien sûr, mais est-il vraiment possible de savoir précisément à l’avance ce que l’on va vivre et surtout, comment on va le vivre, quand tout est si nouveau ? Agrippée à mes bâtons, près de 13kg sur le dos, je m’accrochais à mon souffle et à mes pensées aussi positives que possible pour éviter de ressasser stérilement cette foutue question: « mais comment vais-je tenir 9 jours ??« . Ce que l’esprit peut être invasif dans ces moments où on voudrait tant le faire taire… Silencieuse dans l’effort et très concentrée, j’avançais. Audrey a très vite quitté ce silence pour extérioriser ses difficultés conséquentes: un vrai choc pour elle, une claque de sollicitations mentales et physiques sans préavis qui l’auront fait prononcer très tôt dans le périple, des mots de désespoir dont elle ne se rappellera pas par la suite…Seb, à l’aise, devant nous, attendait régulièrement qu’on le rejoigne, en profitant pour faire des pauses tout en prenant conscience du fossé de condition physique entre nous 3. En ce qui me concerne, j’ai tenu bon, malgré les montées de pleurs et d’adrénaline de la mi-parcours, nous confrontant à des chaînes pour descendre en rappel des roches à pic, à des pentes vertigineuses, à un dénivelé sans fin…Déjà très en retard sur l’horaire, le refuge se profilait enfin à l’horizon: « si près et pourtant si loin » comme le disait si bien Audrey. En effet, proche à vol d’oiseau, le refuge était néanmoins encore bien distant de nous par la montagne. Malheureusement à ce stade, mon stock d’eau s’amenuisait et Dieu sait si ce facteur est une source de stress chez moi qui sait à quel point la soif me fait rapidement perdre en lucidité…Preuve en fut par la suite mais courage, cela n’était pas le moment de lâcher. J’empoignais alors mes bâtons et accélérais en mode « pilote auto sans cerveau« . Ne pas avancer à son rythme est épuisant dans ce genre de contexte d’où la nécessité de veiller à l’homogénéité de son groupe pour un maximum de fluidité. Soudain, à 5min de l’arrivée, épuisée, je me déconcentre et je tombe. Trop vidée pour réagir ou crier (inutile de toutes manières), je dévale une pente de cailloux, m’arrache la peau de la jambe droite et m’arrête à 1m d’un ravin (le fameux). Je suis sonnée, non par le mal mais par la peur. Audrey et Seb finissent par me rejoindre et me retrouvent les yeux dans le vide, muette, finissant par fondre en larmes…

Face au vide…

Même si je suis saine et sauve, même si mon corps a fourni un effort de plus de 8h dont je ne peux qu’être fière, je suis piquée au vif. Mes fantômes de mise en garde face au dépassement excessif me saisissent à nouveau. Ce sont eux qui me font pleurer. Je me dis…ou plutôt, je cris intérieurement: « merde, mais merde, pourquoi je fais des trucs pareils ? ça n’a pas de sens !« . Ce mot « sens », je le répéterai et le chercherai (trop) souvent au cours des jours suivants. Pour l’heure, la journée 1 était accomplie, il fallait laisser une place au répit. Nos sacs posés, nos chaussures enlevées, nous commencions à enchaîner les missions essentielles et primaires du soir: manger, se laver, dormir.

Le refuge perché d’Ortu di u piobbu

Des dortoirs, des chiens dans toutes les pièces (je remercie Zach, le Jack Russell de 3 mois d’avoir été si mignon et de m’avoir faire rire malgré la fatigue :)), des chevaux mettant le nez dans les tentes des campeurs, puis une douche glaciale, un plat copieux de lentilles et mon sac de couchage m’appelait alors fermement à venir m’allonger contre lui…Le lendemain, le réveil était prévu à 5h.

Coucher de soleil en altitude…

2ème jour: des roches, de l’escalade, du vide, des descentes déstabilisantes ou l’appel du renoncement…

Dilemme: mythe et difficulté ou bifurcation et aisance ?

Au réveil du 2ème jour, Audrey me dira à quel point ma nuit aura être agitée. Je sais avoir une imagination débordante et de ce fait un potentiel onirique puissant, ce qui est parfois très positif, mais là, visiblement, il y avait de l’angoisse. Habituée aux émotions fortes je ne me formalisais pas: la peur est une réalité, ce qui compte c’est ce que l’on en fait. Malgré tout, un signal n’étant jamais là par hasard, je restais pensive. Bref, nos gourdes remplies « à la source » – j’adore cette expression qui décrit parfaitement le fait de s’abreuver au coeur des ressources des montagnes… – nous étions parties pour notre 2ème jour de marche, et quel 2ème jour ! Un jeune homme de notre âge nous saluait au moment d’emprunter le chemin alternatif à l’étape 2 du GR20: même finalité mais circuit plus court et beaucoup plus facile. Je disais alors à mes co-équipiers: « pourquoi faire compliqué si on peut faire plus simple ?« . Seb répondit en souriant qu’on ne pouvait pas shunter la voie mythique du GR20, « la vraie » ! Je n’étais pas d’accord: ce qui compte n’est pas le nombre d’étoiles, la cote, la valeur d’une voie; ce qui compte est avant tout d’arriver au bout, non ? Trop fatiguée pour négocier (c’est dire !), nous nous mettions en route pour ce qui allait être une journée dingue, mémorable, décisive – la journée du renoncement.

Les pics saillants du nord de la Corse: arides et magnifiques

Arrache moi le coeur si tu peux !

Après quelques heures de marche à l’ombre, le soleil pointait déjà ses rayons vis. Nous avions grimpé puis descendu des pentes de pierres sans fin. Moi qui aie les chevilles en caoutchouc, je faisais attention à chaque pas. C’est fou ce que ce GR20 peut bouffer de l’énergie mentale tant la concentration doit être permanente. Nous nous retrouvions alors au pied d’une montagne qu’il fallait franchir. Seule la trace rouge et blanche du circuit nous indiquait où passer car il n’y avait à proprement parler pas de « chemin ». J’en avais marre, je n’avais pas de plaisir, pas le temps, pas l’énergie pour profiter. On était « en retard », il fallait écourter nos pauses – dur. Après avoir une 2ème fois exprimé tout fort mon coup de gueule contre ce #%*/§* de projet délirant, je me suis calmée. Nous arrivions alors au sommet visé, d’où je captais contre toute attente une once de réseau Bouygues ! Suffisamment pour envoyer LE sms « je suis en vie » à la famille. Un gros lézard osselé me grimpait alors sur l’épaule. Croyant que c’était une araignée, je tourne la tête et me retrouve nez à nez avec le reptile, de réputation coriace ! En bonne fille qui se respecte je crie un coup puis je prends ma revanche et photographie l’animal qui prend aimablement la pause.

Mr le lézard osselé

Nous entamions alors une portion qualifiée de « ludique » par nos prédécesseurs. Avec le recul, j’approuve cette dénomination mais sur le coup, j’étais over-concentrée: beaucoup trop pour penser quoique ce soit. Sensible au vertige et pas fana des prises de risque inutiles, j’ai du débrancher les 1001 fils de mon cerveau ruminant pour traverser la série de grimpées et de descentes à mains nues de cette étape. C’est là qu’Audrey aura flanché. Souffrant de son genou éprouvé par le terrain et le dénivelé, la partie de jambes en l’air offerte par les roches saillantes du circuit auront poussé ses nerfs à bout. Seb, d’une grande patience, l’aidera à franchir chaque obstacle, portant souvent son sac en plus du sien ce qui nous permettra d’atteindre enfin le 2ème refuge après plus de 11 de marche: je vous laisse imaginer.

Prise sans fard à 1865m d’altitude après l’étape « ludique » de la 2ème journée..

Un moment avant l’arrivée déjà, Audrey avait décidé d’abandonner. j’étais peu surprise même si j’espérais qu’une fois posée, elle change d’avis. j’envisageais alors de poursuivre avec Seb, et puis…j’ai choisi, moi aussi, de quitter l’aventure: pourquoi…?

Parce que… »Être et durer »

Le choix du renoncement pour ne pas (se) nuire

A l’époque de mon passage d’1 an et demi dans l’armée de l’air (une autre longue histoire) j’avais eu la chance de vivre 3 mois de formation à l’Ecole de l’Air de Salons de Provence. En fin de formation, nous avions eu une cérémonie de remise de nos poignards d’officiers (sous contrat) sur lesquels nous pouvions faire graver l’inscription de notre choix. Je choisissais alors un adage qui devrait être une ligne de conduite très personnelle ad vitam eternam: « Être et durer« . Oui, car être, exploser, se dépasser, se défoncer, se surpasser, relever des défis, vivre dans l’instant: c’est bien, c’est fort, mais l’intérêt est bien amoindri quand les conséquences sont telles que, plus ça va, moins on est en mesure d’Être. Mon père m’enverra d’ailleurs le sms suivant suite à l’annonce de mon choix: « Primum non nocere« , autrement dit… »d’abord, ne pas nuire« . Tout est dit. J’avais compris que j’étais capable de continuer ce GR20 au rythme d’une étape par jour mais à un prix très élevé, un prix que je n’étais pas…plus prête à payer. Mon choix étant fait, j’éprouvais du soulagement mais non sans amertume pour autant, normal… J’avais « renoncé »: difficile lorsque l’on ne recule pas souvent et que l’on arrive la plupart du temps à atteindre ses objectifs, en s’arrachant ou pas.

Oui oui, c’est par là !

Tombées de haut: redescente vers Bonifatu direction « altitude 0 »

Le 3ème jour, Audrey et moi reprenions nos dizaines de kg d’affaires et redescendions vers Bonifatu. Un parcours correspondant à la moitié de l’étape n°2 alternative du GR20, celle que nous avions hésité à prendre la veille: comme nous aurions du ! Un chemin, un vrai, de l’effort mais pas de danger, une passerelle, des piscines naturelles, la rando qu’il nous fallait en somme.

Prise détendue en cours de descente vers Bonifatu…

Nous avons continué ainsi pendant 3 jours, empruntant des étapes du Mare e Monti, un autre parcours de rando en moyenne montagne. L’effort était au rendez-vous sans conteste mais pas de peur ou de craquage nerveux au programme…

 

De refuge en refuge, de piqûre de moustique en piqûre de moustique (une cinquantaine pour moi toute seule…), nous avons progressivement rejoint la douceur des plages de la côte Ouest corse, humant les odeurs capiteuses des figuiers, goûtant aux plats locaux, partageant un petit déjeuner par-ci avec l’un des premiers employés de la marque Quechua rencontré sur un camping, un (ou deux) verres de rosé par là, à 16h sur la plage avec Gilles et Serge ;), dévorant ainsi un repos bien mérité du corps et de l’esprit: une musique totalement improvisée contrastant sévèrement avec les débuts du séjour.

La réserve naturelle de Girolata depuis un bâteau

Ce que j’ai pu avoir faim et sommeil sur la fin du séjour: une espèce de dette énergétique physique et psychique, des besoins primaires surdimensionnés me rappelant en gras et en surligné ma condition de jeune femme en vie !

Un nouveau bilan

Ce récit m’aura demandé plusieurs séquences d’écriture, non par manque d’inspiration mais par besoin de pauses dans la « reviviscence » de « tout ça ». Vous l’aurez compris, ce fut intense et encore bien récent.

Il y a des choses que j’ai comprises et écrites, d’autres que j’ai comprises et que je n’écrirai pas, d’autres encore que je comprendrai sans doutes plus tard. Toujours est-il que ce choix exceptionnel de « la durée » plutôt que de « l’être » est une vraie étape dans ma progression et je crois, une marque de nouvelle maturité ! Une étape qui confirme mon envie pour cette rentrée de partir toujours un peu plus en quête de plaisir et de liberté de penser. Pour cela, je veux me re-tourner vers ces activités d’expression corporelle que j’aimais tant il y a quelques années: la danse entre autres, donner plus de place à la récup’ et à ces séances équilibrantes de body balance, de stretching, de calme, qui me font tellement de bien mais que je dénigre trop souvent parce qu’elle ne sont pas « intenses ». So what ? Le running gardera toujours sa place bien sûr, ce sont les défis choisis qui changeront un peu. Finalement, ce voyage aura renforcé mon admiration pour ceux qui, un jour, ont fini ce GR20, surmonté leurs baisses de forme et d’envie, atteint leurs objectifs, ainsi que pour vous tous, qui peut-être débutez avec une admirable motivation ou qui persévérez chacun à votre mesure depuis de nombreuses années, pour donner de vous même et embrasser cette satisfaction pleine et magique de l’effort surmonté… Merci pour votre lecture fidèle et votre énergie contagieuse, A très vite…

 

Annexe: les musiques qui m’ont hantée pendant nos heures de marche en silence….bizarre hein ?

Joyce Jonathan: « Ça ira »

Why ? parce que cette chanson est sweet, romantique et que les paroles m’ont mis du baume au coeur !

Maître Gims: « Bella » et « One shot »

Why ? parce que je n’ai pas arrêté d’écouter ces chansons avant de partir, mon cerveau était imprégné !

Keen’v: « La vie du bon côté »

Why ? la réponse est dans les paroles.. et l’air est juste « so joyful », même si c’est Keen’V, j’aime ! J’aurais aimé pouvoir aller jusqu’au « j’y suis arrivée », mais…

 

…je reviendrai…

 

Pin It
 
Comments

Gr 20 petite gâteau pas de refuge camping sauvage départ 5h du mat arrêt 22h pause à midi et 19h pour manger des soupe chinois qq barre d’énergie et c’est party NB – tout ton repas tout le port avec toi compris l’eau un camelback pour le remplir avec l’eau de rivière ……..suis pas mort non plus tombé malade juste l’endurance et l’envie de marcher 😀

Hello,
j’ai bien aimé ton récit et aussi tes conseils d’équipements sur scoop.it. Au début j’ai été surpris de découvrir ton abandon aussi rapide. Puis j’ai compris que vous aviez tenté de doubler toutes les étapes… Là, en effet, on entre dans une autre dimension sportive, qui s’apparente plus à la pratique des ultras. Grosse condition physique nécessaire et poids plume obligatoire!
J’ai fait la moitié sud avec aussi cette ambition de doubler certaines étapes, mais ça s’est vite avéré impossible. On avait donc décidé de s’arrêter à Vizzavona et de finir par des petites rando tranquilles.

Dans les Alpes ou les Pyrénées il est assez facile de diminuer les temps de rando affichés. Sur le GR20, si tu sautes un refuge, tu te prends 5 ou 6h de plus « incompressible » pour atteindre le suivant…Tu marches trop, tu dors moins..en 3j tu es carbonisé-e (mais tu connais l’histoire 😉
Et surtout quel intérêt de courir toute la journée et ne pas profiter de cet environnement magnifique ? Sors de ce corps Kilian Jornet ! ;-))

Mieux vaut n’en parcourir qu’une partie mais en savourant, notamment avec les escapades vers les petits sommets au départ des refuges. Ce qui n’empêche pas d’avancer vite si c’est ton rythme, mais pendant une durée limitée.
Et si tu ne fais pas tout la première fois, ça permet d’y retourner!
Pour moi ce sera le Nord au mois de juin !
PS: et certains proposent déjà de doubler des étapes…incorrigibles… 😉

Merci pour ton commentaire et tes lectures Fred !
En effet, ce GR20 « raté » m’a depuis fait changer pas mal de vision de la performance. Au début je pensais que ce serait le contre-coup de la déception seulement mais en fait non. Depuis je n’aborde plus mes entraînements/courses de la même manière.
La goutte d’eau a fait déborder le vase…j’arrive désormais encore mieux à saisir ce moment où tu te fais un peu mal mais tu sais que c’est pour explorer plus au fond de toi même les possibilités que tu as et que tu ignores. En revanche, quand ce moment est dépassé ou bafoué largement et que l’effort perd même son sens, à quoi bon ?? Ca je le refuse ..
A qui prouver quoi in fine ? Ce fut donc dur mais instructif. J’ai récemment terminé mon 1er marathon avec suffisamment d’énergie et de plaisir tout le long et à l’arrivée pour avoir envie de recommencer tout en ayant cette fierté inhérente à l’effort. Pas de souffrance, pas de découragement…c’est avant tout ça l’essentiel, je trouve !
Bon voyage à toi pour ton épopée à venir et surtout…va là où ton coeur te porte ! (pas seulement ton esprit féru de dépassement parfois stérile..)

Alors là je suis fan !!!! De tout, de ton blog sur lequel je tombe par hasard via celui de Mathieu (Bertos), et en plus je vois que tu t’es lancée sur le GR20, tout comme moi, j’ai lu avec énormément de plaisir ce joli récit. Un chouette blog, continue comme ça j’adore ! 🙂

Merci Fanny ! Comme c’est gentil ! Bon le GR20 je ne l’ai pas « fait » hein, j’ai « essayé de le faire ». Disons que je l’ai commencé…
Pour le reste, merci pour tes encouragements et merci à Mathieu avec qui je m’entends très bien 😉 A bientôt online ou IRL qui sait !

Vous avez vécu une belle aventure forte et intense, peu importe d’arriver au bout du GR ce qui compte c’est d’arriver au bout de soi-même et de découvrir de nouvelles choses insoupçonnées sur soi-même… Le GR 20 c’est une aventure personnelle et vous avez bien fait de l’écourter plutôt que de faire comme trop de personnes qui ne savent pas écouter en eux-mêmes et continuent en ne voyant que l’objectif « exterieur » de finir le GR… Et obligent par là même d’autres personnes à prendre des risques pour venir les secourir !! Votre humilité face à vous même et face à la montagne Corse est un bel exemple à méditer pour beaucoup !! Merci pour cet article qui je l’espère sera très utile aux candidats potentiels au GR 20 !!

Merci beaucoup 🙂
j’étais un peu fâchée contre ceux qui m’avaient vendu un « 2étapes par jour facile ».
comment ne pas se sentir nulle quand on peine à en finir une ?
et puis, j’ai accepté la réalité et relativisé. Finalement, je ne suis pas une superwoman et tant mieux 😉
Je reste admirative de ceux qui le terminent mais aussi de ceux qui essaient puisque la réussite n’est pas uniquement dans l’atteinte d’objectifs, elle tient aussi à la capacité que l’on a à se remettre en cause, à accepter ses limites (et pas seulement les dépasser sans arrêt, ou alors ça n’était pas de vraies limites!)..
bref, si je le refais ce sera en étant bien mieux préparée et en ayant un objectif bien moindre 🙂

Bravo pour ton GR20, mon copain l’a fait et il parait que c’est super beau, tu as du bien profiter

Merci Aurore ! même si ce fut partiel comme réussite en tous cas mémorable 🙂

Ton récit est encore plus passionnant que dans l’avion 😉
Une belle aventure. J’espère que tu as pu récupérer tranquillement et que tu n’as pas eu de problèmes pour rentrer chez toi…

Martin! Quelle bonne surprise ! Merci 😉 je suis rentrée chez moi…à minuit, après bus, train, marche sous la pleine lune (glauque!) – j’espère que ton déménagement s est bien passé 🙂 à bientôt peut être à Paris !

je viens de lire ton récit sur le GR20 ou devrais-je dire ton voyage initiatique en Corse en parcourant tes mots je suis retombé dans mon enfance par deux fois:
– la première ou avec mes parents nous parcourions les Alpes et les Pyrénées. Dès mon plus jeunes âge nous enchainions les randonnées en montagne et haute montagne de l’aube à l’aurore. De façon nostalgique je me dis que ça doit expliquer la taille de mes mollets ;’
– la seconde étant les cours de français au lycée ou j’étudiais les odyssée de la Grèce antique Ulysse c’est toi !

Il faut avoir beaucoup de courage, d’humilité, de conscience de soi et surtout d’abnégation pour ‘renoncer ‘ au GR20. Et j’éprouve un profond respect pour ça

Mais comme tu le dis « être et durer » (belle adage au passage)

quelque part je t’admire

PS : tu réfléchis trop ^^

Trackbacks for this post

 
Comments