Chaque sport a un type de chaussure qui lui est approprié. Mais qu’en est-il des gens qui pratiquent plusieurs sports différents en une semaine? Qu’en est-il de la panoplie de modèles proposés et souvent, du manque de prise en compte des particularités de chacun dans les conseils des vendeurs ? Sans parler de ces runners qui recherchent « la chaussure pour tout faire ». Il est tant de ne pas se tromper de priorités: choisir la bonne chaussure de sport c’est choisir de bouger mieux et plus longtemps !

L’innovation parfois au détriment du bénéfice utilisateur

A vouloir sans cesse innover, les marques de chaussures de running ou « souliers » dans le langage de nos amis québécois, devient assez nébuleux. On ne sait plus s’il faut du drop, pas de drop, de l’amorti ou pas, du maintien ou une flexibilité maximum. Pour travailler au quotidien dans cet univers à titre pro et pour avoir été blessée 2 ans à cause d’une hernie discale, je suis plus que jamais vigilente sur le choix des paires que j’enfile pour aller courir. Plus question de me faire mal parce que la marque est connue ou le design génial. Certains paramètres comptent bien plus.

  • D’un côté certaines marques continuent de parler de chaussures pour « supinateurs, pronateurs ou coureurs universels ». D’autres ont décidé de bannir ces dénominations de leur langage courant pour simplifier leur offre. Une bonne chose dans la mesure où il n’est pas certain que chaque coureur sache vraiment de quel type est sa foulée ni que la chaussure lui soit vraiment adaptée: tous les supinateurs ne supinent pas de la même manière, si je puis m’exprimer ainsi!
  • D’un autre côté il y a un courant minimaliste un peu déchu qui est selon moi en déclin et qui ne provoque plus du tout l’effet « waouh » de ses débuts. Et pour cause, trop de blessures chez les ex-adeptes qui réalisent qu’avant d’avoir une foulée medio pied efficace et optimale, se priver d’amort peut…faire mal !
  • D’un autre il y a le courant maximaliste qui a le vent en poupe avec ses chaussures aux semelles surdimensionnées. Ultra confortables et anti-chocs pour les uns, impropre à l’usage et empêchant tout travail proprioceptif pour les autres.
  • Entre les deux il y a de nouveaux entrants originaux qui proposent du zero drop mais avec de l’amorti. Une manière subtile de prendre ce qu’il y avait de bon dans le minimalisme mais sans se priver d’amorti: ok il y avait des mecs il y a xx milliers d’années qui couraient barefoot mais ça c’était avant et rien ne sert de vouloir aller à l’encontre de son environnement ou de l’évolution de son corps.

Toutes sortes d’artifices et de « différences » vous sont alors proposées, pour vous draguer et vous faire acheter une marque plutôt qu’un autre. Au delà de ça, réfléchissez-vous bien à chaque fois à ce qui vous convient, vous ?

L’importance du bilan podologique

Cela fait partie de mes résolutions avant l’été. Rien ne sert de courir 3 minutes sur un tapis pour décréter tout savoir sur sa foulée. Si vous êtes un passionné et surtout si vous avez tendance à vous blesser toujours au même endroit, un bilan podologique auprès d’un expert pourrait être l’une de vos décisions les plus intelligentes en matière de sport. Aucun vendeur ne peut vous dire qu’une chaussure résoudra tous vos soucis: périostites, aponévrites, TFL ou autres joyeusetés auxquelles bon nombre d’entre nous sommes abonnés. Prenez le temps de vous faire conseiller par un pro qui n’a rien à vous vendre et choissez à mon sens les chaussures les plus neutres possibles. Votre podologue pourra alors concevoir si nécessaire des semelles orthopédiques adaptées, qui se contenteront d’améliorer le placement de votre pied sans avoir à en plus contre-carrer la forme de votre chaussure qui prétend déjà à elle seule corriger votre pronation ou votre supination (plus rare).

Le maintien et la stabilité: les 2 atouts de vos chaussures de sport

Je suis absolument d’accord avec l’article cité en source de ce post. Pour avoir testé énormément de modèles, je pense que les modèles trop souples, aussi confortables soient-ils, ne sont pas bons pour la majorité des coureurs. Une légère fatigue, un manque d’attention, une foulée un peu déviante n’ayant jamais été corrigée par aucune semelle ou aucun conseils d’un observateur crédible et avisé, peuvent réellement provoquer des déréglements dans votre course jusqu’à des blessures. Le maintien et la stabilité de votre foulée sont des priorités. Rien ne vous empêche d’utiliser des chaussures souples pour travailler vos gammes et vos appuis sur piste régulièrement, c’est même recommandé ! Mais pour vos sorties plus longues, privilégiez la sécurité. Certaines marques US parlent de « guidance« ; je trouve le mot assez juste.

Une chaussure de running n’est pas une chaussure de foot

Dernier point soulevé dans cet article que je vis au quotidien dans la marque pour laquelle je travaille. Les clients aimeraient souvent qu’on leur conseille une chaussure adaptée à la route et au trail à la fois ainsi qu’aux séances de VMA sur piste comme aux « SL »! S’il est possible de trouver une chaussure de route qui a une bonne accroche sur des sentiers (pas sur les pistes du GR20 en revanche !), il est absolument déconseillé d’acheter une seule chaussure qui vous accompagnera partout et encore moins d’un sport à l’autre.

Sans trop intellectualiser la chose, choisissez évidemment une chaussure de running que vous trouvez jolie mais avant cela, pensez: maintien, stabilité, légèreté et si possible faible drop et amorti intermédiaire – le tout accompagné d’un avis expert pour vous garantir les sorties les plus agréables !

Pour lire l’intégralité de l’article source: www.lapresse.ca

 

Partager
Article précédentRunKeeper traquerait-il nos déplacements ?
Article suivantMath Sport: départ canon d’une PME québécoise dans le running
Marie
Créatrice et blogueuse passionnée de Sport, nourrie des cultures européenne et américaine, je me spécialise en nutrition pour aider les lecteurs Hotsteppers à vivre une vie saine, solide et riche de sens ! Ma meilleure amie et athlète Alison m'accompagne sur ce blog dans les 1001 expériences et découvertes qu'il nous offre et contribue à son contenu à travers son activité physique de niveau semi-pro (Équipe de France de Hockey Subaquatique)

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici